La coopération immorale de Innophos avec l'OCP pourrait avoir expiré
f6cesea_lavender_610.jpg

En décembre 2010, l'accord à long terme entre l’importateur mexicain de phosphate Innophos et la compagnie marocaine de phosphates OCP a expiré. Le commerce a lieu depuis 18 ans, et il n’y a pas d’information sur les  dispositions prises ou non pour la poursuite de la coopération. La compagnie n’a pas encore répondu aux questions envoyées par WSRW en octobre sur les achats contraires à l'éthique provenant du territoire occupé.
Mis à jour le: 02.01 - 2011 00:10Imprimez cette page    
Photo ci-dessus : le navire Sea Lavender charge des phosphates dans les territoires occupés du Sahara Occidental, pour Innophos, le 14 Juin 2008. Le commerce a continué en 2010.

Dans un formulaire 10-K, soumis à la commission américaine Securities and Exchange le 8 mars 2010, il apparaît que l'accord à long terme que Innophos a signé en 1992 a expiré en septembre 2010 - avec une option d’extension jusqu'à fin décembre 2010. Innophos a les deux dernières décennies été un acheteur de premier plan des roches de phosphate du Sahara Occidental occupé. L'accord pour l'achat de phosphates appartenant au peuple Sahraoui a été signé avec la compagnie nationale marocaine des phosphates OCP l'automne même où le gouvernement marocain acceptait d'organiser un référendum sur l'indépendance pour les Sahraouis - un référendum qui n'a jamais eu lieu, et pour lequel le Maroc rejette actuellement toute coopération avec l'Onu pour sa mise en place.

Dans le même rapport à la SEC, il est indiqué dans le rapport que l'entreprise d'explorait de nouvelles sources de phosphates. Les essais de Innophos dans une usine pilote ont montré que  d'autres types de phosphate sont utilisables.

"Nous obtenons la quasi-totalité de nos phosphates pour nos installations Coatzacoalcos au Mexique par l'OCP, une société minière nationale au Maroc, selon un accord de 1992 à échéance le 10 septembre 2010, avec une option pour prendre livraison d'une partie du volume à décembre 2010. Nos offres de ce matériau pourraient être affectées par les contraintes de capacité, les troubles politiques, ou des conditions météorologiques dans les zones où notre fournisseur exploite, ou par un échec à parvenir à des nouveaux accords d'approvisionnement. Innophos a également exploré différentes alternatives pour la fourniture de roche phosphatée et MGA, dans le monde entier, pour réduire notre dépendance sur un seul fournisseur pour le phosphate. Grâce à des essais en usine de production et dans notre usine pilote, nous avons réalisé d'importants progrès pour confirmer notre capacité à utiliser de multiples sources de roche et de MGA. À l'heure actuelle, nous ne sommes pas engagés pour des volumes au-delà de l'expiration de notre contrat OCP, mais nous sommes en pourparlers avec plusieurs fournisseurs".

Aucune annonce n'a été présentée par la société pour un renouvellement de l'accord conclu avec l'OCP. Il est raisonnable de croire, cependant, que l’entreprise a déjà pris des dispositions pour d’autres importations, et que l’accord avec l'OCP pour les livraisons depuis la mine de Bou Craa dans les territoires occupés ait pu être prolongé.

Le 15 Octobre 2010, Western Sahara Resource Watch a envoyé une lettre à la maison mère Innophos Holdings, Inc à propos du commerce avec les phosphates du Sahara Occidental, soulignant que le commerce est très contraire à l'éthique et en violation du droit international. L'entreprise n'a pas encore répondu à la lettre. WSRW demandait à Innophos de "démontrer immédiatement son attachement à la légalité internationale, aux droits de l'homme et les normes fondamentales de la responsabilité sociale d’entreprise en mettant fin à ce commerce. » WSRW a en outre posé un certain nombre de questions. Télécharger la lettre sans réponse de WSRW ici.

Les deux entreprises Innophos et OCP ont connu une relation tumultueuse au cours des dernières années avec des désaccords sur le prix et la quantité de livraisons de phosphate. Le différend avait été initialement annoncé requérir l’arbitrage de la Chambre de commerce internationale à Paris, France, mais a été réglé en février de cette année.


Remarquez aussi cette formulation dans le rapport Innophos de 2009 :

Facteur de risque
"[...] Par exemple, nos activités mexicaines et indirectement nos opérations Geismar, (où nous avons récemment exercé une option d'extension à juillet 2021 notre contrat d'achat à long terme pour l'acide vert convertis à partir de phosphate), sont fournis avec le phosphate du Maroc, y compris les territoires où la revendication de souveraineté marocaine est contestée, et les deux pourraient être exposés au risque d'effets indésirables qui peuvent résulter de troubles politiques locaux. "

Télécharger les détails annexes de l'accord de 1992 entre l'OCP et Innophos dans le rapport formulaire S-4 /A à la Commission Securities and Exchange déposé le 14 février 2006. Le rapport précise que les phosphates viennent de la mine de Bou Craa au Sahara Occidental.

Le premier accord a été signé avec la société Industrias Troy avant à création de Innophos. "En 1992, Troy Industrias a acquis l’installation, et en 1994 elle a formé un joint-venture avec Albright & Wilson (A & W Troy). En 1998, Albright & Wilson a acheté les intérêts Troy Industrias et le 14 mars 2000 Rhodia a acquis Albright & Wilson. L'usine a fonctionné comme une entreprise Rhodia jusqu'à la création de Innophos le 16 août 2004 ", a expliqué Innophos dans un rapport sur ses activités mexicaines.

innophos-ocp_500.jpg

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi