Le navire de gaz norvégien détourné du Sahara Occidental
Article image

Un navire transportant du gaz norvégien devait arriver le 7 juin au Sahara Occidental occupé, a été dérouté à la dernière minute, sur ordre de l'exportateur norvégien.

Publié 07. June 20

Photo: Igor Dilo. 

ecoinvictus05.06.2020_22.05_610.jpg

Les copies d'écran ci-dessous montrent comment le port de destination a été modifié vers 23h le 5 juin, de "EUN" au Sahara Occidental à "MOH" au Maroc. L'article continue sous l'illustration.

Le 7 juin, le pétrolier Eco Invictus devait arriver pour une escale au Sahara Occidental avec environ 4 900 tonnes de butane en provenance de Kårstø en Norvège. Cependant, à la dernière minute, l'exportateur a décidé de ne pas envoyer la cargaison jusqu'au territoire occupé.

Vendredi soir tard, le 5 juin, après avoir navigué le long des côtes du Portugal, le navire a soudainement changé de cap et de destination. À partir de 23 heures CET, le navire a commencé à communiquer qu'il avait changé de destination pour Mohammedia, une ville côtière marocaine près de Casablanca. L'arrivée du navire à Mohammedia a été alors indiquée pour 14 heures CET samedi 6 juin.

ecoinvictus05.06.2020_2311_610.jpg

De ce fait, la livraison de gaz norvégien sur le territoire a été détroussée. Le Sahara Occidental a été enregistré comme port de destination pour le transport toute la semaine, depuis le départ du navire de Kårstø le 31 mai. Le territoire du Sahara Occidental est sous occupation illégale par le Maroc, son voisin, et le gaz est nécessaire aux industries marocaines.

"Les réserves norvégiennes de gaz sont la propriété du peuple norvégien. Aujourd'hui, la Norvège profite de l'exportation de gaz vers un territoire occupé où il est utilisé pour saboter le même principe d'autodétermination sur lequel nous avons bâti notre indépendance, notre richesse et notre État providence. C'est profondément attristant à observer », a déclaré le directeur du Comité norvégien de soutien au Sahara Occidental, Erik Hagen, au quotidien norvégien Finansavisen.

Mais cette cargaison particulière n'a jamais été livrée, comme Finansavisen l'avait prévu.

Vendredi après-midi, le Comité norvégien de soutien a contacté l'opérateur et l'équipage du navire pour lui demander de ne pas se rendre dans le territoire occupé. La question concernant les exportations de gaz de cette semaine a également été soulevée auprès des sociétés qui gèrent le terminal d'exportation de Kårstø et a fait l'objet d'une question parlementaire hier au ministre norvégien du Pétrole et de l'Énergie.

D'après ce que le Comité norvégien de soutien a appris, la décision de modifier la route du navire est directement associée à la solide position norvégienne sur l'autodétermination du Sahara Occidental.

norway_protest_609.jpg
Dans les camps de réfugiés sahraouis en Algérie, plusieurs ont protesté contre l'expédition de ces cargaisons.

Il y a seulement quelques semaines, la compagnie nationale norvégienne Equinor a été prise en flagrant délit d'un transport similaire depuis Kårstø, avec le même type de gaz, à bord d'un navire du même opérateur grec.

L'ONG norvégienne a obtenu la confirmation qu'Equinor n'était pas l'expéditeur de la cargaison de cette semaine. L'affaire Equinor a reçu une couverture médiatique nationale en mai, et la société a promis d'introduire des rêgles pour empêcher que cela ne se reproduise.

Le géant chimique autrichien Borealis a également déclaré en mai qu'il ne participerait pas à de telles exportations depuis son terminal en Suède.

Actualités

Des câbles télécoms dans les eaux occupées

La société française Alcatel Submarine Networks SpA, détenue en partie par Nokia, a posé des câbles télécoms au Sahara Occidental occupé.

19. Apr 21

Rapport annuel : les clients du minerai du conflit du Sahara Occidental

L’Inde et la Nouvelle-Zélande se distinguent comme les principaux importateurs de minerai de phosphate du Sahara Occidental occupé, détaillé dans le dernier rapport annuel de WSRW sur le commerce controversé.

13. Apr 21

Voilà les questions auxquelles Siemens ne répondra pas

Lors de son assemblée générale annuelle, Siemens Gamesa s'est montré plus évasif que jamais en ce qui concerne les questions fondamentales sur l'implication de l'entreprise dans le Sahara Occidental occupé.

01. Apr 21

Thyssenkrupp poursuivra-t-il ses activités au Sahara Occidental ?

Le géant allemand de l'ingénierie industrielle reste évasif s'il va ou non se tenir à distance des futurs projets au Sahara Occidental occupé.

17. Mar 21