Fin des fournitures suédoises pour la mine de Bou Craa

La société suédoise d'équipement minier Epiroc a annoncé qu'elle ne fournirait plus la mine de phosphate controversée de Bou Craa au Sahara Occidental occupé. La société allemande Continental devrait suivre l'exemple, commente WSRW.

Publié 06. November 20

Depuis 12 ans des entreprises suédoises fournissant des équipements de forage pour l'exploitation de la mine controversée de Bou Craa au Sahara Occidental occupé, c'est maintenant fini.

"Nous n'avons aucun accord pour la maintenance ou la fourniture de la mine de Boucraa au Sahara Occidental et nous n'avons pas l'intention de fournir la mine à l'avenir", a écrit Camilla Goldbeck-Löwe, vice-présidente de la responsabilité d'entreprise, dans un courriel à Western Sahara Resource Watch (WSRW) du 8 septembre 2020. WSRW a depuis reçu confirmation de cette information de plusieurs sources.

Epiroc est une société suédoise assez récente, créée en 2018. La société a été créée à la suite d'une décision de la société suédoise Atlas Copco de scinder son ancienne activité d'équipement minier. Au moment de la scission, Atlas Copco vendait et entretenait depuis plusieurs années du matériel pour la mine controversée du Sahara Occidental. Ses premières ventes datent de 2008 et l'accord n'a été révélé par WSRW qu'en 2013.

Bien qu'Atlas Copco et Epiroc n'aient pas commenté la question pendant longtemps après la création d'Epiroc, les propriétaires des deux sociétés s'entendaient pour dire que le contrat avec OCP avait été repris par Epiroc, comme c'était le cas avec d'autres contrats d'Atlas Copco. Un courrier adressé à Epiroc en novembre 2019 n'a pas reçu de réponse, mais lorsqu'elle a été interpellée par le Centre de ressources sur les entreprises et les droits de l'homme plus tôt cette année, la société a déclaré qu'elle "examinait actuellement cette question".

Cependant, un tweet d'Atlas Copco le 10 avril 2019 a semé la confusion quant à la société qui détenait effectivement l'obligation contractuelle. Atlas Copco a déclaré sur les réseaux sociaux que "l'extraction du phosphate faite par notre client suit les règles du droit international". Le tweet est toujours en ligne.

Maintenant, Atlas Copco affirme qu'aucune des deux sociétés ne joue un rôle dans la mine. "Atlas Copco n’exerce aucune activité au Sahara Occidental. Le client de la mine de Bou Craa et d’Atlas Copco a convenu qu’il n’y aurait pas de nouvelles commandes pour la livraison d’équipements, de pièces de rechange et de services au Sahara Occidental", a déclaré par écrit à WSRW la vice-président à la durabilité d’Atlas Copco, Sofia Svingby, dans un courrier du 18 septembre 2020. Cela a été confirmé au Centre de ressources pour les entreprises et les droits de l'homme dans un courrier du 9 mars 2020. "Atlas Copco n'a pas d'opérations au Sahara Occidental. Le secteur des équipements miniers fait désormais partie d'un société publique différente, Epiroc AB. [...] Il n'y a aucun service rendu par le personnel d'Atlas Copco au Sahara Occidental », écrivait la société à l'époque.

Western Sahara Resource Watch demande désormais à la société allemande Continental - qui fournit des courroies en caoutchouc pour l'importante infrastructure de convoyage de la mine - de suivre l'exemple donné par la société suédoise. Le contrat de plusieurs années de Continental pour la fourniture du système de bande transporteuse a expiré en juillet 2020. WSRW ne sait pas s'il a été renouvelé.

"Nous demandons à Continental de clarifier et de dire ce qu'il est advenu du contrat expiré avec l'OCP. Epiroc a montré qu'il est parfaitement possible pour une entreprise de maintenir des opérations commerciales au Maroc, tout en arrêtant l'approvisionnement de la mine de Bou Craa en Sahara Occidental occupé. Une compagnie nationale marocaine n'a pas le droit d'exploiter une mine de phosphate au Sahara Occidental sans avoir obtenu le consentement du peuple du territoire. En contribuant aux opérations de la mine, des sociétés internationales contribuent à l'occupation illégale. Continental doit maintenant suivre l'exemple d'Epiroc, et exprimer immédiatement et sans condition qu'elle a mis fin à son engagement. Nous félicitons Epiroc d'avoir fait preuve de responsabilité et d'avoir pris les devants", a déclaré Tim Sauer de Western Sahara Resource Watch en Allemagne.

Les autres sociétés fournissant la mine sur les terres occupées sont Siemens, Caterpillar et Worley Ltd.

Ce n’est pas la première fois que la restructuration d’entreprises conduit à un remaniement sur les controverses au Sahara occidental. En 2018, le grand groupe allemand Dr.Oetker a vendu sa division maritime Hamburg Süd au géant danois des conteneurs Maersk. La filiale britannique de Hamburg Süd, Furness Withy, était à l'époque l'affréteur responsable des transports de phosphates vers l'Australie / Nouvelle-Zélande. L'acquisition de Hamburg Süd par Maersk étant finalisée, Maersk s'est assuré d'interrompre les transports en Oczanie. Furness Withy était l'affréteur du vraquier NM Cherry Blossom qui a été détenu en Afrique du Sud pour avoir expédié illégalement le minerai de la zone de conflit hors du territoire occupé.

Actualités

Des câbles télécoms dans les eaux occupées

La société française Alcatel Submarine Networks SpA, détenue en partie par Nokia, a posé des câbles télécoms au Sahara Occidental occupé.

19. April 21

Rapport annuel : les clients du minerai du conflit du Sahara Occidental

L’Inde et la Nouvelle-Zélande se distinguent comme les principaux importateurs de minerai de phosphate du Sahara Occidental occupé, détaillé dans le dernier rapport annuel de WSRW sur le commerce controversé.

13. April 21

Voilà les questions auxquelles Siemens ne répondra pas

Lors de son assemblée générale annuelle, Siemens Gamesa s'est montré plus évasif que jamais en ce qui concerne les questions fondamentales sur l'implication de l'entreprise dans le Sahara Occidental occupé.

01. April 21

Thyssenkrupp poursuivra-t-il ses activités au Sahara Occidental ?

Le géant allemand de l'ingénierie industrielle reste évasif s'il va ou non se tenir à distance des futurs projets au Sahara Occidental occupé.

17. March 21