Polisario: open to negotiate Western Sahara deals with the EU

The national liberation movement of Western Sahara welcomes the judgment of the EU Court of Justice and is ready to engage in direct negotiations with the EU Commission to set up a legally solid framework for European interests and companies active in Western Sahara.

Published 27 February 18

Today, the Court of Justice of the EU concluded that the EU cannot fish in Western Sahara waters under an agreement with Morocco

Western Sahara Resource Watch has received a statement from Polisario on the matter (see full text below). Polisario indicates its ready to enter in dialogue with the EU to negotiate agreements that would be in line with international law, and that would allow EU enterprises to be active in Western Sahara.



Déclaration du Front POLISARIO suite à l’arrêt de la Cour de justice de l’Union européenne

Dans son arrêt rendu le 27 février 2018, la Cour de justice de l’Union européenne juge que l’accord conclu entre l’Union européenne et le Maroc ne peut en aucun cas s’appliquer au Sahara occidental et dans les eaux adjacentes à celui-ci.
Reprenant les principes posés par l’arrêt du 21 décembre 2016, la Cour rappelle que les accords d’association et de libéralisation conclus entre l’Union européenne et le Maroc doivent être interprétés, conformément au droit international, en ce sens qu’ils ne sont pas applicables au territoire et aux eaux du Sahara occidental. Inclure le territoire du Sahara occidental dans le champ d’application d’un accord entre l’Union européenne et le Maroc viole les principes essentiels du droit international, à commencer par le droit à l’autodétermination. Le territoire du Sahara occidental ne fait pas partie du territoire du royaume du Maroc, et les eaux adjacentes au territoire du Sahara occidental ne relèvent pas de la zone marocaine visée par l’accord de pêche.

Cet arrêt du 27 février 2018 complète et renforce l’arrêt du 21 décembre 2016 : il est désormais parfaitement clair que les accords passés entre l’Union européenne et le Maroc n’ont d’application valable que pour ce qui concerne le territoire du Maroc, ce qui exclut le territoire du Sahara occidental, deux territoires distincts et séparés.

Le Front POLISARIO salue cette décision de justice qui est un atout fort pour rétablir la légalité internationale dans cette partie d’Afrique.

Désormais, il n’existe aucun doute sur le droit applicable, et il faut en tirer les conséquences. Le Front POLISARIO demande, à nouveau, l’ouverture de négociations directes avec la Commission européenne pour conclure un accord international qui permettra aux entreprises européennes d’exercer leur activité sur le territoire ou dans les eaux adjacentes dans le respect du droit et la sécurité juridique. Le Front POLISARIO est prêt à ce dialogue sans aucun préalable.

Les entreprises européennes présentes sur place, pour la pêche comme pour tous les autres secteurs, doivent faire le choix immédiat entre arrêter leur activité ou passer un accord direct avec le Front POLISARIO.

La Commission européenne doit cesser immédiatement les versements de droits de pêche au Royaume du Maroc, aucune règle ne pouvant justifier ce paiement de fonds publics.

Personne ne peut avoir de doutes : tous les avertissements ont été donnés, et le Front POLISARIO va engager les recours en responsabilité contre tous ceux qui sont complices de la colonisation en maintenant une activité sur le territoire par des autorisations marocaines. Dans ce cadre, la Commission européenne a une responsabilité spécifique et lourde.

Ainsi, le point de vue du Front POLISARIO est parfaitement clair :
1/ Demande de négociations directes avec la commission européenne ;
2/ Arrêt par la Commission européenne des versements des droits de pêche ; 
3/ Appel à toutes les entreprises présentes au Sahara ou dans les eaux adjacentes de se rapprocher du Front POLISARIO;
4 / Engagement systématique de recours en responsabilité jusqu’à la reconnaissance pleine et entière des droits du peuple du Sahara occidental sur son territoire et ses ressources naturelles.

Pour aborder toutes ces questions par le détail, Le Front POLISARIO et ses conseillers juridiques tiendront une conférence de presse ce jeudi premier mars à 14 heures à Bruxelles, dans un lieu qui sera prochainement précisé.

 

Sneak peek on ENGIE's position

For a little while, ENGIE had published on its website hints about who it had actually "consulted" when doing business in occupied Western Sahara.

27 February 18

HeidelbergCement takes side in the conflict

The German building materials giant sides with Morocco in the Western Sahara conflict, avoiding any questions on its own legal obligations in the occupied territory.

27 February 18

Telecom cables laid in occupied waters

The French company Alcatel Submarine Networks SpA, partially owned by Nokia, has laid telecom cables in occupied Western Sahara. 

27 February 18

Report reveals clients of Western Sahara’s conflict mineral

India and New Zealand stand out as the main importers of phosphate rock from occupied Western Sahara, in WSRW’s newest annual report on the controversial trade. 

27 February 18