Les requins toujours menacés au Sahara Occidental occupé
sharks_april_2014_ws_3_610_200.jpg

Les photos prises au port de Boujdour au Sahara Occidental occupé, montrent que des espèces vulnérables de requins sont encore capturées par la flotte marocaine dans la zone - en dépit des lois et réglementations internationales appelant à leur protection.
Mis à jour le: 07.05 - 2014 22:24Imprimez cette page    
Les photos ci-dessous ont été prises au port de Boujdour, en avril 2014.

Le requin a premier plan est un requin bleu (Prionace glauca), et les autres sont des requins Maka, probablement des sous-espèces du requin-taupe bleu (Isurus oxyrinchus).

L'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) considère que les deux espèces soient vulnérables. Le requin bleu est répertorié comme « quasi menacé » et le requin-taupe bleu comme «vulnérable».

Les requins semblent avoir été débarqués par les pêcheurs locaux - qui, au Sahara Occidental signifie par les pêcheurs marocains qui sont installés en permanence ou de façon saisonnière dans le territoire occupé.

En 2011, Western Sahara Resource Watch a déjà publié sur les requins en danger d'extinction au Sahara Occidental. C'est l'une des nombreuses conclusions inquiétantes du rapport post-évaluation indépendant de 2011 sur le précédent accord de pêche UE-Maroc, rejeté par le vote du Parlement Européen en décembre 2011.

Le rapport commente la façon dont la flotte marocaine a depuis longtemps un intérêt particulier pour les requins : jusqu'à 4 000 tonnes sont débarquées chaque année pour répondre aux demandes de requin des marchés asiatiques. Les espèces d'eau profonde sont visées en particulier, parce que leur grand foie les rend intéressantes pour l'industrie cosmétique et pharmaceutique.

Le gouvernement marocain a publié un ensemble de lignes directrices en 2009 pour réduire l'impact de la pêche sur les requins, mais aucune information n'est disponible quant à savoir si et comment ces mesures ont été mises en œuvre.

En ce qui concerne la population de requins, il semble que rien n'a vraiment changé. La pêche de l'UE au Maroc et au Sahara Occidental devrait reprendre dans les prochaines semaines, ce qui fait une menace supplémentaire pour une espèce déjà en voie de disparition.



sharks_april_2014_ws_610.jpg

sharks_april_2014_ws_3_610.jpg

sharks_april_2014_ws_2_610.jpg

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi