Le commerce approfondi discuté le 22 avril
barosso_benkirane_610.jpg

Le Maroc et l'Union européenne vont engager des pourparlers à Rabat le 22 avril sur un accord de libre-échange approfondi et complet.
Mis à jour le: 17.04 - 2013 00:17Imprimez cette page    
Photo: Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso et le Premier ministre du Maroc, Abdelilah Benkirane, lors d'une conférence de presse à Rabat le 1er mars 2013.

Selon les services de la Commission commerce du PE, l'accord de libre-échange approfondi et complet (ALEAC) va considérablement étendre l'accord d'association existant, qui établit déjà un libre-échange des marchandises.

L’ALEAC envisagé couvrira les services, les marchés publics, la concurrence, les droits de propriété intellectuelle, la protection des investissements et l'intégration progressive de l'économie marocaine dans le marché unique de l'UE. Des domaines comme les normes industrielles et les réglementations techniques sont concernés, ainsi que des mesures sanitaires et phytosanitaires.

Au cours de sa visite au Maroc au début du mois, le président de la Commission européenne José Manuel Barroso a déclaré que le principal objectif de cet accord est de faciliter l'intégration du Maroc dans le marché intérieur de l'UE. Alors que les négociations proprement dites doivent débuter en avril, le lancement officiel a été annoncé la semaine dernière par M. Barroso.

Mais étant donné la réticence de l'UE à clairement exclure les parties occupées du Sahara Occidental de ses accords commerciaux avec le Maroc, il est attendu que l’ALEAC pourrait avoir un effet considérable sur le territoire - un impact négatif sur le processus de paix parrainé par l'ONU en renforçant les revendications non étayées du Maroc sur le Sahara Occidental. Par conséquent, les entreprises européennes attirées dans des accords sur des terres occupées, risquent de devenir partenaire de la prolongation du conflit.

Les échanges commerciaux entre l'UE et le Maroc s'élève à environ 24 milliards d'euros en 2011. Le Maroc est aussi le plus important bénéficiaire de l'aide européenne.

31 organisations de la société civile sahraouie du Sahara Occidental occupé et les camps de réfugiés sahraouis en Algérie ont appelé la Commission Européenne à exclure leur pays de l’ALEAC. La Commission européenne ne les a toujours pas consultés dans le processus.

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi