Nouvel élément au conflit : l'hydrogène "vert"
644b956c66903_ElliLorz_IMG_6777

Une étude montre que le plus grand potentiel du Maroc en hydrogène vert réside en fait dans le territoire qu'il maintient sous occupation militaire.

03 mai 2023

Photo : « Allah, le Pays, le Roi ». Propagande marocaine sur une falaise près de Dakhla, Sahara Occidental occupé. Par @ElliLorz.

Une équipe de scientifiques marocains a publié le mois dernier une étude dans le journal "The International Journal of Hydrogen Energy" montrant que "la combinaison de panneaux photovoltaïques et d'éoliennes permet de produire de l'hydrogène à faible coût au Maroc, en particulier à Dakhla". Dakhla est cependant une ville située dans la partie du Sahara Occidental que le Maroc maintient sous une occupation brutale et militaire depuis 1975.

Alors que le royaume a commencé à vanter son potentiel en hydrogène vert, il y a encore relativement peu d'études qui ont évalué ce potentiel en termes de coût de production. La rareté de l'eau est un problème majeur pour le Maroc, et les experts citent souvent le coût du dessalement comme un facteur entravant la production d'hydrogène vert. De plus, le Maroc a besoin d'un soutien financier pour devenir un fournisseur fiable, mais a déjà conclu des accords de coopération pour l'hydrogène vert avec l'Allemagne, les Pays-Bas et le Portugal qui fourniront une injection financière.

L'étude menée par les universités marocaines ENSAM et EMI, pour le compte de l'Institut Marocain de l'Energie Solaire et Renouvelable (IRESEN) s'intitule « Bilan de la production d'hydrogène vert au Maroc, à partir de sources hybrides renouvelables (PV et éolien) », et a analysé le potentiel sur 5 sites au « Maroc », sélectionnés sur la base de leur dotation en énergies renouvelables. En réalité, seuls trois des sites de l'étude se trouvent au Maroc (Tan-Tan, Tanger et Jorf Lasfar). Les deux sites restants se trouvent au Sahara Occidental occupé : Dakhla et El Aaiún.

Les Nations Unies et les tribunaux internationaux sont clairs sur le fait que le Sahara Occidental ne fait pas partie du Maroc. Mais cela semble avoir échappé aux examinateurs de "The International Journal of Hydrogen Energy". La revue est publiée par Elsevier et est une revue officielle de l'International Association for Hydrogen Energy.

The United Nations and international courts are clear that Western Sahara is not part of Morocco. But this seems to have slipped the eyes of the peer-reviewers of The International Journal of Hydrogen Energy. The journal is published by Elsevier and is an official journal of the International Association for Hydrogen Energy.

Ce n'est pas la première fois qu'une publication Elsevier comporte des études controversées qui ignorent la position de l'ONU sur le Sahara Occidental.

En 2009, WSRW a écrit au comité de rédaction de la revue géologique Tectonophysics - une autre publication d'Elsevier - concernant la publication de l'exploration pétrolière illégale du Maroc au large des territoires occupés. Les courriers n'ont pas reçu de réponse. WSRW a de nouveau écrit à Elsevier le 28 avril 2023.

"Le site de Dakhla est le meilleur pour la production d'hydrogène vert", a déclaré l'un des cinq chercheurs aux médias marocains. "Le coût de production est très faible" par rapport aux autres domaines de l'étude.

Le coût de production de l'hydrogène vert à Dakhla s'élèverait à 2,54$/kg, El Aaiún n'étant pas en reste avec 2,56$/kg. Les coûts de production dans les zones marocaines faisant partie de l'étude étaient deux à trois fois plus élevés : 7$/kg à Jorf Lasfar, 6,76$/kg à Tanger et 6$/kg à Tan-Tan.

En d'autres termes, le plus grand potentiel de production marocaine d'hydrogène vert pourrait se trouver au Sahara Occidental occupé.

L'hydrogène est une source d'énergie obtenue par électrolyse de l'eau, transformant l'eau en hydrogène et en oxygène. Si l'énergie utilisée pour alimenter le procédé provient de sources renouvelables, le produit final peut être qualifié d'hydrogène vert.

Le Maroc est considéré comme un pionnier dans le passage à davantage de sources d'énergie renouvelables. Selon Statista, en 2021, il disposait de la 4e capacité d'énergie solaire concentrée installée la plus élevée au monde et de la 2e plus grande capacité de production d'énergie éolienne sur le continent africain. Ce que ces chiffres cachent, c'est qu'une partie importante des projets éoliens et solaires du Maroc ne sont pas du tout développés au Maroc - mais au Sahara Occidental occupé.

Le rapport de WSRW Éco-blanchiment de l'occupation (2021) a estimé que l'énergie produite à partir du vent sur le territoire occupé pourrait constituer 47,20 % de la capacité éolienne totale du Maroc d'ici 2030, tandis que sa part de l'énergie solaire générée pourrait alors atteindre 32,64 % de la capacité solaire totale du Maroc.

 

Puisque vous êtes là....
Le travail de WSRW est lu et utilisé plus que jamais. Nous travaillons de manière totalement indépendante et dans une large mesure bénévolement. Notre travail demande du temps, du dévouement et de la rigueur. Nous le faisons parce que nous pensons que c'est important - et nous espérons que vous aussi. Nous recherchons davantage de donateurs mensuels pour soutenir notre travail. Si vous donnez 3 €, 5 €, 8 € par mois… ou ce que vous pouvez – l'avenir de WSRW sera beaucoup plus sûr. Vous pouvez rapidement établir un don mensuel à WSRW en suivant ce lien.

Actualités

Le gouvernement allemand ne financera pas les projets de Siemens Energy au Sahara Occidental

Le gouvernement allemand a précisé que son soutien financier à Siemens Energy comprendra une disposition excluant les projets de l’entreprise au "Sahara Occidental occupé par le Maroc".

06 décembre 2023

Les Compagnies doivent ignorer cet appel d’offres controversé

Les entreprises qui veulent être perçues comme respectant les droits de l'homme de manière responsable ne doivent pas répondre à un appel d'offres important pour le raccordement de la production marocaine illégale d'énergie au Sahara Occidental au réseau du Maroc, prévient WSRW.

28 novembre 2023

Les éoliennes ont échappé au radar attentif de la Compagnie maritime

Un navire sous contrôle norvégien est en train de décharger des éoliennes chinoises dans les îles Canaries. Grieg Maritime affirme que ses protocoles n'ont pas détecté que les éoliennes devaient être installées au Sahara Occidental occupé.

13 octobre 2023

WSRW demande à Engie de publier une étude de Global Diligence

L'évaluation controversée réalisée par Global Diligence au Sahara Occidental occupé pour un projet qui emploiera des milliers de colons marocains doit être publiée par la société française Engie, exige WSRW dans une lettre.

13 octobre 2023