Les discussions UE-Maroc sur l’ALEAC  pour fin février
eu_morocco_flag.jpg

Le gouvernement marocain et la Commission européenne devraient entamer des négociations pour cet accord très problématique de libre échange approfondi et complet (ALEAC) le 25 février 2013.
Mis à jour le: 12.02 - 2013 14:31Imprimez cette page    
Les Etats membres de l'UE ont donné le feu vert de la Commission pour commencer le processus de négociations, après avoir vu les résultats de "scoping exercice" (étude de portée) - une consultation des parties prenantes susceptibles d'être affectées par l'accord envisagé de libre échange approfondi et complet.

Mais l’un des principaux acteurs a encore une fois été oublié : le peuple sahraoui. Si les expériences précédentes ne comptent pas, l'UE ne va encore pas faire la différence entre les territoires du Maroc et du Sahara Occidental occupé.

Le 26 juin 2012, 31 ONG sahraouies des territoires occupés et les camps de réfugiés au sud-ouest de l'Algérie, ont écrit une lettre à la Commission européenne pour demander l’exclusion du Sahara Occidental occupé du champ d'application de l’ALEAC, afin qu’il soit en conformité avec le droit international.

Bien que la Commission affirme l'importance de sa rencontre avec les groupes locaux de la société civile dans le pays partenaire, aucun effort n'a été fait pour répondre aux groupes sahraouis et discuter de leurs préoccupations.

Dans l'attente de l'acceptation par le gouvernement marocain des résultats du scoping exercice par la Commission européenne d'orientation, les négociations officielles débuteront le 25-26 février 2013 au Maroc.

L’ALEAC permettra au Maroc une intégration économique progressive dans le marché unique de l'UE, offrant plus de possibilités au pays pour exporter ses produits vers l'UE et attirer les investissements européens. En retour, les pays de l'UE auront un meilleur accès au marché marocain.

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi