Communiqué de presse, WSRW, Kerr-McGee, 2005
Une campagne internationale s'adresse aux actionnaires de Kerr-McGee pour arrêter les activités au Sahara Occidental occupé. Avec lettre aux actionnaires.
Mis à jour le: 26.06 - 2010 17:36Imprimez cette page    
Observatoire des Ressources du Sahara Occidental -Western Sahara Resource Watch - WSRW

COMMUNIQUÉ DE PRESSE


Rotterdam, Pays-Bas, Delémont, Suisse, le 28 février 2005

Une campagne internationale s'adresse aux actionnaires de Kerr-McGee pour arrêter les activités au Sahara Occidental occupé.

L'Observatoire des Ressources du Sahara Occidental (Western Sahara Resource Watch - WSRW), qui représente des organisations dans un vingtaine de pays de par le monde, a déclenché aujourd'hui une nouvelle campagne contre la compagnie pétrolière américaine Kerr-McGee (KMG). Cette entreprise basée à Oklahoma City s'est engagée dans le pillage des hydrocarbures dans le territoire (offshore) du Sahara Occidental occupé par le Maroc, malgré le caractère illégal et en dépit d'aspects contraires à l'éthique et politiquement controversés de ces activités.

Le Maroc occupe depuis 1975 le Sahara Occidental, en violation de la légalité internationale, et le peuple du territoire lutte sous la direction du Front Polisario pour réaliser son droit a l'autodétermination et à l'indépendance. Depuis 2001, Kerr-McGee a entrepris l'exploration pétrolière des eaux territoriales du Sahara Occidental, sous contrat avec l'entreprise étatique marocaine ONAREP (l'actuelle ONHYM). Le 27 février, le mouvement de solidarité avec le peuple du Sahara Occidental a commencé de contacter les quelque 600 actionnaires les plus importants de KMG, leur demandant de s'activer pour convaincre la compagnie de ne pas renouveler son contrat quand il expirera le 1er mai.

Le Sahara Occidental est la dernière colonie d'Afrique. Après avoir mené une mission d'enquête dans ce territoire, en mai 1975, les Nations Unies ont constaté que la majorité écrasante de la population soutenait massivement le mouvement de libération Polisario et se prononçait catégoriquement en faveur de l'indépendance et contre l'intégration du territoire au Maroc. Mi-octobre de cette même année, la Cour Internationale de Justice donnait son avis selon lequel le peuple du Sahara Occidental a le droit à l'autodétermination, option de l'indépendance inclue.

Le Maroc rejetait l'avis de la Cour et envahissait le territoire, à partir du 1er Novembre 1975 - ce qui engendra la fuite massive de la population vers l'Algérie, où elle trouva refuge. Par la suite le Maroc a refusé, en 1991, d'appliquer le plan de paix des Nations Unies; ce plan prévoyait la tenue d'un référendum qui permettrait au peuple sahraoui de choisir entre l'indépendance et l'intégration au Maroc. Le vice-secrétaire de Nations Unies pour les Affaires Juridiques, Hans Corell, a confirmé en 2001 que le statut du Sahara Occidental est celui d'un territoire non-autonome et que toute exploitation des hydrocarbures du territoire serait illégale.

« Il est remarquable que Kerr-McGee ne comprend toujours pas les dimensions humanitaires, juridiques et politiques catastrophiques qu'il engendre pour le peuple sahraoui. Depuis 3 ans, la compagnie refuse d'entendre nos arguments. Nous espérons maintenant obtenir un appui de la part de ses actionnaires, » a declaré Richard Knight, membre de l'Assocation of Concerned Africa Scholars (Association de chercheurs universitaires africanistes engagés) et porte-parole de Western Sahara Resource Watch.

La campagne demande aux actionnaires de jouer un rôle actif en tant qu'investisseurs, et d'user de leur influence sur KMG pour que celui-ci ne renouvèle pas son contrat, le 1er mai. Si la pression constructive des actionnaires ne parvient pas à changer la politique de KMG, la campagne appellera les investisseurs à se désinvestir.

Des compagnies séismique norvégienne et néerlandaise ont déjà renoncé à de nouvaux  engagements au Sahara Occidental, vu les implications politiques des contrats. Cela a eu lieu après la manifestation active de leurs actionnaires qui s'est traduite en des dizaines de ventes d'actions au cours des années passées. De plus, une entreprise séismique danoise ainsi qu'une compagnie pétrolière française ont abandonné leurs activités dans le territoire, ce qui fait de Kerr-McGee la dernière compagnie étrangère encore impliquée.

L'administrateur de fonds norvégien Skanefondene est l'un des grands actionnaires de Kerr-McGee qui s'est débarrassé de ses 100.000 actions, malgré des pertes d'un montant de deux millions de dollars. En raison de la publicité négative qu'apportent les activités de Kerr-McGee dans les territoires occupés, ils ont considéré ces actions comme trop risquées. Et actuellement c'est le fond norvégien Petroleum Fund, propriété de l'Etat norvégien, qui envisage de vendre ses actions KMG (d'une valeur estimée à 7 millions de dollars).

« La campagne contre Kerr-McGee a engendré une mobilisation impressionnante de par le monde. En ce moment, 19 organisations dans quatre continents ont commencé simultanément à contacter les actionnaires de KMG dans leur pays. Le mois passé, nous avons contacté tous les bureaux-conseil d'investissements éthiques, pour leur demander de recommander à leurs clients la vente des actions KMG. Chercher le contact direct avec les actionnaires est un pas logique dans notre stratégie, » explique Liesbeth den Haan, présidente de la Fondation Néerlandaise pour l'autodétermination du peuple sahraoui.

Aucun pays ne reconnaît la souveraineté du Maroc sur le Sahara Occidental. L'état sahraoui proclamé par le Polisario est membre fondateur de l'Union Africaine et a été reconnu par 70 pays dont l'Afrique du Sud; son gouvernement en exil a fortement critiqué le contrat de KMG avec le Maroc.

Le pillage des hydrocarbures que le Maroc entend commettre est immoral et illégal.

Depuis la signature par KMG du contrat de reconnaissance avec ONAREP, en 2001, le Maroc entrave le processus de paix initié par les Nations Unies. Le Maroc a même rejeté un plan très avantageux pour lui élaboré par l'ancien Secretaire d'Etat US James Baker.

Les activités de Kerr-McGee bloquent les efforts de paix et contribuent à accroître la tension dans la région. Si Kerr-McGee s'entête, des possibilités de démarches juridiques contre la compagnie sont tout à fait envisageables, et nous recommandons vivement à Kerr-McGee de ne pas renouveler son contrat. Nous sommes convaincus que nos actions amèneront Kerr-McGee à se retirer  comme toutes les autres. La question est de savoir comment et quand, » a déclaré Jacob Mundy, fondateur de l'organisation Friends of Western Sahara (Amis du Sahara Occidental )

Pour plus d'informations, pour recevoir le texte integral de la letttre aux actionnaires, nous vous prions de contacter:

Richard Knight (New York, USA) tel (+1) 212-663-5989 begin_of_the_skype_highlighting              (+1) 212-663-5989      end_of_the_skype_highlighting, rknight1[at]juno.com

Jacob Mundy (Seattle, USA) tel (+1) 206-329-1341, mundy[at]u.washington.edu

Tom Marchbanks ˆ Western Sahara Campaign (UK) tel (+44) 794-955-6718, wsc@gn.apc.org

Liesbeth den Haan (Holland), tel (+31) 610858899, e-mail liesbethdenhaan[at]planet.nl

Marie-Claire Martinoli, (Suisse) e-mail: arso[at]arso.org

Cette action fait partie d'une campagne globale et coordonnée de Western Sahara Resource Watch, qui regroupe des organisations qui travaillent pour la préservation des ressources naturelles au Sahara Occidental au bénéfice de son peuple, selon le principe de la souveraineté permanente sur les ressources naturelles en tant que droit de caractère erga omnes stipulé par plusieurs résolutions des Nations Unies et documents internationaux des droits de l'homme.


------------------------------------------------------


Lettre aux actionnaires de Kerr-McGee

Le 27 février 2005

Concerne: les activités offshore de Kerr-McGee au Sahara Occidental occupé


En Octobre 2004, la compagnie américaine Kerr-McGee a renouvelé son contrat avec l'entreprise pétrolière étatique marocaine, ONHYM, portant sur des activités de reconnaissance d'hydrocarbure offshore au Sahara Occidental occupé. Cela s'est fait malgré le caractère illégal de toute exploitation d'hydrocarbure dans ce territoire, et en dépit d'aspects contraires à l'éthique et politiquement controversés du contrat. Dans ce contexte, l'Observatoire des ressources du Sahara Occidental - Western Sahara Resource Watch, vous recommande vivement, en tant qu'investisseur de cette compagnie, de convaincre Kerr-McGee de ne pas renouveler son contrat quand il expirera le 1er mai prochain.

En 2001, les compagnies pétrolières Kerr-McGee et TOTAL (anciennement TotalFinaElf) ont signé des contrats de reconnaissance avec ONHYM (anciennement ONAREP). Le vice-secrétaire général de l'ONU pour les affaires juridiques, Hans Corell, a déclaré par la suite que ces contrats ne sont pas illégaux en soi. Il a cependant conclu, "si des activités de prospection et d'exploitation devaient être entreprises au mépris des intérêts et de la volonté du peuple du Sahara occidental, elles contreviendraient aux principes de droit international (...)".

Nous avons constaté récemment qu'en plus des relevés séismiques réguliers, KMG a aussi exécuté un programme de carottage en profondeur, prélevant des échantillons au fond de la mer au large du Sahara Occidental. Nous considérons ces "explorations plus avancées" comme des activités qui violent l'avis de Hans Corell et le droit international.

Corell a déclaré plus loin que le Maroc n'est pas considéré légalement comme puissance administrante du territoire. Ce qui signifie que l'ONHYM n'a en aucun cas le droit d'agir au nom de la population du territoire occupé. L'Observatoire des ressources du Sahara Occidental - Western Sahara Resource Watch, est convaincu que les arguments juridiques sont suffisamment solides pour que la question de l'exploration par KMG des hydrocarbures dans ce territoire occupé soit soumise à un organe juridique approprié.

Mais, à notre avis, les aspects éthiques de telles activités sont plus importants que les considérations juridiques. Les contrats d'investigation donnent une légitimité à l'occupation du territoire par le Maroc. Ils ont conforté le Maroc dans sa conviction d'être dans son bon droit, alors qu'il viole le droit international et bon nombre de résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU et de l'Assemblée générale. Après la signature des contrats avec les deux compagnies pétrolières, le Maroc s'est confiné dans un rejet catégorique du droit légitime des Sahraouis à s'autodéterminer et décider du futur statut du territoire. Ainsi, les contrats et les activités séismiques conséquentes ont prétérité la recherche d'une solution pacifique selon les plans de paix déjà convenus par les parties en conflit. Le gouvernement de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) en exil a vigoureusement condamné ces contrats et les premières recherches séismiques. Il faut rappeler que le territoire est toujours une zone de conflit, bien qu'un cessez-le-feu soit en vigueur, avec toutes les conséquences possibles que pourraient avoir pour la compagnie, une reprise des hostilités.

Il existe également des raisons économiques pour ne pas investir dans l'industrie marocaine des territoires occupés. L'administrateur du fonds norvégien Skagenfondene a déjà vendu ses 100.000 parts de Kerr-McGee, malgré des pertes d'un montant de deux millions de dollars. En raison de l'image négative des activités de Kerr-McGee dans le territoire occupé, ce fond a considéré ses parts comme financièrement trop risquées. Skagenfondene était alors le plus important actionnaire norvégien de la compagnie pétrolière américaine. Par la suite, le 30 novembre 2004 exactement, le gouvernement de la RASD a invité le ministre norvégien des Finances à vendre les parts Kerr-McGee de l'Etat. Le Conseil éthique du Fond pétrolier de Norvège est en train d'étudier s'il va vendre ses parts. En ce qui concerne la lettre envoyée par le ministre des Affaires étrangères de la République arabe sahraouie démocratique, M. Mohamed Salem Ould Salek, au ministre norvégien des Finances, M. Per-Kristian-Kristian Foss, voir svp http://www.arso.org/FPLetterNO.htm .

La compagnie d'investigations séismique TGS-NOPEC a signé, en mai 2002, des contrats avec Kerr-McGee, Total et la compagnie pétrolière de l'Etat marocain. TGS-NOPEC a accompli ses premiers relevés dans le secteur au printemps 2003.Ces activités ont déclenché une campagne qui invitait l'entreprise à cesser ses activités et les actionnaires à faire pression dans ce sens. Elle a été relatée par les médias internationaux et a trouvé l'appui d'un grand nombre d'O.N.G.et de politiciens, qui ont exigé l'annulation des contrats contraires à l'éthique. Cette image négative dans les relations publiques a conduit un nombre non négligeable d'actionnaires à vendre leurs titres, parmi lesquels l'administrateur de fonds éthiques suédois Banco Funds, qui tous ont critiqué TGS-NOPEC pour ses manquements aux standards éthiques. Le gouvernement norvégien a remis en cause la légalité des contrats, suite à cette même campagne. En butte aux critiques du mouvement international de solidarité, et s'étant pleinement rendu compte de la situation controversée du territoire et de la précarité des contrats de recherche séismiques, TGS-NOPEC a renoncé à d'autres engagements sur place. (voir http://www.tgsnopec.no/newsroom/newsroom_details.asp?id=58). La compagnie hollandaise Fugro NV a repris les activités séismiques de TGS-NOPEC, mais en juillet 2004 elle a annulé d'autres contrats en raison de notre argumentation et d'une campagne semblable. En janvier 2005, la compagnie Thor Offshore Services localisée aux Iles Feroë, qui avait travaillé pour TGS-NOPEC au Sahara Occidental en 2002, a fait savoir qu'elle s'abstenait de poursuivre ses activités en raison de la situation politique. La compagnie pétrolière française Total s'est retirée du Sahara Occidental en novembre 2004.

Kerr-McGee est aujourd'hui la dernière compagnie active dans le territoire. Mais elle ne signale pas ses engagements au Sahara Occidental à ses actionnaires, à notre connaissance, sinon dans le rapport annuel 2003. Ailleurs le secteur est toujours répertorié sous "Maroc ", ce qui signifie une reconnaissance de la présence marocaine dans le territoire, chose qu'aucun Etat au monde n'a fait, y compris les USA. En citant le territoire sous un nom autre que celui qui l'identifie internationalement, la compagnie dissimule ce que nous pensons être une information essentielle pour les actionnaires.

Les USA ont explicitement exclu le Sahara Occidental de leur récent accord de libre-échange avec le Maroc. Le représentant pour le commerce extérieur des USA, Robert Zoellick, a clairement précisé que l'ALE ne vaut que pour les "échanges et investissement dans le territoire du Maroc reconnu internationalement et n'inclut pas le Sahara Occidental".

À plusieurs occasions, ces dernières années, les organisations de solidarité avec le Sahara Occidental de plusieurs pays ont demandé à rencontrer Kerr-McGee, afin d'essayer de comprendre les considérations politiques, éthiques et juridiques à la base de l'engagement dans ce secteur. La compagnie n'a jamais répondu à nos demandes.

L'Observatoire des ressources du Sahara Occidental - Western Sahara Resource Watch invite votre entreprise à prendre ses responsabilités en tant qu'investisseur consciencieux, et de vous assurer que Kerr-McGee ne renouvèle pas son contrat d'exploration pétrolière en zone offshore du Sahara Occidental occupé par le Maroc au 1er mai 2005. Si Kerr-McGee contre toute raison, décide de renouveler le contrat, nous encourageons fortement votre compagnie à se désengager.

Nous demanderons un désinvestissement aussi longtemps que KMG n'a pas déclaré publiquement 1) avoir cessé l'exploration au Sahara Occidental ; 2) à l'instar de ses partenaires, certifier qu'aucun autre contrat ne sera signé tant qu'une solution pacifique du conflit n'a pas été trouvée et ; 3) fasse état des considérations juridiques, politiques et éthiques concernant ces contrats et leur cessation.

Si votre entreprise a besoin d'informations sur le Sahara Occidental, son statut juridique, les résolutions des Nations Unies concernant le conflit, la situation de sa population de réfugiés ou les violations des droits humains commises par l'état marocain dans les territoires occupés, n'hésitez pas à nous contacter. Nous serions très heureux de vous aider.

Cette lettre fait partie d'une campagne globale et coordonnée qui vise à informer les quelque 600 actionnaires les plus importants de KMG dans 19 pays dans le monde sur les activités de la compagnie. L'Observatoire des ressources du Sahara Occidental - Western Sahara Resource Watch, regroupe des organisations et des individus aux USA, Canada, France, Suisse, Hollande, Belgique, Luxembourg, Allemagne, Royaume-Uni, Irlande, Norvège, Suède, Danemark, Finlande, Autriche, Italie, Espagne, Japon et Australie.

Si Kerr-McGee choisit de renouveler son contrat, nous vous recontacterons avec de nouvelles informations.

Avec nos salutations distinguées

Au nom de l'Observatoire des ressources du Sahara Occidental - Western Sahara Resource Watch

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi