Le Maroc n'accorde aux Sahraouis que 5% des permis de pêche à Dakhla
Article image

Une nouvelle documentation montre que seuls 4 des 75 senneurs que le gouvernement marocain a autorisés à pêcher sur les stocks pélagiques au large de Dakhla, au Sahara Occidental occupé, sont contrôlés par les Sahraouis.

Publié 03 août 2018
mabrouk_3_380.jpg
Ce navire, le Mabrouk 3, est l'un des quatre senneurs contrôlés par un Sahraoui. le Billlal 3 ci dessus est l'un des 71 bateaux contrôlés par un Marocain.

Western Sahara Resource Watch (WSRW) a obtenu une nouvelle liste de senneurs côtiers autorisés par les autorités marocaines à pêcher les stocks pélagiques au large de Dakhla, au Sahara Occidental occupé.

La liste est intitulée "Liste des senneurs côtiers autorisés à accéder à la pêcherie des petits pélagiques à partir de Dakhla au titre de la campagne de pêche 2018".

Une étude de la liste montre que les Sahraouis ne sont impliqués que dans quatre des 75 navires autorisés (soit 5% des licences totales disponibles):
- L'Aousserd 5, matrice 12-106, 97,83 tonnage brut, appartient en partie à Mohamed El Amine Daiedda, qui est sahraoui. Daiedda a une part de 34% dans le navire.
- Le Boulanwar, 12-96, d'une jauge brute de 129,95 est détenu à 100% par un Sahraoui, appelé Sidi Sloh El Jomani.
- Le Jawharat el Bahr, 6 / 1-223, d'une jauge brute de 108,41, appartient en partie à un Sahraoui: M'barek Hammia détient 35% du navire.
- Le Mabrouk 3, 8-743, d'une jauge brute de 78,71, est entièrement détenu par Zinni Bray, qui est sahraoui.

Les 71 autres navires autorisés appartiennent tous à des Marocains. La plupart possèdent un seul bateau, bien que quelques familles marocaines aient obtenu plusieurs licences (par exemple la famille El Habza, le Gourti et l'Id Benjaa) pour différents bateaux.

list_licenses_stamp.jpg
La liste est estampillée par la Direction des pêches maritimes. Voir la liste complète ici, relevée dans un fichier Excel.

Dakhla est une ville de pêche située le long de la côte du Sahara Occidental, dernière colonie en Afrique. Le Maroc a brutalement envahi le territoire en 1975 et en a annexé une grande partie - en dépit de l'avis de la Cour internationale de justice réfutant les revendications du Maroc sur le territoire, et des centaines de résolutions appelant à l'autodétermination du peuple sahraoui. Dakhla a été envahi par le Maroc en 1979, alors que les forces d'occupation mauritaniennes quittaient les régions du sud du Sahara Occidental. L'Assemblée Générale de l'ONU a réagi à l'invasion marocaine de Dakhla en déclarant qu'elle "Déplore vivement l'aggravation de la situation découlant de la persistance de l'occupation du Sahara Occidental par le Maroc et de l'extension de cette occupation au territoire récemment évacué par la Mauritanie", exhortant le Maroc à "s'engager lui aussi dans la dynamique de la paix et de mettre fin à l'occupation du territoire du Sahara Occidental" (résolution 34/37 de l'Assemblée générale des Nations Unies).

Plus tôt cette année, la Cour européenne de justice a invalidé la demande de l'accord de partenariat de pêche UE-Maroc sur le Sahara Occidental, déclarant que le Maroc n'avait pas de souveraineté ou de juridiction sur le territoire. Pas plus tard que la semaine dernière, la Cour a réaffirmé sa position dans une affaire intenté par le Front Polisario contre l'accord de pêche UE-Maroc. Le Polisario est le mouvement de libération du Sahara Occidental.

La Cour a réitéré les conclusions de la CIJ selon lesquelles le Maroc n'a pas de souveraineté sur le Sahara Occidental. Les institutions de l'UE et le Maroc ont souligné à plusieurs reprises que le commerce au Sahara Occidental profite aux populations locales. Ils ne précisent pas qui sont ces habitants. L'arrêt de 2016 de la CJUE indiquait clairement dans son article 106 que toute la question des "bénéfices" allégués pour le Sahara Occidental n'était pas pertinente pour évaluer la légalité des opérations UE-Maroc au Sahara Occidental, mais que ces échanges commerciaux devaient d'abord obtenir l'accord des représentants du territoire.

Les ONG internationales de défense des droits de l'homme et plusieurs organismes des Nations Unies ont tous décrit le Sahara Occidental comme un point noir des droits de l'homme. Les violations des droits de l'homme sont monnaie courante et la discrimination sociale et économique des Sahraouis par les autorités marocaines est bien documentée, par ex. par le Rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à l'alimentation, Hilal Elver, qui a visité Dakhla. Dans sa déclaration de fin de mission, Elver a noté que les populations du Sahara Occidental ne bénéficiaient pas de façon équitable des projets économiques que le Maroc entreprend sur le territoire.

Ces conclusions sont encore une fois étayées par la liste des licences de pêche obtenues par WSRW.

Le tonnage brut total de cette flotte marocaine autorisée à pêcher au large de Dakhla est de 6 989,25 tonnes. Les navires dont les Sahraouis sont propriétaires, tout ou en partie, totalisent 279,87 tonnes, soit 4% de la jauge brute totale. Le tonnage brut est une mesure décrivant le volume intérieur d'un navire, c'est-à-dire le nombre de tonnes de poisson qu'il peut transporter.

Tous les navires de la liste sont des senneurs - un navire utilisant une méthode de pêche qui utilise un filet de pêche appelé seine, qui pend verticalement dans l'eau avec son bord inférieur maintenu par des poids et son bord supérieur soutenu par des flotteurs. Les navires sont autorisés à pêcher les petits stocks pélagiques de Dakhla tels que les harengs et les sardines.

Actualités

Ici l'avis juridique du Conseil de l'UE sur la pêche en eaux occupées

Avant de voter sur le nouvel accord de pêche UE-Maroc en 2018, étendu au Sahara Occidental occupé, plusieurs États membres de l'UE ont demandé un avis juridique qui déterminerait leur vote. WSRW publie aujourd'hui cet avis juridique influent, qui semble manquer complètement la balle.
08 mars 2020

Hans Corell critique la pêche de l'UE au Sahara Occidental

M. Hans Corell, ancien conseiller juridique auprès du conseil de sécurité des Nations Unies, commente les activités de pêche de l'UE au Sahara Occidental.

05 décembre 2019

Voila les eurodéputés pour l'accord de pêche au Sahara Occidental

415 députés ont soutenu le nouvel accord de partenariat dans le domaine de la pêche entre l'UE et le Maroc, qui s'appliquera expressément au Sahara Occidental occupé. Découvrez ici qui ils sont.

28 février 2019

Le PE ignore la Cour et adopte un accord de pêche marocain

Malgré quatre décisions consécutives de la plus haute juridiction de l'Union européenne déclarant une telle pratique illégale, le Parlement européen vient de voter en faveur de l'accord de pêche UE-Maroc qui sera appliqué aux eaux du Sahara Occidental occupé.
12 février 2019