Les fermiers espagnols refusent le deal UE sur les tomates du Sahara
coag_610.jpg

L'UE pourrait signer un accord agricole avec le Maroc couvrant également le territoire du Sahara occidental. Les agriculteurs espagnols demandent que l’accord soit stoppé.
Mis à jour le: 22.11 - 2010 19:23Imprimez cette page    
L’association des agriculteurs espagnols Coordinadora de Organizaciones de Agricultores y Ganaderos de Canarias, a déclaré à Europa Press ce mois-ci que l’accord agricole prévu entre l'UE et le Maroc est illégal, parce qu’il comprend le Sahara Occidental occupé.

"Si l'accord est ratifié tel qu'il est aujourd'hui, le Parlement va commettre une violation de la loi", a déclaré à Europa Press le président de COAG, Rafael Hernández, à propos à l'industrie dans les territoires occupés.

Une délégation du COAG a ces derniers jours travaillé cet accord sur l’agriculture du Parlement Européen pour l’arrêter.

L'absence de champ d'application géographique de projet d’Accord sur l'agriculture a les mêmes défauts juridiques de l'accord de pêche, dont on parle plus, que toutes les institutions indépendantes - telles que le service juridique du Parlement européen - ont jugé illégal.

vestsahara_dakhla_tomatplantasje_350.jpgAu cours des dernières années, le Maroc a déplacé des milliers de nouveaux colons pour travailler dans les fermes de tomate dans les territoires occupés. Ces exploitations illégales pourraient, par l'accord UE-Maroc se mettre en concurrence avec des producteurs de tomates de l'Union européenne elle-même.

Le sud du Sahara occidental, où est principalement située l'industrie de la tomate, a d'abord été occupé par la Mauritanie. Lorsque la Mauritanie s'est retirée de la région en 1979, le Maroc a occupé la place. L'Assemblée Générale a réagi à l'extension de l'occupation marocaine dans la résolution 34/37: elle "Déplore vivement l'aggravation de la situation découlant de la persistance de l'occupation du Sahara Occidental par le Maroc et de l'extension de cette occupation au territoire récemment évacué par la Mauritanie", tandis que le paragraphe 6 "Demande instamment au Maroc de s'engager lui aussi dans la dynamique de la paix et de mettre fin à l'occupation du territoire du Sahara Occidental". Télécharger la résolution.

Selon un journal marocain, le Roi du Maroc est lui-même propriétaire de terres à Dakhla, utilisées pour l'industrie.

Les fermes de tomate sont également mises en question du point de vue écologique. L'industrie est hors développement durable car elle prend son eau dans les réservoirs d’eau non renouvelable dans le sous sol de Dakhla.


    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi