Une instance de l'ONU demande la libération immédiate des prisonniers sahraouis
5f832eae78f08_gdeim_izik

Le Maroc doit immédiatement libérer un groupe de défenseurs des droits humains de premier plan, exige le Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire.

27 novembre 2023

Les familles des prisonniers tiendront une conférence de presse numérique le 8 décembre à 12h00 CET.

La conférence de presse est organisée par les familles, en collaboration avec un certain nombre d'organisations (la Ligue pour la protection des prisonniers politiques sahraouis détenus dans les prisons marocaines (LPPS), le Groupe de soutien de Genève pour la protection et la promotion des droits humains au Sahara Occidental), les avocats des familles, et avec le soutien d'organisations internationales.

Suivez la conférence de presse ici.

13 ans après que deux douzaines de militants sahraouis ont été condamnés à des peines draconiennes par un tribunal marocain, le Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire a conclu que leur détention était illégale.

Le document de l’ONU a été rédigé le 11 octobre 2023, mais n’a été rendu disponible que très récemment.

Rabat doit immédiatement libérer ce groupe, qui comprend des journalistes et des défenseurs des droits de l'homme du Sahara Occidental occupé par le Maroc, a déclaré l'organisme de l'ONU. Le groupe a été arrêté en 2010 alors qu'il participait à une manifestation - à Gdeim Izik, dans le territoire occupé - appelant au respect des droits socio-économiques du peuple sahraoui.

"Les prisonniers de Gdeim Izik" continuent à ce jour de subir des traitements inhumains s'apparentant à de la torture. Lisez ici les profils des individus du groupe.

Avec la demande de libération des prisonniers, le Groupe de travail des Nations Unies souligne des violations flagrantes telles que l'interdiction du recourt à un avocat, des aveux extorqués sous la torture et le manque d'impartialité et d'indépendance du tribunal, concluant que les prisonniers ont été arbitrairement privés de leur liberté depuis leur arrestation en 2010. Le Groupe de travail des Nations Unies a également demandé au Maroc d'assurer des réparations et a exhorté le Royaume à enquêter sur la privation arbitraire de liberté et à prendre des mesures contre les responsables.

L'un des prisonniers, condamné à perpétuité, est le secrétaire général du Comité pour la protection des ressources naturelles au Sahara Occidental.

Saluant cette décision, le professeur et ancien président-rapporteur du Groupe de travail des Nations Unies, Mads Andenas, qui fournit des conseils juridiques aux prisonniers, a déclaré : « La décision est une confirmation importante des observations déjà faites par de nombreux observateurs du procès, Amnesty International et Human Rights Watch, divers titulaires de mandat de l’ONU et le Comité de l’ONU contre la torture. Connaissant la tendance vicieuse du Maroc et sa spirale inquiétante consistant à refuser les échanges, à nier les violations graves et à soumettre les victimes et leurs familles à des représailles, nous demandons à tous les États et tiers de faire pression sur le Maroc pour qu'il mette en œuvre cette décision et libère les prisonniers.

"Nous saluons la décision du Groupe de travail de l'ONU confirmant la détention illégale de nos fils et exigeons que le Maroc les libère immédiatement", ont commenté les familles des prisonniers dans un communiqué.

En plus de considérer la détention de ces militants comme arbitraire, le Groupe de travail des Nations Unies a exprimé sa grave préoccupation concernant le nombre de cas présumés de détention arbitraire au Sahara Occidental. Le Groupe de travail des Nations Unies a également fait écho aux préoccupations déjà exprimées par le Comité des Nations Unies contre la torture ainsi que par plusieurs titulaires de mandats dits des procédures spéciales sur le cas des prisonniers de Gdeim Izik.

Le Comité de l'ONU contre la torture a déjà traité et publié cinq décisions concernant les prisonniers de Gdeim Izik, Mohammed Bani, Abdeljalil Laaroussi, Naama Asfari, Mohammed Bourial et Sidi Abdallahi Abbahah , dénonçant la torture et l'utilisation d'aveux signés sous la torture comme base de leur maintien en détention.

Les familles des prisonniers tiendront une conférence de presse virtuelle le 8 décembre à 12h00 CET. Aux côtés des familles, la conférence est organisée avec la Ligue pour la protection des prisonniers politiques sahraouis détenus dans les prisons marocaines (LPPS), le Groupe d'appui de Genève pour la protection et la promotion des droits de l'homme au Sahara Occidental, leurs conseillers juridiques et avec le soutien de organisations internationales.

 

Puisque vous êtes là....

Le travail de WSRW est plus que jamais lu et utilisé. Nous travaillons de manière totalement indépendante et dans une large mesure bénévolement. Notre travail demande du temps, du dévouement et de la rigueur. Mais nous le faisons parce que nous pensons que c'est important - et nous espérons que vous aussi. Si vous souhaitez contribuer à notre travail par un efficace don mensuel - 3 €, 5 €, 8 € ou ce que vous pouvez - l'avenir de WSRW serait beaucoup plus sûr. Et vous pouvez rapidement effectuer ce don mensuel à WSRW en suivant les instructions.

Actualités

GE Vernova et son projet d'hydrogène vert au Sahara Occidental occupé

Une filiale de la société américaine General Electric s'associe au gouvernement marocain pour un projet d'infrastructure dans le Sahara Occidental illégalement occupé.

15 février 2024

Le HDF utilise un militant marocain pour défendre la controverse

WSRW n'a jamais reçu de réponse qui défende politiquement l'occupation à un degré similaire à celle reçue d'un militant français pour le Maroc au nom de la société d'énergie renouvelable HDF Energy.

09 février 2024

Pourquoi WSRW ne participera pas à l'étude de l'UE sur le Sahara Occidental

WSRW a été invité à contribuer à un document de la Commission Européenne sur le commerce avec les intérêts marocains au Sahara Occidental occupé. Voila pourquoi nous refusons d'y participer.

19 janvier 2024

Croissance rapide des huîtres en zone de conflit

La moitié des exportateurs marocains de coquillages agréés à l'exportation vers l'UE sont en fait situés au Sahara Occidental occupé.

10 janvier 2024