Cairn et Kosmos demandent un nouveau permis au Sahara occupé
Article image
L'Ecossaise Cairn Energy affirme que sa joint-venture avec la société américaine Kosmos Energy a laissé tomber sa licence d'exploration pétrolière au Sahara Occidental occupé, mais ... qu'elle en redemande maintenant une partie de la même région.
Publié 23 avril 2016


Photo ci-dessus : Les réfugiés sahraouis manifestent contre l'implication de Cairns dans leur patrie occupée, au moment du référendum sur l'indépendance en Ecosse en septembre 2014.

Dans son rapport annuel pour 2015, la compagnie pétrolière écossaise Cairn Energy a déclaré que "la licence Cap Boujdour suit un processus d'abandon, même si la joint-venture cherche à obtenir une nouvelle licence d'exploration sur la superficie". (P. 33)

Cette joint-venture lie Cairn à Kosmos Energy, une compagnie pétrolière basée au Texas. Ensemble, Cairn et Kosmos ont entrepris le premier forage d'un puits extracôtier au Sahara Occidental occupé en mars 2015. Une opération très controversée, puisque la joint-venture avait obtenu sa licence sur le bloc Boujdour du gouvernement marocain, qui n'a pas de mandat pour administrer le Sahara Occidental. En dépit de cela, le Maroc continue d'occuper une grande partie de ce qui est souvent désigné comme la dernière colonie d'Afrique, et procède à la vente de ses ressources pour son propre bénéfice.

Cependant, le résultat de cette première opération de forage exploratoire n'a pas été très prometteur. "Le puits CB-1 foré à Cap Boujdour, a rencontré des hydrocarbures, mais la découverte était non-commerciale et le puits a été bouché et abandonné au 1er trimestre 2015», peut on lire p 31 du rapport annuel de Cairn. "Le puits, achevé en mars 2015 n'a pas eu de succès, avec des coûts totaux relatifs à la licence de 82 millions de $US imputés au compte de résultat, 35 millions de $US en 2015 et 47 millions de US $ en 2014" (p 33).

Néanmoins, Cairn et Kosmos ont postulé pour une prochaine licence d'exploration sur la même superficie. "Des discussions sont en cours avec l'Office National des Hydrocarbures et des Mines (ONHYM) pour une nouvelle zone de contrat Boujdour maritime au large des côtes du Sahara Occidental (Kosmos Operator 55% WI, ONHYM 25% WI, Cairn 20% WI)", peut on lire p 31 du rapport annuel de Cairn.

Tout comme dans le rapport annuel de l'année précédente, Cairn ne comprend à nouveau rien des principes de base du conflit du Sahara Occidental. Tout au long de son rapport annuel, Cairn parle du bloc comme se trouvant au "Maroc", ce qui n'est pas le cas. Cairn a adapté toutes les cartes du rapport de l'année dernière, en supprimant toutes les frontières internationales entre le Sahara Occidental et les pays voisins. La frontière au Maroc a été retirée l'an dernier. La compagnie continue à mentionner "Maroc" pour décrire l'emplacement de leur bloc.

"Nous demandons aux actionnaires de contacter Cairn et Kosmos et d'exhorter les entreprises à ne pas obtenir une nouvelle licence", a déclaré Joanna Allan, présidente de Western Sahara Resource Watch.
"L'approche de Cairn et Kosmos est grotesquement contraire à l'éthique. Nous demandons à tous les investisseurs d'examiner le document des Nations Unies que Kosmos et Cairn utilisent pour tenter de légitimer leurs actions. Les deux compagnies dénaturent manifestement ce que l'ONU a conclu sur la question", a déclaré Allan.

Cairn indique également que les licences qu'elle détenait pour les blocs pétroliers au large des côtes du Maroc, les soi-disant licences Foum Draa et Juby Maritime, ont été cédées au cours du troisième et du quatrième trimestre de 2015. Donc, aujourd'hui, le seul intérêt commercial de Cairn avec le gouvernement marocain, porte sur un territoire qui n'est pas au Maroc.

Le PDG de la compagnie affirme que Cairn "continuera à défendre et à soutenir les dix principes du Pacte mondial des Nations Unies".

WSRW a envoyé une lettre à Cairn, le 19 février 2014 et le 13 avril 2016. La société n'a pas encore répondu.

Le rapport annuel 2015 de Cairn peut également être téléchargé ici.


Mise à Jour, 19 avril à 8h20. Kosmos Energy a déclaré le 15 avril à Upstream Online "Nous sommes bien au-delà d'une nouvelle demande de licence. Nous sommes en fait dans de sérieuses négociations pour un nouvel accord appelé Boujdour maritime qui couvre à peu près la même zone (que Cap Boujdour)".

Nulle en géographie
Plusieurs années après l'entrée de Cairn dans le bloc au Sahara Occidental, la compagnie ne sait toujours pas placer son puits d'exploration dans le bon pays. Ce puits n'a pas été foré au Maroc. En fait, le Maroc n'a même pas émis de revendication maritime sur la zone dans laquelle se trouve le puits. Cairn prétend également suivre l'ONU sur le sujet, en dénaturant la conclusion d'un avis juridique onusien sur la question.
Les segments ci-dessous sont tous extraits du rapport annuel de Cairns récemment publié pour 2015.

cairn_morocco_2015c_609.jpg

cairn_licence_list_2015_350.jpg

cairn_morocco_2015_350.jpg

cairn_morocco_2015b_350.jpg


Actualités

Les études se poursuivent sur le bloc de Kosmos Energy

Est-ce que Kosmos Energy entreprend une dernière étude sur le permis de Boujdour Maritime avant de faire ses adieux au Sahara Occidental occupé ? Ou a une entreprise inconnue a-t-elle pris en charge la licence ? La semaine dernière, les relevés pétroliers des fonds marins ont débuté à l'endroit où Kosmos a foré en 2014.

09 février 2018

Kosmos et Cairn se sont retirés du Sahara Occidental

17 années d'implication d'une compagnie privée américaine d'exploration du potentiel pétrolier du Sahara Occidental ont pris fin.

09 février 2018

L'étude pétrolière Kosmos/Cairn dans les eaux occupées est terminée

Le programme d'étude sismique de Kosmos Energy et de Cairn Energy situé au large du Sahara occidental s'est terminé le 12 avril.
24 avril 2017

Le Polisario contre l’exploration Kosmos/Cairn dans les eaux occupées

Le mouvement de libération nationale du Sahara Occidental a envoyé une lettre de protestation à la société Kosmos Energy, basée au Texas, qui mène des explorations pétrolières dans les eaux du Sahara Occidental occupé par le gouvernement marocain.
07 avril 2017