Total déclare officiellement quitter le Sahara Occidental
total_anzarane_21.06.2016_610.jpg

"Le contrat n'a pas été prolongé en décembre 2015», écrit la société sur le site Web. Il a également confirmé n'avoir "aucun projet" pour revenir sur le territoire, qui se trouve dans la partie du Sahara occidental sous occupation marocaine.
Mis à jour le: 24.06 - 2016 14:15Imprimez cette page    
"Total a informé les autorités marocaines qu'il ne demanderait pas une nouvelle prolongation de son autorisation de reconnaissance dans le bloc Anzarane," a déclaré le 21 décembre 2015 à l'AFP une source de chez Total.

tn_total_609.jpgL'information l'année dernière du départ de Total des eaux du Sahara Occidental, un territoire sous occupation illégale marocaine,  n'était à cette date uniquement connue par des canaux informels. Total a maintenant publié spécifiquement sur son site Internet que le contrat au Sahara Occidental n'avait pas été renouvelé. Le site peut être téléchargé ici.

L'image de droite montre l'article tel que libellé pendant une bonne partie de 2016. Cliquez pour agrandir.

Mise à jour 13.10.2016 : l'information a été retirée du site entre le 21 juin 2016 et 13/10/2016.


Il est maintenant clair que Total "n'a pas l'intention de reprendre cette activité à l'avenir". Cela a été dit à l'investisseur norvégien KLP, selon un communiqué de presse de KLP le 21 juin 2016.

KLP a annoncé aujourd'hui qu'elle avait ré-inclu Total dans son portefeuille d'investissement après avoir exclu la compagnie pétrolière française pour violation des règles éthiques de KLP en raison de sa participation au Sahara Occidental.

«Nous félicitons Total de ne plus se livrer à l'exploration pétrolière au large des côtes du Sahara Occidental. Cela a été l'objectif de notre dialogue avec la société. En ce qui concerne les territoires non autonomes, il est extrêmement difficile de justifier l'exploration et l'extraction des ressources naturelles non renouvelables dans le cadre du droit international », a déclaré Jeanett Bergan, chef de l'investissement responsable au KLP Kapitalförvaltning.

Il est également intéressant de noter quelques nouvelles modifications apportées à l'article révisé décrivant l'activité sur le bloc Anzarane au Sahara Occidental, qui apparaît sur le site Web de Total.

«D'un point de vue éthique, Total E&P Maroc et ONHYM ont signé deux documents : une déclaration conjointe publique et un protocole d'accord", peut on lire maintenant dans l'article.

"Total, en tant que compagnie d'énergie, ne juge pas elle-même légitime d'avoir des vues sur des sujets politiques ou diplomatiques qui appartiennent aux Nations Unies et qui sont encore en discussion au sein des institutions internationales compétentes."

Total à WSRW, le 14 mai 2013
La terminologie de l'éthique n'a pas été utilisée par Total auparavant. Jusqu'à présent, la compagnie s'était elle-même limitée à ce qui semble être des interprétations controversées du droit international.

Il n'est pas expliqué, cependant, comment Total trouve éthiquement correct de signer des accords avec la compagnie pétrolière nationale marocaine l'ONHYM par rapport à l'exploration d'hydrocarbures sur un territoire qui n'appartient pas au Maroc, mais au peuple du Sahara Occidental. Il n'y a aucune mention dans les accords avec l'ONHYM, ni dans aucun des documents de Total que le consentement a été demandé au peuple du territoire, ce qui est une condition préalable à sa légalité, selon l'ONU. De nombreux observateurs affirment que Total, en opérant au Sahara Occidental,  contribue à la poursuite du conflit.

Lire notre rapport 2013 "Injustice totale, Total SA au Sahara Occidental occupé".

Total souligne également que le Maroc s'est engagé à respecter les principes de la Charte des Nations Unies, quelque chose qu'ironiquement le Maroc trahit par sa simple présence illégale sur le territoire. En 2016, les responsables de l'ONU ont souligné que le Maroc, par l'expulsion des troupes de l'ONU au Sahara Occidental, violait la Charte des Nations Unies. Il n'y a pas de paragraphes de la Charte des Nations Unies qui peuvent expliquer l'occupation du Sahara Occidental par le Maroc. Le Maroc travaille contre la réalisation de l'Article 73 de la Charte des Nations Unies, qui est le droit à l'autodétermination que les Sahraouis réclament.

Total affirme également que "Total était en conformité avec les normes internationales en matière d'éthique et les droits de l'homme». Ils ne précisent pas sur le site Web à quelles normes ils font référence à. De nombreux investisseurs ont considéré cette pratique non conforme à l'éthique. Total ne fait également jamais référence au droit à l'autodétermination du peuple du Sahara Occidental dans ses rapports. L'autodétermination est établi par l'article 1 dans les conventions de l'ONU.

PS : D'autres parties du site Web de Total prétendent encore que la compagnie a des intérêts à Anzarane - et même que Anzarane se situe au «Maroc», ce qui n'est pas le cas. Aucun État au monde, ni l'ONU, ne reconnaît la présence du Maroc au Sahara Occidental. Les captures d'écran ci-dessous ont été récupérés le 21 juin 2016.


total_morocco_21.06.2016_609.jpg


total_anzarane_21.06.2016b_609.jpg

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi