Des réfugiés sahraouis contre Siemens au Sahara Occidental occupé
Article image


Hier, des Sahraouis se sont réunis pour protester contre Siemens, qui développe l'infrastructure énergétique au Sahara Occidental pour le gouvernement marocain.

Publié 28 septembre 2016

Quand le Maroc a envahi le Sahara Occidental en 1975, la moitié de la population a dû fuir. Aujourd'hui, 40 ans plus tard, ils vivent toujours comme réfugiés sur la terre algérienne voisine de leur pays.

Sur les terres évacuées, la compagnie allemande Siemens construit de parcs éoliens pour le gouvernement marocain. La plus grande ferme, le Foum El Oued, est un complexe de 50 Mégawatt, près de la ville capitale El Aaiun.

«En investissant dans ces infrastructures sur le territoire occupé, le Maroc devient logiquement moins enclin à prendre part au processus de paix de l'ONU. L’implication de Siemens est profondément préoccupante, car elle contribue à cimenter l'occupation ", a déclaré Mohamed Jalihenna, de la Campagne sahraouie contre le pillage.

Son groupe travaille à dénoncer l'implication des entreprises étrangères opérant dans le territoire occupé. Siemens n'a jamais répondu aux questions posées sur l’existence de sa part d’une sollicitation du consentement du peuple du territoire.

Lors de la manifestation d'hier dans le campement de réfugiés appelé Aousserd, des centaines de personnes ont marché de leurs maisons vers le lieu de rassemblement où avait lieu la manifestation.

Mohamed s’inquiète de ce que lors des négociations sur le climat COP22 en novembre le Maroc pourrait recevoir des éloges sans fondement de la communauté internationale. Il explique que le matériau dors et déjà présenté par le Maroc pour la COP22 contient des informations fausses, et que le Maroc indique que ses projets Siemens au Sahara Occidental sont situés au Maroc. Ils ne le sont pas.

« Une part croissante des projets énergétiques du Maroc ne sont pas au Maroc, mais au Sahara Occidental. Aucun État dans le monde ne reconnaît les revendications infondées du Maroc sur notre terre. Nous demandons à tous les participants des négociations sur le climat de la COP22 d’être prudent en se référant aux projets marocains – parce que beaucoup d'entre eux ne sont pas situés au Maroc, mais contribuent plutôt au conflit avec son voisin le Sahara Occidental, qui est sous annexion », a déclaré Mohamed.

Les deux compagnies qui exploitent le Foum El Oued sont l'allemand Siemens et la société marocaine Nareva.

Western Sahara Resource Watch a couvert en 2013 les controverses de l'énergie renouvelable au Sahara Occidental occupé dans le rapport « la sale marche verte ».

 

siemens32_609.jpg



 

98d6siemens42_609.jpg



 

siemens52_609.jpg



 

siemens82_609.jpg



 

Actualités

AG Siemens : toujours pas de réponses sur le Sahara Occidental

Pour la quatrième année consécutive, Siemens la compagnie d'ingénierie allemande ne répond pas lors de son assemblée générale annuelle de son obtention du consentement du peuple du Sahara Occidental pour opérer sur ses terres.

12 février 2020

Siemens en AG ne répond pas à la question du Sahara Occidental

Pourquoi n'avez-vous pas demandé la permission à mon peuple ? a demandé un réfugiée sahraouie lors de l'AG annuelle de Siemens. L'entreprise ne répond pas aux questions sur les terres occupés.
02 février 2018

Siemens : fournisseur des éoliennes du roi du Maroc au Sahara

WSRW a de nouveau demandé à Siemens de clarifier comment l'entreprise a obtenu l'autorisation du peuple du Sahara Occidental pour son implication dans presque tous les projets d'énergie éolienne du Maroc dans le territoire occupé.

16 décembre 2017

L'énergie éolienne marocaine au Sahara Occidental occupé passerait 40%

D'autres fermes éoliennes sont prévues au Sahara Occidental occupé, et toutes sont dans le portefeuille de la compagnie du monarque marocain NAREVA.
03 novembre 2017