Rapport Ban Ki-moon: sans conclusion de l'ONU sur la pauvreté sahrouie
Article image
Après consultation avec le Maroc, le rapport travaillé par Ban Ki-Moon a été dépouillé de toutes les références aux rapports de l'ONU mettant en évidence la marginalisation sahraouie.
Publié 28 avril 2016


Une version préliminaire du rapport du Secrétaire général de l'ONU sur le Sahara Occidental, daté du 18 avril 2016 et visée par les différents organes de l'ONU, soulignait le manque de bénéfices tirés par les Sahraouis des projets économiques du Maroc dans leur patrie occupée, et la pauvreté disproportionnée affectant le peuple sahraoui.

Mais la version finale du 19 avril du rapport du Secrétaire Général sur le Sahara occidental - une cible bien connue du dur lobbying marocain - omet ces références.

En octobre 2015, le Comité de l'ONU chargé d'examiner la conduite des États en ce qui concerne le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels a fait des recommandations fortes au Maroc en ce qui concerne le Sahara Occidental. En dehors de ce qui souligne le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination et leur droit au consentement libre, préalable et éclairé sur le prélèvement des ressources naturelles de leur pays, les conclusions du Comité mentionnait que les Sahraouis sont affectés de manière disproportionnée par la pauvreté.

Autour de la même période la Rapporteur spéciale des Nations Unies sur le droit à l'alimentation Hilal Elver a visité Dakhla, au Sahara Occidental occupé. Dans sa déclaration de fin de mission, Hilal Elver notait le fait que le peuple du Sahara Occidental ne bénéficiait pas équitablement des projets économiques entrepris par le Maroc sur le territoire.

Dans la version préliminaire du rapport du Secrétaire général au Conseil de Sécurité, les conclusions sont résumées comme suit au paragraphe 72 :
«72. (...) Cependant, elle fait écho de certaines des recommandations du CESCR, soulignant que la pauvreté continue d'affecter la population de façon disproportionnée et ne récolte pas les bénéfices des considérables investissements réalisés. (A / HRC / 31/51 /Add.2) "

Mais dans le texte publié comme version finale quelques jours plus tard, c'est abrégé en :
«72. (...) Elle fait écho donc certaines des conclusions et recommandations du Comité (voir A / HRC / 31/51 / Add.2, par. 56-60)."

L'écart a d'abord été révélé sur le blog de Carlos Ruiz Miguel, Professeur à l'Université de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Le projet avancé et la version finale du Secrétaire général de l'ONU présentent d'autres différences. Comme les années précédentes, tous ces changements sont plus favorables à la position marocaine. Le changement met en lumière la relation asymétrique entre les deux cotés en présence des deux côtés du couloir à l'ONU. Le Maroc bénéficie de plus d'un soutien important d'un membre permanent des Nations Unies, la France. Voici une transcription d'une conversation entre l'agence de presse Inner City Press, et un porte-parole de l'ONU, en ce qui concerne ce problème structurel :

ICP : Donc, à cause de ces changements, comme cela s'est produit au cours des années précédentes, ce qui explique ... Je veux dire, je n'aurais probablement pas de questions s'il y avait des changements dans l'autre sens, mais si tous ont été fait de cette façon, pouvez-vous décrire l'interaction entre le Secrétariat et le Maroc avant la finalisation du rapport?

Le porte-parole Stephane Dujarric : Non, tout d'abord, je pense que c'est un problème ... vous savez, vous mettez en ligne un document non définitif. Les documents sont définitifs après leur publication dans toutes les langues [six], et ils sont les rapports du Secrétaire général.Les contacts ont eu lieu avec les deux parties, mais je pense que, vous savez, vous pouvez ... ce que je vais vous dire est que le rapport est ... le rapport final est celui qui est sorti comme document officiel des Nations Unies.
Actualités

WSRW appelle l’ONU à faire cesser le pillage

Dans sa déclaration à la Commission des questions politiques spéciales et de la décolonisation des Nations Unies (Quatrième Commission), Western Sahara Resource Watch a appelé à la mise en place d'un mécanisme permettant de placer le produit de l'exploitation des ressources naturelles du Sahara Occidental sous administration internationale jusqu’à ce que le conflit soit résolu, et à l'inclusion de la compétence droits de l'homme dans le mandat de la MINURSO.

13 octobre 2010

Des États demandent à l'Espagne de respecter les droits des Sahraouis

La Namibie et le Timor oriental ont recommandé le 22 janvier à l'Espagne de respecter le droit du peuple sahraoui à un consentement libre, préalable et éclairé en ce qui concerne l'exploitation des ressources naturelles du Sahara Occidental.

26 janvier 2020

WSRW : interrogez l'Espagne sur le Sahara Occidental pour l'EPU

Le mois prochain, le bilan de l’Espagne en matière de droits de l’homme sera examiné par le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies à Genève. WSRW demande aux États membres de l'ONU de pointer les droits du peuple du Sahara Occidental, dont l'Espagne continue d'être responsable.
 

10 décembre 2019

Des États appellent à l'autodétermination sahraouie au Conseil des DH

Plusieurs États membres de l'ONU ont aujourd'hui recommandé au Maroc de tenir le référendum sur l'autodétermination du Sahara Occidental qui aurait du être tenu il y a longtemps.
03 mai 2017