WSRW : interrogez l'Espagne sur le Sahara Occidental pour l'EPU
Article image

Le mois prochain, le bilan de l’Espagne en matière de droits de l’homme sera examiné par le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies à Genève. WSRW demande aux États membres de l'ONU de pointer les droits du peuple du Sahara Occidental, dont l'Espagne continue d'être responsable.
 

Publié 10 décembre 2019

Tous les quatre à cinq ans, tous les États membres de l'ONU doivent rendre compte de leurs progrès en matière de droits de l'homme au Conseil des droits de l'homme des Nations Unies dans le cadre de ce qu'on appelle l'Examen périodique universel (EPU).

L'Espagne devrait être évaluée dans le cadre de l'EPU le 22 janvier 2020. WSRW souligne que l'Espagne doit être tenue responsable de ses antécédents en matière de droits de l'homme à l'intérieur du territoire qu'elle n'a jamais légalement et de manière responsable décolonisé : le Sahara Occidental.

L'Espagne a le devoir de décoloniser le territoire du Sahara Occidental et continue d'être responsable à l'égard du peuple sahraoui indigène. Cela a été confirmé dans deux décisions rendues par le tribunal national espagnol en 2014 et 2015, qui déclarent que l'Espagne reste la puissance administrante du Sahara Occidental, faisant écho à la Charte des Nations Unies et à l'avis juridique de l'ONU de 2002 sur les ressources minérales du Sahara Occidental.

Pourtant, selon les EPU effectués par l'Espagne au cours de la dernière décennie, aucun progrès n'a été fait pour mettre en oeuvre le droit à l'autodétermination au Sahara Occidental, et l'Espagne n'a pas non plus rendu compte de ses obligations de décoloniser et d'assurer le bien-être du peuple du territoire.

Plus tôt cette année, Western Sahara Resource Watch (WSRW), en collaboration avec l'organisation espagnole NOVACT, a présenté un rapport alternatif recommandant à l'Espagne de respecter, protéger et honorer ses obligations en matière de droits de l'homme vis-à-vis du peuple du Sahara Occidental, en particulier la droit à l'autodétermination et droit à leurs ressources naturelles.

"C'est l'Espagne qui est uniquement tenue d'assurer l'autodétermination du peuple sahraoui", indique le rapport, faisant référence aux tribunaux espagnols et au droit international.

Mais au lieu de travailler à l'exercice de l'autodétermination, l'Espagne manque manifestement à ses obligations au titre de la Charte des Nations Unies afin de satisfaire ses propres intérêts économiques musclés, plutôt que les intérêts du peuple sahraoui. Tout en ignorant de façon flagrante les Sahraouis, l’Espagne travaille avec le Maroc pour avoir accès aux ressources du Sahara Occidental, ou s’engage dans des projets qui cimentent l’occupation du Maroc.

Téléchargez ici le rapport. (en anglais)

"Nous appelons tous les États membres de l'ONU à interpeller les responsabilités de l'Espagne concernant les droits du peuple sahraoui", a déclaré la coordinatrice du WSRW, Sara Eyckmans.

Le rapport a été officiellement présenté à Genève aujourd'hui, 10 décembre 2019.

Actualités

Des États demandent à l'Espagne de respecter les droits des Sahraouis

La Namibie et le Timor oriental ont recommandé le 22 janvier à l'Espagne de respecter le droit du peuple sahraoui à un consentement libre, préalable et éclairé en ce qui concerne l'exploitation des ressources naturelles du Sahara Occidental.

26 janvier 2020

Rapport : le Maroc utilise l'énergie verte pour embellir son occupation

D'ici 2030, la moitié de l'énergie d'origine éolienne produite par le Maroc pourrait l'être illégalement au Sahara Occidental occupé. Pourtant, le Maroc se présente comme le meilleur de la classe sur la transition énergétique.

06 octobre 2021

Le pétrole d'Espagne continue à alimenter l'occupation

Voici tous les navires qui ont l’année dernière transporté des produits pétroliers des raffineries espagnoles vers le Sahara Occidental occupé.

04 septembre 2021

Un groupe espagnol aide le Maroc à verdir l'occupation

Le gouvernement marocain a fait appel à des consultants espagnols pour grimer le point noir des droits humains de Dakhla en une prétendue éco-ville.

20 août 2021