Kosmos Energy lance un site de propagande
kosmos_lie_610.jpg

Kosmos triche en déformant le droit international. Découvrez ici la manipulation de la compagnie sur sa présence au Sahara occidental.
Mis à jour le: 26.02 - 2015 23:05Imprimez cette page    
Le 26 février 2015, Kosmos Energy a lancé le site www.westernsaharaoil.com avec apparemment l'intention de défendre son opération de forage en cours au Sahara Occidental.

Le site est construit sur un argument que tout de l'exploration pétrolière au Sahara Occidental est correct, à condition que les populations locales en bénéficient.

Le problème est que toute l'argumentation est basée sur un mensonge.

Le site se réfère à un avis juridique de l'ONU qu’il déforme systématiquement, au sujet de la légalité de cette exploration pétrolière. Cette déformation est en ligne avec toutes les précédentes lettres et déclarations de Kosmos Energy.

"[L'avis juridique de l'ONU en 2002] a conclu que l'exploration et le développement des ressources dans les territoires non autonomes sont cohérents avec le droit international si ils sont au meilleur intérêt du peuple dans ces territoires", affirme le site.

Voici une image de la conclusion de l’avis juridique de l'ONU. La conclusion est que l'exploration pétrolière au Sahara Occidental ne sera légale qu’à là condition qu'elle soit effectuée en conformité avec les souhaits et les intérêts du peuple du territoire. La conclusion de cet avis est, sans surprise, dans le dernier paragraphe de l'avis juridique.

conclusion_corell.jpg

En d'autres termes, Kosmos a supprimé de son site Web toutes les références aux mots «souhaits». Il n’y a aucune référence non plus au fait que le peuple sahraoui a le droit à l'autodétermination sur ses terres et ses ressources.

Ou bien, comme Hans Corell, l'auteur de l'avis juridique de l'ONU, l’a lui-même déclaré dans l’International Judicial Monitor cette semaine, « le dernier événement en matière de ressources naturelles est un contrat entre le Maroc et deux sociétés, Kosmos et Glencore, relatif à l'exploration et l'exploitation pétrolières dans la région de Cap Boujdour au large des côtes du Sahara Occidental. Je peux lire sur le web que les deux compagnies soutiennent que ces contrats sont en conformité avec mon avis juridique de 2002. Hélas, il n’en est rien. Signer un accord dans lequel le Maroc nomme le Sahara Occidental "les provinces du sud du Royaume du Maroc" est en soit en contradiction avec la responsabilité sociale des entreprises et les principes protéger, respecter et réparer. »

En ignorant que le peuple ne veut, avant tout, pas de la présence de Kosmos, le site fait référence aux «bénéfices des projets» qui sont «axés sur l'engagement des parties prenantes et l'investissement social, conformément à la façon dont nous faisons des affaires partout où nous opérons».

"Cette référence aux parties prenantes illustre le problème de l'approche de Kosmos Energy", déclare Erik Hagen, président de Western Sahara Resource Watch concernant le nouveau site. "La compagnie a réduit le peuple sahraoui à un simple intervenant. En fait, il est le propriétaire légitime du pétrole. Le peuple du Sahara occidental n'a pas permis à l'entreprise pétrolière de procéder au forage pétrolier en partenariat avec le gouvernement du pays voisin le Maroc. C’est très arrogant et paternaliste de la part de la société de prétendre savoir comment elle veut que son partenariat avec l'occupant bénéficie aux Sahraouis", a déclaré Hagen.

Le développement des projets est réalisé en partie par la Fondation du Haut Atlas, une association pro-marocaine qui a comme objectif principal les intérêts de la population marocaine. Sur le site Web, il semble que Kosmos a fait une évaluation de l'impact social (SIA). Le mandat de cette évaluation aurait pu être une bonne approche dans un autre contexte, mais n’est pas le cas au Sahara Occidental.

"Le peuple ne veut pas de la présence de Kosmos, donc la SIA n’a aucun sens. D’éminents opposants au programme pétrolier, qui argument seulement conformément aux souhaits du peuple du Sahara Occidental, purgent une peine de prison à vie. La moitié du peuple du Sahara Occidental a fui après l'invasion. Un mandat de SIA de consulter les fonctionnaires du gouvernement marocain au Sahara Occidental ne vaut pas le papier sur lequel il est écrit.", a déclaré Hagen.

"Nous n’avons que faire des projets sociaux que vous promettez, les écoles ou cours d'anglais. Nous voulons vivre dans un pays qui est dirigé par un gouvernement de notre choix, dans le respect de nos droits de l'homme et de notre culture», ont déclaré tous les groupes importants du Sahara occidental dans une lettre récente à Kosmos.

Il n’y a aucune référence sur le site de propagande au fait que l'occupation marocaine du territoire est condamnée par l'ONU et qu'aucun État n’y reconnaît la présence du Maroc.
Il n’y a aucune référence aux réfugiés qui ont fui le Sahara Occidental - ou de comment cette industrie pétrolière va prolonger leur exil.
Nulle référence non plus aux plus de 100 résolutions de l'ONU appelant au respect du droit à l'autodétermination du peuple du territoire.

Le nom de domaine a été enregistré le 9 janvier 2015.

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi