Croissance rapide des huîtres en zone de conflit
65914aff2cdeb_AquacultureDakhla_ZomeM1

La moitié des exportateurs marocains de coquillages agréés à l'exportation vers l'UE sont en fait situés au Sahara Occidental occupé.

10 janvier 2024

Le 12 décembre 2023, l'UE a mis à jour sa liste des établissements agréés au Maroc autorisés à exporter des mollusques bivalves vivants (tels que les moules, les palourdes, les huîtres ou les coquilles Saint-Jacques) vers l'Union. La moitié des exportateurs répertoriés sont situés au Sahara Occidental occupé, et non au Maroc, ce qui témoigne de l'importance pour le gouvernement marocain de la pleine croissance du secteur aquacole sur le territoire.

En 2024, la Cour de justice de l’UE doit rendre son arrêt final sur l’application de l’accord de libéralisation des échanges commerciaux entre l’UE et le Maroc aux produits du Sahara Occidental occupé. Grâce à cet accord, les produits énumérés ci-dessus entrent dans l'Union en franchise de droits, alors qu'ils seraient autrement soumis à un taux de taxe de 9 %. En septembre 2021, le Tribunal général de l’UE a jugé illégale l’application de l’accord au Sahara Occidental. La délibération de la Cour supérieure de justice de l'UE, qui doit s'achever en 2024, fait suite à l'appel de la Commission européenne et du Conseil contre la décision de 2021. Dans l'état actuel des choses, l'accord continue de s'appliquer à cette catégorie de produits originaires du Sahara Occidental pendant la durée de la procédure d'appel.

La liste récemment mise à jour des établissements autorisés à exporter vers l'Union Europénne comprend 7 entreprises à Dakhla et 2 à Boujdour. A Dakhla sont implantées quatre sociétés de production (Boutalha, Boutalha Nord 1 et PK25 Baie de Dakhla à Dakhla), et quatre centres d'expédition, dont trois font office de centres d'épuration. Les établissements de Boujdour sont répertoriés comme une entreprise de production, Aoufist, et un centre de distribution.

La liste de l’UE confirme l’importance croissante du Sahara Occidental pour la production aquacole du Maroc. Selon les chiffres [ou télécharger] du gouvernement marocain, la production à Dakhla s'élève à elle seule à 64,77% de la production « totale nationale » en 2022.

En termes de valeur, la part de Dakhla dans la production aquacole totale du Maroc est encore plus élevée : en 2022, la production de Dakhla valait plus de 81,3 millions de dirhams, contre une valeur totale de 101 millions de dirhams – correspondant ainsi à 80,5%.

WSRW a, en 2021, détaillé la façon dont l'argent des contribuables européens a été utilisé pour développer cette industrie dans le territoire occupé.

Le Maroc a articulé pour la première fois sa politique visant à développer son potentiel aquacole marin en 2009, dans la « Stratégie Halieutis ». Deux ans plus tard, l'Agence nationale marocaine pour le développement de l'aquaculture (ANDA) a été créée. La planification concrète des projets a débuté en 2012, se concentrant sur cinq régions – même si l'une de ces régions, Dakhla-Oued Eddahab, correspond à la moitié sud du Sahara Occidental occupé.

Alors quels sont ces projets ?

La quasi-totalité de l’aquaculture actuelle de Dakhla faisait partie d’un appel d’offres lancé par l’ANDA en 2015, intitulé « Développement de projets d’aquaculture marine : dans la région d’Eddakhla-Oued Eddahab ». L'appel d'offres indique qu'à cette époque, il n'existait que deux fermes conchylicoles actives dans la baie de Dakhla : à Boutalha et à Duna Blanca, toutes deux axées sur l'ostréiculture. WSRW suppose qu'une autre ferme, à Tiniguir, était en cours de développement à l'époque, après avoir été autorisée par le gouvernement marocain l'année précédente.

L'appel d'offres a divisé la zone située entre les deux baies en trois zones : M1, correspondant à la baie de Dakhla ; M2, correspondant à la zone comprise entre les deux baies, à côté du village de pêcheurs de Labouirda ; et M3, correspondant à la Baie de Cintra.

Graphique basé sur l'appel d'offres de 2015 de l'Agence marocaine pour le développement de l'aquaculture, représentant les trois zones qu'elle entend cultiver à Dakhla : Baie de Dakhla (M1), Labouirda (M2) et Baie de Cintra (M3).

 

Dans la baie de Dakhla (M1), l'appel d'offres concernait l'exploitation de 520 parcelles où pourraient être cultivés des huîtres, des palourdes, des ormeaux (ou espèces assimilées) ou des algues. Aux côtés de Labouirda (M2), 60 parcelles étaient ouvertes à la conchyliculture tandis que 55 parcelles avaient été mises à disposition pour la production d'algues. Plus au sud, dans la baie de Cintra (M3), 243 parcelles étaient prêtes à accueillir des cultures conchylicoles, algues ou piscicoles.

Le géoportail de l’ANDA permet d’avoir un aperçu des différents projets d’aquaculture au Maroc et au Sahara Occidental occupé. Le portail montre que l'essentiel de l'activité se déroule effectivement à Dakhla, même s'il existe également une production d'algues au large de Boujdour et près de la frontière entre le Sahara Occidental et le Maroc.

Aujourd’hui, dans la zone M1 (Baie de Dakhla), on compte cinq exploitations conchylicoles mentionnées lors de l’appel d’offres de 2015 :

Graphique basé sur le géoportail de l'ANDA, présentant les projets aquacoles « Zone M1 » dans la baie de Dakhla. A partir de l'entrée de la Baie, et dans le sens des aiguilles d'une montre, les zones suivantes sont en exploitation : Lassarga, Boutalha, Duna Blanca, Tiniguir, Hoja Amira, Ancien Argoub et Nouvel Argoub.

 

  • Boutalha, composé de 76 parcelles de tailles différentes qui ont été aménagées pour l'élevage d'huîtres et de palourdes. Le géoportail de l'ANDA indique que toutes les parcelles sont soit opérationnelles, soit autorisées à démarrer l'exploitation (41 parcelles de 2 ha pour les palourdes, 32 parcelles de 2 ha pour les huîtres, 1 parcelle de 40 ha pour les huîtres, 1 parcelle de 120 ha pour les huîtres, 1 parcelle de 20 ha pour les huîtres). Avant l'appel d'offres de 2015, Boutalha abritait déjà le premier parc ostréicole de la région, inauguré en 2007 et développé par une Française, Pascale Lorcy. En 2014, le conglomérat d'affaires marocain Tazi Group a reçu trois autorisations du gouvernement marocain pour implanter des fermes conchylicoles à Boutalha, baptisées Coastal Culture System, une entreprise inscrite sur la liste des exportations autorisées de l'UE. Le groupe Tazi cultive également des produits agricoles pour le marché européen à Dakhla.
  • Duna Blanca détient 6 parcelles différentes dans la baie de Dakhla, dont 4 ont fait l'objet d'un appel d'offres en 2015 pour l'ostréiculture. Le géoportail de l'ANDA présente toutes les parcelles comme étant en exploitation.
  • Hoja Amira (ou Harjat Amira) a fait l'objet d'un appel d'offres en 2015 pour 12 parcelles de 20 ha et 6 parcelles de 2 ha, toutes destinées à l'ostréiculture. Tous semblent être en cours d’exploitation ou autorisés à l’exploitation dans le géoportail de l’ANDA.
  • L'Ancien Argoub a fait l'objet d'un appel d'offres en 2015 pour 44 parcelles de 2 ha chacune, toutes délimitées pour l'ostréiculture. Le géoportail de l’ANDA affiche tout comme étant en exploitation ou autorisé à l’exploitation.
  • Nouvel Argoub, soumissionné en 2015 pour 272 parcelles de 2 ha chacune, destinées à l'élevage d'ormeaux. Tous semblent être approuvés pour exploitation sur le géoportail de l’ANDA. WSRW estime que certaines parcelles appartiennent à Azura Aquaculture, qui vise à cultiver des ormeaux sur 200 ha à El Argoub, en plus de cultiver des huîtres sur 16 ha, vraisemblablement à Ancien Argoub, situé à proximité. L’exploitation aquacole d’Azura à Dakhla a été inaugurée par le roi du Maroc en février 2016. Les fermes aquacoles d’Azura sont ainsi situées à proximité immédiate de ses sites agricoles.
  • En plus de ces fermes conchylicoles, il existe un projet de ferme d’algues à Lassarga. Située à l'entrée de la baie de Dakhla, à proximité du port, la ferme d'algues a fait l'objet d'un appel d'offres en 2015 et comprend 106 parcelles de 2 ha. Aujourd'hui, le géoportail de l'ANDA donne l'impression que la plupart des parcelles sont en exploitation, et qu'une minorité est autorisée à l'exploitation. Il n’y a plus de parcelles libres à Lassarga.
  • Enfin, il existe une grande ferme conchylicole à Tiniguir, qui ne faisait pas partie de l'appel d'offres de 2015. Une première convention pour l'Aquaculture Eddadi SARL, active sur les parcelles de Tiniguir, a été signée par le roi du Maroc en avril 2014. Aquaculture Eddadi SARL a reçu une autorisation complémentaire du gouvernement marocain en juin 2022, comme le relève le Bulletin officiel marocain. Toutes les parcelles représentées dans le géoportail de l'ANDA sont soit exploitées, soit autorisées à l'exploitation.
Graphique basé sur le géoportail de l'ANDA, présentant les projets aquacoles « Zone M2 » à proximité de la ville de pêcheurs de Labouirda (huîtres et algues).

Légèrement au sud de Dakhla, entre la baie de Dakhla et la baie de Cintra, au large de la ville de pêcheurs de Labouirda, se trouve la Zone M2, avec des parcelles de coquillages et d'algues qui ont fait l'objet d'un appel d'offres en 2015. Le géoportail de l'ANDA indique que sur les 60 parcelles mises à disposition pour Conchyliculture, d'une superficie de 20 hectares chacun, 50 sont autorisés à l'exploitation. Dix parcelles restantes sont encore à acquérir. L'appel d'offres de 2015 décrivait ces 60 parcelles comme étant disponibles pour la culture de moules. Sur les 55 parcelles dédiées à la culture d'algues, chacune de 20 ha, 40 sont autorisées à l'exploitation. Aucun n'est actuellement utilisé, tandis que 15 parcelles sont encore vacantes.

Plus au sud, dans la baie de Cintra, Zone M3, se trouvent trois autres sites de conchyliculture, un d'algues et un de pisciculture.

Graphique basé sur le géoportail ANDA de la zone M3, affichant les projets aquacoles de la baie de Cintra (poissons et huîtres).
  • Cintra Nord est constitué de 106 parcelles de 2 ha chacune, destinées à la conchyliculture. Toutes ont fait l'objet d'un appel d'offres en 2015. La plupart sont aujourd'hui exploitées, avec environ un quart des parcelles disponibles autorisées à l'exploitation. Il ne reste plus de parcelles libres.
  • La zone Centre de la Baie compte 54 parcelles de 20 ha chacune, destinées à la culture d'algues. Toutes ont fait l'objet d'un appel d'offres en 2015. Aujourd'hui, une seule parcelle est exploitée, 43 parcelles ont été autorisées à l'exploitation et 10 parcelles semblent vacantes.
  • Une petite zone de 7 parcelles de 2 ha chacune, appelée Cintra Sud, est à peine perceptible via l'imagerie satellite. WSRW ne peut pas fournir d’estimation sur son taux d’occupation ou d’exploitation.
  • La zone piscicole d'Ain Baida abrite 20 parcelles de 20 ha chacune, qui ont toutes fait l'objet d'un appel d'offres en 2015. Aujourd'hui, 6 parcelles semblent autorisées à l'exploitation, tandis que le reste est vacant. Aucune des parcelles n'est actuellement utilisée.
  • La zone conchylicole d'Ain Baida compte 56 parcelles de 20 ha chacune. Ils ont été inclus dans l'appel d'offres de 2015, qui conseillait l'élevage de moules. Aujourd'hui, 24 parcelles sont en exploitation et les 32 autres ont reçu les autorisations nécessaires pour commencer l'exploitation agricole. Aucune parcelle n'est vacante.

En plus de l'activité à Dakhla, des parcelles sont disponibles pour la culture d'algues au large de Boujdour. Sur les 19 parcelles de 15 ha qui y ont été aménagées, 10 sont encore libres. Les 8 autres ne sont pas opérationnels, bien que l'autorisation ait été donnée – ou soit en attente – pour commencer leur exploitation. 

Plus au nord, le long de la frontière entre le Sahara Occidental et le Maroc, se trouvent 22 autres parcelles de 15 ha réservées à la culture d'algues. Un petit nombre de ces parcelles semblent être situées au sud de la frontière, dans les eaux adjacentes au Sahara Occidental.

Le Sahara Occidental est sous occupation étrangère par le Maroc depuis les années 1970. Le peuple du territoire a droit à l'autodétermination et à l'indépendance.

 

Puisque vous êtes là....

Le travail de WSRW est plus que jamais lu et utilisé. Nous travaillons de manière totalement indépendante et dans une large mesure bénévolement. Notre travail demande du temps, du dévouement et de la rigueur. Mais nous le faisons parce que nous pensons que c'est important - et nous espérons que vous aussi. Si vous souhaitez contribuer à notre travail par un efficace don mensuel - 3 €, 5 €, 8 € ou ce que vous pouvez - l'avenir de WSRW serait beaucoup plus sûr. Et vous pouvez rapidement effectuer ce don mensuel à WSRW en suivant les instructions.

Actualités

L'une des côtes les plus riches du monde

Les stocks halieutiques du Sahara Occidental occupé ne suscitent pas seulement l'intérêt de la flotte marocaine : d'autres étrangers pêchent également dans les eaux occupées via des accords passés avec des homologues marocains. Le long du littoral du Sahara Occidental,s’est installée une industrie de transformation.

11 mai 2023

La Commission européenne envisage un nouvel accord de pêche avec le Maroc - sans attendre l'arrêt de la Cour

Sans attendre la décision finale de la Cour de Justice de l'UE, la Commission européenne a apparemment commencé à préparer le cadre de nouvelles possibilité de pêche pour sa flotte dans les eaux au large du Sahara Occidental occupé.

13 janvier 2023

La Turquie continue d'importer massivement de la farine de poisson

En 2021, les exportations controversées de farine de poisson du Sahara Occidental occupé vers la Turquie valait environ 64 millions de dollars.

28 avril 2022

La décision de la Cour Européenne est attendue le 29 septembre

La Cour Européenne se prononcera sur les accords commerciaux de l'Union avec le Maroc au Sahara Occidental occupé le 29 septembre.

07 septembre 2021