Des études sismiques britanniques au Sahara Occidental occupé
longreach_610.jpg

La compagnie pétrolière britannique Longreach Oil & Gas a annoncé le 21 novembre 2011 qu'ils mènent actuellement des études sismiques au Sahara Occidental occupé. Les études sont menées en violation du droit international.
Mis à jour le: 07.12 - 2011 21:52Imprimez cette page    
L'ONU a déclaré en 2002 que faire de la prospection pétrolière au Sahara Occidental viole le droit international, si le peuple sahraoui n’a pas été consulté.

Sans prendre en compte le peuple, la compagnie britannique de protection pétrolière Longreach Oil & Gas a, en partenariat avec San Leon Energy a commencé des relevés sismiques dans le bloc dit de Zag sur la section nord-est du Sahara Occidental occupé.

Les études sur le bloc Zag ont commencé en octobre 2011, selon les informations publiées dans une présentation sur les pages Web de la compagnie Longreach.

Le programme sismique 2011 de l’entreprise anglo-irlandaise a déjà commencé cet été sur le bloc voisin du bloc Tarfaya, probablement dans une section de Tarfaya situé au Maroc. Le 21 septembre 2011, l’étude sismique a été réalisée à Tarfaya, selon les nouvelles informations de Longreach.

L'interprétation des données sismiques devait initialement être réalisée par le bureau de Londres d'une société norvégienne de services sismiques, Spectrum ASA. Mais quand les médias norvégiens ont découvert l'implication de Spectrum dans l'attribution controversée, l'entreprise a abandonné le mandat de Longreach / San Leon. Spectrum a déclaré qu'il n’entreprendra plus aucun chantier dans la région.

"Je n'ai aucun problème à affirmer, rétrospectivement, qu'il aurait pu être une mauvaise idée de prendre cette mission", a déclaré en septembre le PDG de la société de services sismiques Spectrum ASA aux médias d'affaires norvégiens.

Avec le départ de la sous-traitance par Spectrum Royaume-Uni / Norvège, Longreach a dû trouver un autre partenaire pour mener à bien l'interprétation des données sismiques. En attendant, les études sismiques se sont poursuivies. D'après les informations de WSRW, les études sont effectuées par Novaseis, filiale polonaise/néerlandaise et propriété de San Leon. Le nouveau document de Longreach révèle que les deux entreprises partenaires envisagent de forer en 2013.

Le bloc Zag, où il est annoncé que les études sismiques ont commencé, est situé dans la partie du Sahara Occidental contrôlées par Maroc, une partie dans les zones contrôlées par le Polisario, et une partie au Maroc même.

Les ressources naturelles sont un élément central des négociations de paix de l'ONU. Le Maroc pratique une industrie que l'ONU a déclarée illégale. San Leon, comme opérateur du bloc Zag, a déclaré cet été à la télévision irlandaise qu'il ne leur était pas nécessaire de consulter le peuple Sahraoui. «Ils ne sont pas représentatifs", a déclaré le PDG de l'entreprise, ignorant clairement l’avis juridique de l'ONU.

Les deux entreprises sont les seules entreprises a avoir des permis onshore du Sahara Occidental occupé. La société américaine, Kosmos Energy, détient, elle, une licence offshore du territoire.


    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi