La CE cherche un nouvel accord de pêche avec le Maroc
damanaki_canete_2_610.jpg

Le 5 janvier, la Commission Européenne a publié une demande aux États membres de l'UE, sollicitant leur appui pour mener des négociations avec le Maroc afin de parvenir à un nouveau protocole de pêche à long terme. Les zones de pêche couvertes par l'accord envisagé incluent aussi les eaux du Sahara Occidental.
Mis à jour le: 19.01 - 2012 16:46Imprimez cette page    
La Commissaire Européenne pour la pêche Maria Damanaki a indiqué qu'elle cherche à établir un nouveau protocole de pêche "en ligne avec la position exprimée par le Conseil de l'UE et le vote au Parlement Européen".

Le Parlement Européen a voté le 14 décembre contre la prolongation d'un an du protocole précédent, suivant des préoccupations juridiques, environnementales et économiques. Les services juridiques du Parlement avaient conclu que l'accord était en violation avec le droit international, puisque le Sahara Occidental ne fait pas partie du Maroc, et que le peuple de ce territoire n'a jamais approuvé la pêche. En outre, un rapport d'évaluation externe a montré que l'accord était un complet gaspillage de l'argent des contribuables de l’UE, et contribuait à la destruction de la vie marine au large des côtes du Sahara Occidental.

La Commissaire Damanaki a déclaré que le nouvel accord comprendra des garanties juridiques environnementales et économiques en cohérence avec les préoccupations du Parlement et du Conseil. Le commissaire propose que le Maroc se conforme au droit international et fasse des rapports réguliers sur son utilisation des fonds de l'UE pour la population concernée, y compris le peuple du Sahara Occidental.

Selon l'avis juridique de l'ONU de 2002, les activités économiques au Sahara Occidental ne peuvent être considérées comme licites que si le peuple Sahraoui est consulté, y consent et bénéficie de ces activités. Encore une fois, la Commission européenne ne porte aucun intérêt à la volonté du peuple Sahraoui.

Le commissaire a déjà repris des contacts informels avec Rabat.

L'Espagne pousse pour un nouvel accord

tn_demo_oslo13_509.jpgL'Espagne a préconisé sans relâche un nouveau protocole avec le Maroc. Selon le protocole précédent, le pays a reçu pas moins de 100 des 119 licences de pêche disponibles. Le veto du Parlement en décembre a entraîné le départ des eaux du Sahara et du Maroc des 64 navires espagnols, principalement de l'Andalousie et les îles Canaries.

Presque immédiatement après son entrée en fonction, le nouveau ministre espagnol de la pêche, Miguel Arias Cañete, a rencontré la commissaire européenne Damanaki pour la presser de parvenir à un accord avec le Maroc aussi rapidement que possible. Cañete pense aussi que l'Union Européenne devraient indemniser l'Espagne pour la perte des possibilités de pêche au Maroc - un coût qu'il estime à environ 15 à 16 millions d'euros.

Le ministre espagnol évite toutes les questions sur le Sahara Occidental, ancienne colonie espagnole. Il a déclaré qu'il attend de l'UE qu’elle soit suffisamment souple pour permettre au Maroc d'accepter à un accord aussi rapidement possible. Cañete a averti que «le gouvernement espagnol ne ménagera aucun effort pour s'assurer que les accidents qui sont survenus au Parlement européen ne se répètent pas."

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi