Une entreprise d'engrais "espère la liberation du Sahara Occidental"
african_wildcat_610.jpg

Le producteur de fertilisant Yara a reçu des critiques en Norvège pour son commerce de phosphate du Sahara Occidental en 2008. La compagnie a répondu qu’ils espéraient que le Sahara Occidental « sera libéré un jour, et qu’alors les autochtones en bénéficieront si nous pouvons recevoir leurs phosphates rapidement ».
Mis à jour le: 17.02 - 2009 13:31Imprimez cette page    
L’article ci-dessous a été publié le 5 février 2009 dans le quotidien Norvégien Adresseavisen.

Yara profite de l’occupation
Le géant des fertilisants Yara est le principal sponsor du festival international étudiant de Trondheim (ISFiT). La compagnie a acheté au Maroc des phosphates provenant des mines du Sahara Occidental, pays d’où vient la lauréate du Prix Estudiantin pour la Paix de cette année.

Adresseavisen
5 Février 2009

L’été dernier Norwatch a révélé que Yara importait des phosphates provenant du Sahara Occidental occupé, contrairement aux recommandations de l’ONU et du ministre norvégien des affaires étrangères. Yara peut avoir payé prés de 40 millions de couronnes (4,3 millions d’euros) à la compagnie d’état marocaine. Les agissements ont été dénoncés à la police.

« Nous appelons ça du pur affairisme de guerre, Yara a profité  de l’occupation » a déclaré Ronny Hansen, le responsable du comité de soutien au Sahara Occidental.

“Que pensez-vous du soutien de Yara à ISFiT?”

“Yara finance l’important travail effectué par ISFiT, et cela ne les a pas empêché de décerner le prix de la paix à quelqu’un venant du Sahara Occidental. Mais nous avons demandé à ISFiT de considérer le problème avec Yara ,» a dit Hansen. Yara prétend que l’achat de phosphates est une affaire ancienne. La compagnie a aussi acheté des phosphates dans la zone précédemment en 2005, ils ont promis de cesser cela après des critiques du ministre norvégien au commerce et à l’industrie, un des propriétaires de Yara.

La lauréate du prix critique Yara
Elkouria “Rabab” Amidane (23 ans) du Sahara Occidental va reçevoir le prix étudiant de la paix 2009. « Yara a participé au maintien de l’occupation. Le Sahara Occidental perd ses ressources naturelles. Le Maroc utilise les entreprises étrangères pour légitimer l’occupation» a souligné Amidane. Elle croit que les compagnies norvégiennes de pétrole et de pèche participent aussi à la création d’emplois pour les colons marocains.

Le contrat de sponsor de Yara a été conclu avant l’achat de phosphate de 2008.

"Mais nous n'aurions probablement pas considéré le cas différemment après que l'achat ait été connu. Nous étions aussi au courant de l'achat de phosphate de 2005, mais nous voulons nous tourner vers l'avenir," a  déclaré Trygve Thorson, le leader d'ISFI. L’ISFiT réévaluera sa collaboration dans le cas où un tel achat devrait se reproduire.

"Collaborer avec des grandes sociétés internationales, y compris Yara, n'est jamais sans problème," selon Thorson, qui souligne qu'ils ne soutiennent pas l’achat de phosphate.

Le montant du soutien de Yara à l’ISFiT est confidentiel. Mais le secteur commercial constitue 20% du budget de l’ISFiT qui s’élève à 6 millions de Krones (684.000 euros).

Changement de financement du prix de la paix
L'organisation du Prix de la Paix reçoit de l’argent de l’ISFiT. « Nous désapprouvons totalement un tel commerce » a déclaré Thor Richard Isaksen, le responsable du Prix Étudiant de la Paix. Il insiste pour que le prochain Prix Étudiant de la Paix soit complètement indépendant des financements des sponsors. « Ce cas a montré que cela peut être problématique » a-t’il dit.

La section finance et environnement de la brigade anticriminelle de la police d’Oslo a reçu la dénonciation de Yara, et l’avoué de la police Ragnvald Brekke a déclaré qu’ils allaient bientôt considérer la poursuite d’investigation sur le sujet. Le responsable des relations publiques de Yara, Bente G. H. Slaatten, a déclaré que leurs concurrents utilisent des phosphates du Sahara Occidental.

« Nous avons importé un cargo l’année dernière du fait de notre réorganisation en Norvège. Nous voulions tester le phosphate. Nous espérons que le pays sera libéré un jour, et qu’alors les autochtones en bénéficieront si nous pouvons recevoir leurs phosphates rapidement » a dit Slaatten.

Elle a aussi déclaré qu’ils avaient acheté des phosphates en 2005 et cessé selon les conseils du gouvernement.

Traduit en français par WSRW France

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi