Le port de Dakhla est hors des limites du personnel de l'ONU ?
minurso.jpg

Les autorités marocaines auraient empêché la Mission de paix de l'ONU au Sahara Occidental de pénétrer dans le port de Dakhla, situé dans le sud du territoire occupé.
Mis à jour le: 23.05 - 2013 23:41Imprimez cette page    
Selon le site marocain d’information goud.ma, les autorités marocaines de la ville de Dakhla ont interdit aux officiers de la MINURSO d'accéder aux locaux du port de la ville, affirmant qu'ils ne possédaient pas les autorisations nécessaires.

L'article indique que l'interdiction intervient après plusieurs visites sortant de l’ordinaire du personnel de la MINURSO au port de Dakhla, pendant lesquelles ils ont pris des photos des navires et des opérations portuaires en cours.

La MINURSO est sur le territoire depuis 1991, suite au cessez le feu établi sous l'égide de l'ONU entre le Maroc et le Front Polisario. La Mission a été chargée d'organiser un référendum d’autodétermination, à travers lequel le peuple sahraoui pourrait décider librement du statut futur de ses terres. Mais le Maroc a constamment empêché que le référendum ait lieu, comme il a, au cours des dernières années, contrecarré les efforts pour élargir le mandat de la MINURSO d’un volet de surveillance des droits de l'homme.

Dans la perspective de la révision annuelle du mandat de la MINURSO, le Secrétaire général de l'ONU a publié un rapport sur la situation au Sahara Occidental, qui contient plusieurs références à des manifestations sahraouies contre le pillage continu du Maroc des ressources naturelles du territoire. «Dans certains cas, les manifestants ont attiré l'attention sur les aspects de l'exploitation des ressources naturelles de la région qu'ils jugeaient contraire au droit international. Dans d'autres, ils ont soulevé des préoccupations concernant la question de la fourniture de services sociaux. À Dakhla et El Aaiun, les pêcheurs et les employés actuels et anciens des mines de phosphate de Boucraa ont exigé des améliorations des conditions de travail ", a écrit Ban Ki-Moon.

WSRW n'a pas encore été en mesure de confirmer les informations auprès de sources locales.

Photo: ONU / Martine Perret

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi