L'Allemagne dément un crédit à l'OCP pour le Sahara Occidental
Article image
La banque publique allemande de développement ne financera pas de projets au Sahara Occidental.
Publié 14. May 20


"Les contrats existants pour le crédit de développement susmentionné excluent explicitement le financement des activités économiques au Sahara Occidental." Telle est la réponse claire le 7 mai 2020 du ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement en réponse aux questions posées par un membre du Parlement européen Eva-Maria Schreiber (die LINKE) sur la portée géographique d'un crédit accordé à la compagnie nationale marocaine de phosphate OCP SA.

La banque publique allemande de développement KfW (Kreditanstalt für Wiederaufbau) a accordé un crédit de 200,147 millions d'euros pour un programme d'investissement de l'OCP dans le domaine de l'eau. L'OCP exploite les réserves de phosphate du Maroc, mais exploite également illégalement la mine de phosphate de Bou Craa au Sahara Occidental occupé - un territoire non autonome sur lequel le Maroc n'a aucune souveraineté ni mandat international. Eva-Maria Schreiber avait demandé au gouvernement fédéral de clarifier comment il garantirait que le crédit de développement d'OCP ne serait pas utilisé sur le territoire.

"Il est louable que la KfW prenne des mesures pour éviter de soutenir l'occupation du Sahara Occidental. Il convient de rappeler que toute l'opération d'OCP sur les terres occupées est facilitée par Continental et Siemens. Il est regrettable que l'industrie privée allemande agisse pour maintenir l'occupation militaire du Maroc", a déclaré Tim Sauer de WSRW Allemagne.

Continental assure la maintenance du système de tapis roulant de l'OCP dans le cadre d'un contrat qui expire en juin 2020. WSRW exhorte Continental à ne pas renouveler le soutien à l'industrie marocaine illégale du phosphate sur le territoire.

Ces dernières années, de nombreuses sociétés internationales ont cessé d'importer du minerai de phosphate du Sahara Occidental, suite à la pression croissante des investisseurs préoccupés par la légalité de l'opération et les violations des droits de l'Homme qui y sont liées. En 2019, seule une poignée d'importateurs étaient encore impliqués dans le commerce, et les chiffres des exportations du Maroc depuis le territoire qu'il occupe militairement sont tombés à leur plus bas niveau depuis des années. En savoir plus dans l'édition 2020 de P pour Pillage, notre rapport annuel pour 2019 de synthèse du commerce marocain du minerai de la zone de conflit du Sahara Occidental.

La déclaration que le gouvernement allemand vient de publier est une confirmation de la position de la banque sur le Sahara Occidental. En juillet 2016, la KfW a écrit à WSRW "nous ne finançons pas de projets au Sahara Occidental et nous ne prévoyons pas de le faire à l'avenir". La banque était à l'époque annoncée par les médias marocains comme cofinanceur des projets d'énergies renouvelables dans le territoire occupé. La KfW a clairement indiqué que ces allégations étaient fausses, qu'elle soutenait de tels projets au Maroc, mais pas au Sahara Occidental.

En novembre 2016, les médias marocains ont rapporté que la KfW avait soutenu des projets énergétiques dans les territoires occupés [ou télécharger ici]. Cette couverture était "erronée", selon un courrier envoyé par la KfW au WSRW le 3 mars 2017. "La KfW cofinance uniquement NOOR IV à Ouarzazate / Maroc et non NOOR Laayoune et NOOR Boujdour", écrit la KfW dans un courrier électronique.

La position de la KfW est également conforme à celle du gouvernement allemand. En 2017, le secrétaire d'État du ministère fédéral des Affaires économiques et de l'Énergie a précisé au Parlement allemand que "le gouvernement fédéral ne soutient pas les activités économiques des entreprises allemandes au Sahara Occidental et ne garantit pas les affaires par le biais de crédits à l'exportation et de garanties d'investissement".

Une analyse effectuée en 2019 par le département de recherche du Bundestag a conclu que le Maroc devait être considéré comme une puissance occupante au Sahara Occidental et que sa politique de colonisation - décrite comme le transfert de ses propres civils sur le territoire ainsi que l'existence de mesures indirectes de promotion de celui-ci - est une violation de la quatrième Convention de Genève.

La KfW doit maintenant encore préciser où se situe exactement le programme d'investissement en eau mentionné par l'OCP.
Actualités

Des câbles télécoms dans les eaux occupées

La société française Alcatel Submarine Networks SpA, détenue en partie par Nokia, a posé des câbles télécoms au Sahara Occidental occupé.

19. Apr 21

Rapport annuel : les clients du minerai du conflit du Sahara Occidental

L’Inde et la Nouvelle-Zélande se distinguent comme les principaux importateurs de minerai de phosphate du Sahara Occidental occupé, détaillé dans le dernier rapport annuel de WSRW sur le commerce controversé.

13. Apr 21

Voilà les questions auxquelles Siemens ne répondra pas

Lors de son assemblée générale annuelle, Siemens Gamesa s'est montré plus évasif que jamais en ce qui concerne les questions fondamentales sur l'implication de l'entreprise dans le Sahara Occidental occupé.

01. Apr 21

Thyssenkrupp poursuivra-t-il ses activités au Sahara Occidental ?

Le géant allemand de l'ingénierie industrielle reste évasif s'il va ou non se tenir à distance des futurs projets au Sahara Occidental occupé.

17. Mar 21