Les prisonniers politiques sahraouis dénoncent Kosmos Energy
court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les 21 prisonniers politiques sahraouis encore incarcérés après le campement de protestation populaire de Gdeim Izik camp ont demandé aux églises du Texas de dénoncer les projets de Kosmos Energy au Sahara Occidental occupé. Lire ici l'intégrale de leur lettre.
Mis à jour le: 06.11 - 2014 07:44Imprimez cette page    

Madame, Monsieur

Nous sommes des prisonniers de conscience sahraouis originaires des territoires occupés du Sahara Occidental. Nous aimerions faire appel à votre foi chrétienne et vous demander votre soutien pour convaincre la compagnie pétrolière Kosmos Energy de Dallas de faire ce qui est juste. L'avenir de notre peuple est en jeu.

Nous tenons à vous remercier de prendre le temps de lire cette lettre. Le lien entre notre situation et de votre communauté peut ne pas être évident, mais il est fort et tangible. Il se trouve que certains membres de votre communauté sont en mesure d'influer de manière significative sur le sort de notre peuple. La compagnie pétrolière Kosmos Energy de Dallas est sur le point de commencer l'exploration pétrolière au large de notre terre occupée, et, ce faisant, pourrait avoir un impact dramatique sur notre avenir.

En 1975, le Maroc a envahi puis annexé une grande partie de notre pays, au mépris flagrant du droit international et d’une série de résolutions de l'ONU. Depuis, nous endurons les conséquences désastreuses de l'occupation. Des centaines de Sahraouis ont péri dans les prisons marocaines ou ont disparu. Beaucoup ont fui les bombardements au napalm, et trouvé refuge dans l'une des régions les plus inhospitalières du désert algérien. Aujourd'hui encore, plus de 160.000 de nos parents vivent dans ces camps de réfugiés, survivant d’une aide internationale en diminution et souffrant de malnutrition et de pauvres conditions de vie. Ils ont maintenant passé 40 ans dans le désert, attendant que la communauté internationale réagisse.

Ceux qui sont restés au Sahara Occidental sont maintenant obligés de subir l'oppression et les violations flagrantes des droits de l'homme commises par l'État marocain. Nous ne sommes pas autorisés à nous organiser en groupe, à exprimer notre culture ou nos opinions politiques – le faire ne nous conduit qu’à subir des traitements inhumains : enlèvement, coups, viols, torture, détention arbitraire, procès inéquitables aboutissant à des peines de prison sans fondement… Aujourd'hui, nous vivons comme une minorité marginalisée dans notre propre pays. La discrimination sociale et économique favorise les colons marocains maintenant majoritaires, et nous a relégué en marge de la société dans notre propre pays sous occupation.

Parallèlement, le Maroc procède à la vente des ressources naturelles de notre pays comme s'il s'agissait des siennes. Mais il n'a pas le droit de le faire. Nous, le peuple sahraoui, avons le droit à l'autodétermination, comme l'a déclaré la Cour Internationale de Justice, répété maintes fois les Nations Unies et le reconnaît toute la communauté internationale. Nous avons le droit de choisir l'avenir politique de notre pays, et des ressources qu'il recèle.

Par conséquent, nous protestons encore et toujours contre l’actuel pillage illégal et immoral de notre terre. Alors que la trésorerie de Maroc remplit ses coffres, notre peuple meurt dans les camps de réfugiés, ou est soumis à un traitement inhumain quand il demande le respect de nos droits. C'est une grave injustice.

Au long des années, nous avons également protesté contre la présence et les projets de Kosmos Energy dans nos eaux territoriales. La décision de la compagnie de faire équipe avec le gouvernement marocain pour le forage dans les eaux occupés peut détruire définitivement notre avenir. Il donnera au gouvernement marocain d'autant plus d’encouragement pour nous empêcher d'exercer notre droit à l'autodétermination. Le forage commence en décembre.

À l'automne 2010, des milliers de Sahraouis ont dressé leurs tentes dans le désert pour protester contre le pillage de nos ressources, violent contraste avec notre discrimination sociale et économique. Ce campement de protestation, connu sous le nom de Gdeim Izik, a été détruit par le feu par l'armée marocaine et des centaines de Sahraouis ont été arrêtés. La plupart ont purgé quelques mois de prison, alors même qu’il n'y a jamais eu d’accusations portées contre eux. Néanmoins, un groupe de 25 hommes - dont beaucoup sont des militants des droits de l'homme connus – a été retenu en prison pendant des années avant d'être jugés au sujet du campement de protestation. Pendant le jugement, les prisonniers ont abordé la spoliation de nos ressources par le Maroc avec l'aide de compagnies étrangères comme Kosmos Energy. Dans une parodie de justice, les 25 hommes ont été condamnés à des peines de prison allant de 20 ans à la perpétuité pour des motifs liés au camp de protestation. Nous sommes ces hommes.

Nous vous demandons votre soutien. Kosmos Energy a une chance unique de créer la paix en s'abstenant de forer jusqu'à ce que la voix du peuple sahraoui ait été entendue. Mais si l'entreprise décide d'aller de l'avant, sans respecter nos droits, elle ne fera qu'aggraver une situation déjà terrible. Nous, qui avons souffert de la répression marocaine depuis des décennies, nous avons peur que la situation des droits de l'homme devienne encore plus critique si du pétrole est trouvé.

Jésus-Christ qui est aussi un prophète pour nous a dit : « j'ai eu faim, et vous m'avez donné à manger ; j'ai eu soif, et vous m'avez donné à boire ; j'étais étranger, et vous m'avez recueilli ; j'étais nu, et vous m'avez vêtu ; j'étais malade, et vous m'avez visité ; j'étais en prison, et vous êtes venus vers moi.". Jésus dit aussi : « En vérité, je vous le dis, toutes les fois que vous l'avez fait à l'un de ces plus petits de mes frères, vous me l'avez fait à moi-même” et “en vérité je vous le dis, toutes les fois que vous ne l'avez pas fait à l'un de ces plus petits, vous ne l'avez pas non plus fait à moi."

Nous, prisonniers de conscience sahraouis du Sahara Occidental occupé, connus comme le groupe de Gdeim Izik, espérons que Kosmos Energy et la communauté chrétienne du Texas, n'oublieront pas ces mots.

S'il vous plaît, nous vous le demandons, prenez contact avec Kosmos Energy (www.kosmosenergy.com). À ce jour la compagnie refuse d'écouter notre appel. S'il vous plaît demandez-leur de rester loin de notre pays. Contactez vos élus locaux, sénateurs, journalistes, demandez leur d'intervenir et de dévoiler l'injustice.

Garde-nous dans vos prières comme nous vous gardons dans les nôtres.

Les prisonniers de Gdeim Izik
Prison de Salé
Rabat, Maroc

Elakhfaouni Abdalahi
Boutamguiza Mohamed El Bachir
Ahmed Sbai
Laaroussi Abdeljalil
Brahim Ismaili
Mohamed Bani
Sid Ahmed Lamjaid
Sidi Abdallah Abhah
Mohamed Lamine Haddi
Asfari Ennaama
Mohamed Bouryal
Hassan Dah
Cheikh Banga
Mohamed Embark Lefkir
Deich Eddaf
Elhoussin Ezzaoui
Abdalahi Taoubali
Mohamed Tahlil
El Bachir Khadda
Babait Mohamed Khona
Laarabi Bakay

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi