Fugro stop le travail au Sahara Occidental par manque de consultation
fugro_thor_demo6_610.jpg

Le PDG de la compagnie néerlandaise d’études sismique qui travaillait dans les territoires occupés du Sahara Occidental a expliqué son retrait de 2009.
Mis à jour le: 24.06 - 2012 23:40Imprimez cette page    
"La compagnie est souvent impliquée dans l'exploitation de pétrole et gaz dans les zones où la population locale n'a pas été consultée. Pour cette raison, la société a par exemple mis fin à son implication dans le Sahara Occidental", a déclaré Arnold Steenbakker, PDG de Fugro, lors de la réunion des actionnaires le mois dernier.

Steenbakker a parlé du Sahara Occidental, suite aux questions de l'Organisation néerlandaise des investisseurs pour le développement durable (VBDO) concernant le rapport de Fugro à son propre code du partenaire. Le code du partenaire de Fugro ne permet pas de violations des droits de l'homme, mais la compagnie a été critiquée pour son implication dans des projets qui ne permettait pas à la population locale d'avoir un mot à dire dans les explorations qui ont lieu dans leur environnement immédiat.

PDG de Fugro a admis que la société n'avait procédé à aucune analyse systématique sur les risques sur les droits humains ni à des évaluations ad hoc. Steenbakker ajouté qu'il ordonnerait une enquête sur les contrôles de conformité liés au code du partenaire.

Différentes filiales de Fugro sont impliquées dans les territoires occupés du Sahara Occidental depuis une décennie. En janvier 2009, la filiale norvégienne de Fugro, Fugro-Geoteam AS a été engagé dans des études sismiques au large du Sahara Occidental pour une mission de la société américaine Kosmos Energy.

Suite aux protestations internationales, la société-mère néerlandaise a annoncé en mai 2010 qu'il mettrait fin à leur implication dans le Sahara Occidental. La décision était néanmoins tardive, car elle a été prise à l'issue de la mission. Fugro avait déjà recueilli les données et les avait présentées à Kosmos Energy. Les dommages que l'entreprise a infligés au peuple sahraoui sont graves : Kosmos maintient toujours son contrat d'exploration pétrolière offshore en violation de l'avis de l'ONU à partir de 2002, sur la base des données produites par Fugro.

Photo: manifestation aux îles Canaries contre la participation répétée de Fugro dans les eaux occupés du Sahara Occidental.


    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi