Calvo aussi spolie le Sahara Occidental
Les activités de l'une des entreprises des conserves les plus importantes de l'Espagne ne sont pas si propres qu’on veut nous faire croire.
Mis à jour le: 17.06 - 2008 15:22Imprimez cette page    
Calvo opère illégalement dans le Sahara Occidental, en profitant des bancs de pêche saharienne, principalement sardine et maquereau, dans lesquelles il s'approvisionne depuis le port d'El Aaiun, la capitale du Sahara Occidental. Bien que ces deux produits soient ceux qu'ils commercialisent le plus, ils font aussi des essais avec d'autres produits comme la moule.

Calvo a une infrastructure importante établie dans El Aaiun, où elle est une propriétaire de navires qui peuvent conserver et congeler le poisson obtenu illégalement. Le nombre de travailleurs est d'environ 430, dont 400 sont des femmes de la ligne de production. Elles touchent autour de 150 € mensuels, 98 % d’entre elles sont marocaines. Les autres sont : 4 agents (avec salaires d'environ 200 € mensuels), les conducteurs (ils touchent environ 250 € mensuels), techniques, administratifs (environ 5, qui touchent environ 350 € mensuels), en plus du chef de production (autour de 1000 € mensuels).

La conduite éthique de Calvo est hautement réprouvable. Non seulement l’entreprise fait commerce de pêche illégalement prise au Sahara Occidental, mais, déclare en plus dans son information que les produits sont d'origine marocaine ou, comme indiqué sur la page Web (http://www.calvo.es/_es/grupo/g_fabricas.asp), que ses installations d'El Aaiun se trouvent au Maroc. Rappelons qu'aucun pays ni institution n'ont reconnu la souveraineté du Maroc sur le Sahara Occidental.

Western Sahara Resource Watch a envoyé un courrier au Président de Calvo, D. José Luis Calvo Pumpido, exigeant la cessation immédiate des activités de Calvo dans les territoires occupés du Sahara Occidental. Vous pouvez télécharger le courrier ici (en espagnole).

Il y a aussi d'autres entreprises importantes de conserverie espagnoles, comme Jealsa (qui commercialise des conserves Rianxeira) qui, associées à une entreprise marocaine, portent la même politique de spoliation que Calvo, sur une ligne de production similaire. Ces entreprises se trouvent aussi dans le port d'El Aaiun.

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi