Le peuple que Siemens refuse d'entendre
Article image
Le 6 novembre 2016, des réfugiés du Sahara Occidental ont organisé une manifestation contre les compagnies d'énergie Siemens et Enel. Les deux entreprises refusent de suivre les recommandations des Nations unies visant à obtenir le consentement sahraoui à la construction d’éoliennes pour le Maroc sur les territoires occupés.
Publié 08 novembre 2016


Le peuple du Sahara occidental a le dernier mot sur la gestion des ressources. Cela a été confirmé à maintes reprises, encore tout récemment, le 4 novembre 2016, par le Conseil des droits de l'homme de l'ONU.

Les deux entreprises Siemens et Enel, montant des programmes prétendument « durables » dans les territoires occupés, ne cherchent pas à obtenir le consentement du peuple originaire. Elles remportent des appels d'offres pour la production d'énergie dans le territoire occupé, en partenariat avec une société du roi marocain, Nareva.

Le 6 novembre 2016, des centaines de réfugiés sahraouis vivant dans des camps de l’autre côté de la frontière avec l’Algérie ont protesté contre les opérations des deux compagnies. La moitié du peuple du Sahara Occidental a fui le territoire suite à l'occupation illégale marocaine de l'ancienne colonie espagnole. La manifestation a eu lieu dans le camp appelé Smara.

Western Sahara Resource Watch tente depuis plusieurs années d'obtenir des réponses de Siemens sur ce qu'elle a fait pour obtenir le consentement des Sahraouis, mais la compagnie ne répond pas. L'ancien conseiller juridique de l'ONU - qui a écrit un avis important pour le Conseil de sécurité de l'ONU sur cette question en 2002 - a déclaré le 2 novembre 2016 que ces opérations constituent une violation du droit international.

Les éoliennes Siemens fournissent à elles seules 95% de l'énergie nécessaire au Maroc pour exploiter les ressources minérales non renouvelables des territoires occupés, selon un nouveau rapport WSRW.

La manifestation a été organisée par trois groupes de jeunes basés dans les camps de réfugiés. Ces groupes invitent tous les participants aux débats de la COP22 en cours à Marrakech à profiter de l'opportunité « à se renseigner sur l'injustice commise par le gouvernement marocain » envers les Sahraouis tant dans le passé que par les projets énergétiques « durables » actuels, qui sont perçus par beaucoup comme renforçant l'occupation.

« Les entreprises qui pillent nos ressources naturelles ne volent pas seulement nos ressources, elles usurpent également nos rêves et notre avenir et prolongent l’exil de notre peuple. Leurs agissements favorisent la politique et le calendrier marocains visant à détruire le peuple sahraoui », déclarent-ils.

Le Maroc occupe une partie du Sahara Occidental depuis 1975.

Cliquez sur chaque image pour obtenir la haute résolution.

siemens_0436_609.jpg

siemens_enel_0438_609.jpg

siemens_7050_609.jpg

siemens_1543_609.jpg

siemens_1491_609.jpg

siemens_0471_609.jpg

siemens_enel_609.jpg

siemens_0467_609.jpg

siemens_0445_609.jpg

siemens_0433_609.jpg

siemens_0447_609.jpg

siemens_0429_609.jpg

siemens_0449_609.jpg


Actualités

L'énergie éolienne marocaine au Sahara Occidental occupé passerait 40%

D'autres fermes éoliennes sont prévues au Sahara Occidental occupé, et toutes sont dans le portefeuille de la compagnie du monarque marocain NAREVA.
03 novembre 2017

Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

02 novembre 2016

Siemens et Enel vont construire des parcs éoliens sur terres occupées

La compagnie germano-danoise Siemens Wind Power et de l'italien Enel Green Power ont remporté l'appel d'offres pour la construction de cinq parcs éoliens au Maroc. Néanmoins, deux des parcs prévus sont situés à l'extérieur du Maroc, et à l'intérieur Sahara Occidental occupé. WSRW leur avait déconseillé de prendre part à l'appel d'offres.

17 décembre 2015

L'énergie verte complice de l’occupation au Sahara Occidental

Western Sahara Resource Watch lance aujourd'hui un rapport détaillé sur la manière dont le Maroc a l'intention de construire de centrales d'énergie renouvelable de plus de 1000 MW (mégawatts) au Sahara Occidental, un territoire que le Maroc occupe partiellement.

28 août 2013