Le Maroc continue à rejeter les prises accessoires au Sahara occupé
Article image
WSRW a reçu des images de poissons déversés dans le désert près de la ville de Dakhla pour cacher la surpêche. Les photos ont été prises il y a deux jours.
Publié 24 octobre 2015


Ces images ont été prises dans la zone Mheriz, au sud de la ville de Dakhla au Sahara Occidental occupé. Des sources locales affirment que "des centaines de tonnes" sont rejetées "à cause de la pêche non réglementée de la flotte marocaine, qui rapporte plus que sa cargaison, et s'en débarrasse ici".

Bien que cet incident de rejet particulier est attribuée aux pêcheurs marocains qui tentent de cacher leur pêche hors quota, d'autres flottes aussi sont coupables de cette pratique destructrice. Vers la fin de 2013, WSRW a reçu des images montrant un navire battant pavillon de Belize rejetant à la pompe les prises accessoires dans l'océan - un témoignage choquant de la gestion par le Maroc gère les stocks de poissons du Sahara Occidental.

L'Union Européenne, qui pêche illégalement au Sahara Occidental occupé par le biais de son accord de partenariat avec le Maroc, a émis une obligation de débarquement en janvier de cette année. Les pêcheurs de l'UE sont désormais obligés de débarquer des captures non désirées, plutôt que de les jeter dans l'eau. Cette règle est également valable pour les eaux internationales, ce qui est le statut juridique des eaux du Sahara Occidental occupé. Des images comme celles ci-dessous soulèvent la question de savoir si l'obligation de débarquement rendra la pêche plus durable. Alors que les pêcheurs européens peuvent agir de bonne foi et débarquer à terre les captures indésirées, le poisson peut tout aussi facilement être jeté sur la terre, comme cela semble être une pratique courante au Maroc et dans la partie du Sahara Occidental occupé par le Maroc.

WSRW a dans le passé également reçu des photos des rejets sur terre, soit d'énormes tas de poissons indésirables laissés à pourrir dans le désert.

Le Maroc occupe actuellement la plus grande partie du Sahara Occidental, y compris le littoral. Grâce à l'industrie de la pêche, le Maroc parvient à installer un bon nombre de ses propres ressortissants sur le territoire, entravant ainsi une solution au conflit. E, 1975, la Cour internationale de Justice a rejeté les revendications du Maroc sur cette terre. Près de la moitié de la population du Sahara Occidental vit comme réfugiés dans les camps du désert algérien où, par périodes, un enfant sur cinq souffre de malnutrition sévère. Un contraste saisissant avec l'abondance de poissons déversés dans leur patrie occupée.

discards_dakhla_21.10.15_610.jpg

bed7discards_dakhla_21.10.15_b_610.jpg

8984discards_dakhla_21.10.15_a_610.jpg

discards_dakhla_21.10.15_c_610.jpg
Actualités

Un chalutier impliqué dans de nouveaux rejets massifs au Sahara occupé

Encore une fois au Sahara Occidental occupé, un navire de pêche géré par un ex-général marocain rejette à la mer des tonnes de poisson. Une nouvelle vidéo révèle la mauvaise gestion de l'environnement.

07 mai 2016

Le Maroc aurait fraudé avec l’argent UE contre les filets dérivants

Le Maroc a reçu 4 millions d’€ de l'Union Européenne pour mettre un terme à l'usage nocif de filets dérivants. Les syndicats de pêcheurs traditionnels et côtiers du Maroc affirme que la totalité de la somme a été donnée à deux individus dépourvus d’un statut juridique leur permettant d’obtenir cet argent, et a mis l'affaire devant la justice.
01 juillet 2015

Les requins toujours menacés au Sahara Occidental occupé

Les photos prises au port de Boujdour au Sahara Occidental occupé, montrent que des espèces vulnérables de requins sont encore capturées par la flotte marocaine dans la zone - en dépit des lois et réglementations internationales appelant à leur protection.
07 mai 2014

Greenpeace : le Parlement Européen doit voter non à la pêche au Sahara

Greenpeace International publie un rapport qui montre une augmentation du nombre des navires privés marocains au Sahara Occidental. La combinaison de cette flotte avec un nouvel accord de pêche de l’UE avec le Maroc n'est pas viable, selon Greenpeace, qui appelle le Parlement Européen à rejeter le nouveau protocole de pêche européen dans les eaux occupées.
03 décembre 2013