L'Église méthodiste US met en liste noire 5 cies actives au Sahara
umc.jpg

En décembre 2015, la United Methodist Church américaine a annoncé qu'elle avait cédé ses parts de 39 entreprises. Cinq d'entre elles sont impliquées au Sahara Occidental occupé.
Mis à jour le: 03.02 - 2016 23:25Imprimez cette page    
L'opération de liste noire a été réalisée par le General Board of Pension and Health Benefits (GBOPHB) de l'Eglise méthodiste unie aux États-Unis, l'organisme administratif qui supervise et gère les retraites et de placement des fonds de l'Eglise.

Sont inclus les entreprises canadiennes PotashCorp et Agrium, et l'australienne Incitec Pivot Ltd, qui sont trois entreprises avec de long antécédents dans l'importation de minerai de phosphate du Sahara Occidental. En outre, l'OCP SA, la compagnie nationale marocaine de phosphate figure sur la liste d'exclusion. La Multinationale suisse Glencore Plc, engagée dans l'exploration très controversée du pétrole au Sahara Occidental, a également été retirée des portefeuilles du Conseil général.

Les cinq entreprises sont radiées dans le cadre d'une opération de plus grande exclusion, comprenant 39 entreprises. La liste complète peut être consultée ici.

Les lignes directrices droits de l'homme de GBOPHB listent spécifiquement le Sahara Occidental dans la catégorie des « pays à haut risque et zones où se manifeste une tendance prolongée et systématique des violations des droits de l'homme ».

La liste d'exclusion ne contient pas de raison spécifique pour l'exclusion de chacune des 39 entreprises. Cependant, le fait que trois acheteurs connus de phosphate du Sahara Occidental et la compagnie marocaine responsable de la vente de la marchandise sont mis à l'index dans le même temps, amène WSRW à conclure que ceci est basé sur l'implication de ces entreprises au Sahara Occidental. Nous supposons que les mêmes motifs s'appliquent au moins en partie à l'exclusion de Glencore, connu pour ses activités controversées aussi ailleurs dans le monde.

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi