Un chalutier impliqué dans de nouveaux rejets massifs au Sahara occupé

Encore une fois au Sahara Occidental occupé, un navire de pêche géré par un ex-général marocain rejette à la mer des tonnes de poisson. Une nouvelle vidéo révèle la mauvaise gestion de l'environnement.

Publié 07 mai 2016

Western Sahara Resource Watch a reçu des vidéos du navire Buland, impliqué dans une opération qui serait le rejet à la mer de "tonnes de poissons" au large des côtes du Sahara Occidental occupé.

La pratique de la pêche est controversée en soi, puisque le chalutier pêche dans les territoires occupés du Sahara Occidental sous licence et pavillon marocain, alors même qu'aucun État au monde ne reconnaît le territoire comme faisant partie du Maroc. En plus des aspects politiques, éthiques et juridiques de ces pêches marocaines au large du territoire que le Maroc maintient sous occupation militaire, il y a des aspects environnementaux graves relatifs à la gestion des stocks.

Le navire filmé dans la vidéo, le Buland, a une licence pour pêcher la sardine. Et qu'arrive-t'il quand les espèces de poissons pêchées ne font pas partie du quota ? Eh bien, elles sont rejetée par-dessus bord. Selon les sources qui ont envoyé les vidéos à WSRW, le navire a déversé des "dizaines de tonnes" de poissons ce jour, y compris des daurades. La vidéo a été tournée il y a environ cinq mois, dans les eaux au large de la ville de Dakhla.

Le chalutier appartient à Atuneros del Sur SARL qui est contrôlée par la société marocaine Ylara Holding. Ylara est présidé par l'ancien général marocain Hassan Oualit. Voir l'organigramme de l'entreprise maintenant indisponible sur le site de Ylara.

Ce n'est pas la première fois que les vidéos amateurs témoignent de la sévère mauvaise gestion des stocks de pêche au large des territoires occupés, commise par un navire appartenant à un ex-général. En 2013, WSRW a publié des photos du navire Adrar, appartenant à un autre général marocain, qui avait cette année-là déversé 1000 tonnes de poisson par-dessus bord. Le rôle des forces armées marocaines dans le secteur de la pêche est détaillé dans ce document de l'ambassade des États-Unis en 2008.

Les poissons sont aussi parfois jetés comme des ordures sur la terre, voir ici les images de 2013 et de l'an dernier. WSRW a également publié sur des rejets de poissons en 2012. La moitié du peuple du Sahara Occidental vit réfugiés dans le désert algérien, suite à l'occupation marocaine, et dépend de l'aide humanitaire. 

Le navire Buland était à l'origine propriété norvégienne (nommé Røttingøy à l'époque), mais a été vendu à Dales Rederi AS au Sahara Occidental en 2011. Il a le numéro OMI 7713010 et se trouve actuellement dans le port de Dakhla. En 2012-2013, il était géré par la société islandaise Neptune. Greenpeace a publié un rapport "Exportation exploitation" en 2013 documentant la circulation des navires d'Europe du Nord vers le Sahara Occidental.
 

Actualités

Nouveau rapport : division par deux du commerce du phosphate du Sahara

Les exportations de minerais de phosphate du Sahara Occidental occupé n'ont jamais été aussi faibles qu'en 2019. Cela est révélé dans le nouveau rapport WSRW P pour Pillage, publié aujourd'hui, 24 février 2020.

24 février 2020

Nouveau rapport sur l'industrie du phosphate du Sahara Occidental

En 2018, le Maroc a expédié 1,93 million de tonnes de phosphate du Sahara Occidental occupé, d'une valeur estimée à 164 millions de dollars. Trouvez dans le rapport tout ce que vous devez savoir sur les volumes, les valeurs, les navires et les clients.

08 avril 2019

Nouveau rapport : le contentieux du phosphate au Sahara Occidental

Le Maroc a expédié plus de 1,5 million de tonnes de phosphate en provenance du Sahara Occidental occupé en 2017, pour un montant de plus de 142 millions de dollars. Mais le nombre d'importateurs internationaux du minerai litigieux diminue. Le rapport annuel de WSRW le montre.

24 avril 2018

Le Maroc continue à rejeter les prises accessoires au Sahara occupé

WSRW a reçu des images de poissons déversés dans le désert près de la ville de Dakhla pour cacher la surpêche. Les photos ont été prises il y a deux jours.
24 octobre 2015