Kosmos: dernier round vers l'exploration pétrolière au large du Sahara
geo_service_1_30.05.2014_610.jpg

Une filiale de la compagnie pétrolière nationale chinoise CNPC a commencé ce mois-ci une nouvelle étude au large du Sahara Occidental occupé, au nom de Kosmos Energy. «Cela sabote gravement les efforts de paix de l'ONU pour le territoire occupé», a déclaré WSRW, condamnant l'opération.
Mis à jour le: 07.06 - 2014 11:37Imprimez cette page    
Graphiques des Navires par : Trygg Mat / exactEarth. Cliquez sur les images pour une résolution plus élevée.

tn_a867zaragoza_1_610.jpgWestern Sahara Resource Watch peut affirmer que le navire « BGP Prospector » a commencé mi-mai des études d'exploration au large des côtes du Sahara Occidental. Le navire mère est suivie par les navires de ravitaillement Geo service 1 (numéro OMI 9621546), Flamingo (OMI 6911861), Baltimore (OMI 8121393) et Alk Explorer (OMI 5222354).

Voir ci-dessous les mouvements des cinq navires.

Il semble évident de conclure à partir de ces mouvements que l'opération se fait au nom de Kosmos Energy, opérateur sur le bloc Boujdour au Sahara Occidental occupé. Kosmos a déjà indiqué qu'il prévoit de forer plus tard cette année, et annoncé que le 28 octobre 2013, il ferait d’autres relevés  sismiques 3D avant de commencer le forage. Cette série qui vient d’être révélée est leur dernière exploration 3D.

Un appareil de forage devrait déjà arriver au Sahara Occidental en juillet, avec le début du tout premier forage pétrolier sur le territoire occupé prévu pour octobre ou novembre.

onhym_blocks_2013_300.jpgCette étude sismique récemment révélée a apparemment pour but d'évaluer l'emplacement et l'étendue des possibles structures porteuses de pétrole dans les fonds marins au nord et au sud du bloc de Boujdour. L'emplacement correspond à la zone entourant le puits d’exploration « Garaa 1 » annoncé par Kosmos.

« L'opération de Kosmos Energy compromet gravement les efforts de paix de l'ONU pour le territoire occupé. L'entreprise n'a rien fait pour vérifier si ses activités sont en conformité avec les souhaits de la population du territoire. Nous condamnons et déplorons le manque de respect de Kosmos Energy des fondamentaux du droit international et des droits du peuple sahraoui », a déclaré Erik Hagen, président du Western Sahara Resource Watch.

L'ONU a déclaré que la poursuite de l'exploration de pétrole violerait le droit international si elle avait lieu au mépris des souhaits du peuple du Sahara Occidental. Le gouvernement en exil sahraoui a expressément condamné les activités et les plans de Kosmos. De nombreuses manifestations ont commencé à émerger parmi les Sahraouis dans les territoires occupés et la diaspora.

Deux séries d’études sismiques ont déjà été effectuées sur le bloc de Boujdour. Les entreprises participant à ces études ont toutes déclaré qu'elles ne reprendraient pas ces activités en raison des complications politiques en jeu. En 2008, quand Kosmos a commandé à la compagnie néerlandaise Fugro de faire les précédentes études sismiques 2D, Fugro a déclaré qu'elle avait « décidé de s'abstenir de toute nouvelle implication  dans des activités au Sahara Occidental jusqu'à ce que la situation politique soit résolue ». La première entreprise à avoir effectué de telles études sismiques, la norvégienne TGS- Nopec a déclaré se retirer, « apprécier la complexité des questions politiques dans la région et respecter les points de vue énoncés par les autorités norvégiennes. Par conséquent, la Société a décidé de ne pas entreprendre de nouveaux projets au Sahara Occidental sans un changement dans les développements politiques. De plus, la compagnie s'est engagée à améliorer ses procédures d'évaluation des risques sur les projets potentiels dans les zones contestées du monde ». La compagnie de livraison de navires de ravitaillement, Thor Offshore du Danemark, a déclaré la même chose.

Afin de trouver des entreprises prêtes à faire les études, Kosmos a eu besoin de se tourner vers la Chine. BGP - filiale de la CNPC - a effectué des explorations de ce genre dans le territoire occupé dans le passé. La compagnie a effectué des études similaires d’octobre 2012 à juillet 2013, et a confirmé ces opérations dans un mail à WSRW le 5 mars 2013. À ce moment-là, BGP était chargé par la compagnie pétrolière française Total de faire le travail sur le bloc que l'on appelle Anzarane au large de Dakhla, au sud de l'endroit où l'étude est actuellement réalisée.

Le Maroc occupe une grande partie du Sahara Occidental depuis 1975 et refuse de respecter les accords signés antérieurement d’un référendum pour le peuple du territoire. L'ONU facilite les pourparlers de paix. Alors que le programme pétrolier du Maroc commence sur le bloc Boujdour, le royaume est toujours d’accord pour la mise en place d'un référendum sur l'indépendance, en conformité avec le droit international et les accords de paix signés.

La vidéo de droite a été filmée dans le port de Las Palmas, quand le navire avait terminé son opération. Sur la même vidéo, on peut également observer le navire de ravitaillement Geo service 1.

Les photos d'illustration sont : Geo service 1 et BGP Prospector à Las Palmas après leur enquête de l'année dernière, Geo service 1 à quai dans le territoire occupé en février 2013 et les Sahraouis manifestant au port de Las Palmas lors de l'étude sismique précédente de Kosmos Energy, en 2009.

Le navire de ravitaillement Flamingo est détenu par la société néerlandaise Van Laar Maritime. Alk Explorer est exploité par la société néerlandaise Green BV, et le Baltimore serait exploité par la compagnie néerlandaise Hakvoort Sea Transport BV.

Cliquez sur les images ci-dessous pour la plus haute résolution.

BGP Prospector:
bgp_prospector_30.05.2014_380.jpg

Flamingo:
flamingo_30.05.2014_380.jpg

Geo Service 1:
geo_service_1_30.05.2014_380.jpg

Baltimore:
baltimore_31.05.2014_380.jpg

Alk Explorer
alk_explorer_31.05.2014_380.jpg

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi