Les importateurs kiwi ignorent leur gouvernement sur le Sahara
Article image

Alors que d'autres entreprises à l'échelle internationale ont réussi à trouver d'autres sources de phosphate - et malgré une demande du gouvernement néo-zélandais de faire la même chose - l'industrie des engrais kiwis ne semble pas disposée à abandonner ses importations en provenance du Sahara Occidental occupé.

Publié 09 mai 2020

Dans un courriel à WSRW le 6 mai 2020, le ministre des Affaires étrangères de la Nouvelle-Zélande, Rt. L'hon Winston Peters écrit que "le gouvernement néo-zélandais a toujours clairement indiqué aux entreprises importatrices du Sahara Occidental qu'elles doivent se conformer au droit international, chercher un avis juridique indépendant et qu'elles importent à leurs propres risques".

Le ministre poursuit : "Le gouvernement a également demandé à l'industrie des engrais de rechercher activement la viabilité de sources alternatives de phosphate qui satisferont aux exigences spécifiques des pâturages néo-zélandais. Malheureusement, jusqu'à présent, aucune alternative viable n'a été proposée, mais le gouvernement attend que les efforts pour trouver une autre source se poursuivent. "

Le courriel répond à un courrier de WSRW en mars de cette année, demandant au gouvernement de Kiwi quelles mesures il avait prises pour mettre fin aux importations de minerai de phosphate du Sahara Occidental occupé en Nouvelle-Zélande par les deux coopératives agricoles Ravensdown et Ballance Agri-Nutrients. La question est pertinente, en particulier compte tenu de la capacité du gouvernement en tant qu'actionnaire des deux coopératives importatrices par le biais de LandCorp Farming Ltd, une entreprise nationale axée sur l'agriculture pastorale. En outre, WSRW relève que le gouvernement de la Nouvelle-Zélande a déjà demandé à Ballance et à Ravensdown de rechercher d'autres sources de phosphate. Tel que communiqué par le Ministre du commerce et de la croissance des exportations du pays, l'hon. David Parker, en février 2019, le gouvernement a rencontré des représentants de haut niveau de la Fertilizer Association, Ravensdown et Ballance en novembre 2018, et ils "ont encouragé l'industrie à rechercher activement d'autres sources de phosphate et à rechercher des technologies qui permettraient l'importation à partir d'un gamme de sources plus viable".

"Il semblerait que Ravensdown et Ballance aient besoin d'aide. Là où des dizaines de sociétés à l'échelle internationale ont réussi à trouver d'autres sources, installant parfois même de nouvelles technologies pour s'adapter a des sources différentes, les coopératives de Nouvelle Zélande ne semblent tout simplement pas trouver d'alternatives", dit Sara Eyckmans de WSRW. "Soit cela, soit ils ne veulent pas se dissocier de l'exploitation illégale par le Maroc des ressources minérales du Sahara Occidental occupé".

"Nous exhortons le gouvernement néo-zélandais à soutenir activement les deux importateurs, diplomatiquement ou financièrement, pour qu'ils utilisent d'autres sources", a déclaré Eyckmans.

WSRW a publié plus tôt cette année son édition 2020 du rapport annuel "P pour le pillage", documentant le commerce marocain de minerai de phosphate du Sahara Occidental occupé en 2019. Le rapport a démontré que les exportations avaient diminué de moitié de 2018 à 2019. Au cours de la dernière décennie, des dizaines de les entreprises ont stoppé les importations en raison de la pression croissante des investisseurs sur les préoccupations relatives aux droits de l'homme. Pourtant, Ravensdown et Ballance Agri-Nutrients persistent, et étaient responsables d'au moins un tiers des exportations de 2019, vers la Nouvelle-Zélande.

Actualités

Pour comprendre la controverse Neo-Zélandaise sur les phosphates

Les deux sociétés néo-zélandaises Ravensdown et Ballance Agri-Nutrients, désormais les deux seuls clients du minerai de phosphate du Sahara Occidental occupé dans le monde, défendent leurs achats sur les réseaux sociaux. Voici ce qui ne va pas avec ce qu'ils prétendent.

18 septembre 2018

Les importateurs d'engrais néo-zélandais défendent leurs importations

L'Association néo-zélandaise des engrais, représentant les compagnies importatrices controversées en Nouvelle-Zélande déclare à la télévision nationale être "au courant de ce qui se passe au Sahara Occidental mais qu'il n'y a aucune raison de ne pas utiliser la roche phosphatée de la zone".

31 mars 2015

Pillage de Noël des importateurs néo-zélandais

Deux bateaux sont sur le point d'arriver en Nouvelle-Zélande avec des phosphates du Sahara Occidental occupé.
07 janvier 2013

Le commerce Kiwi non éthique continue

De nouveaux navires chargés avec du phosphate pillé au Sahara Occidental occupé arrivent aux ports de la Nouvelle-Zélande.

28 octobre 2011