Des pirates japonais hors radar
taiwa_maru_no88_28.10.2014_610.jpg

Quatre navires japonais pirates qui pêchent dans les eaux du Sahara Occidental ont éteint leurs transpondeurs de localisation. WSRW envoie une nouvelle protestation au gouvernement du Japon.
Mis à jour le: 05.11 - 2014 20:37Imprimez cette page    
shoei_maru_no7_28.10.2014_350.jpgEn octobre, Western sahara Resource Watch (WSRW) a découvert trois (et plus tard, un quatrième) navires japonais au large du Sahara Occidental occupé. WSRW a demandé au gouvernement japonais d'intervenir pour faire cesser cette pratique. WSRW n’a encore reçu aucune réponse, pas plus qu’il n’a observé d’intervention du gouvernement marocain.

Les pêcheries présentent tous les signes de ce qui est caractérisé à l'échelle internationale comme pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN).

Le contrôle environnemental du Maroc sur les flottes nationales et internationales dans les eaux du Sahara Occidental a toujours été impropre. Aucun État ne reconnaît la revendication de souveraineté du Maroc sur le territoire, et le Maroc lui-même n'a pas revendiqué ses eaux. Même si ce cas particulier de pêche avait été accordé par le gouvernement marocain, cela aurait été en violation du droit international. WSRW n'a trouvé aucune preuve que les navires ont été autorisés par le gouvernement du Maroc pour pêcher au large du sud du territoire occupé. L’autorisation n'a évidemment pas été donnée par la République sahraouie, le seul gouvernement à avoir fait valoir des droits sur ces eaux. Selon toutes les indications, les quatre navires opèrent à l'improviste et sans autorisation.

Durant la matinée du 28 octobre 2014, onze jours après la première protestation de WSRW contre cette pêche, les quatre navires ont éteint leurs transpondeurs AIS. Les navires sont les suivantes:

Le Shoei Maru n°7 (numéro OMI 9120023), dernier signal du transpondeur enregistré le 28 octobre 05h47
Le Koryo Maru 51 (numéro OMI 8915990), dernier signal du transpondeur enregistré le  28 octobre 05h35
Le Chiyo Maru n°18 (numéro OMI 9016521), dernier signal du transpondeur enregistré le 28 octobre 04h13
Le Taiwa Maru n°88 (numéro OMI 9053488), dernier signal du transpondeur enregistré le 28 octobre 08h05

Un transpondeur AIS fait partie du système de communication que tous les navires ont à bord pour identifier où ils sont et quelles routes ils prennent sur la mer. Il n’est pas rare que les navires pratiquant la pêche pirate échappent au radar en éteignant leurs émetteurs.

Chacun des quatre navires manquants sont des palangriers, et les traces de navigation qu’ils affichent visuellement et au radar révèlent qu'ils pêchent le thon, et plus probablement de l'espèce "thon obèse"( Thunnus obesus), qui est vendu 9$ (6 €) le kilo sur les marchés japonais/européen. Puisque chacun des quatre navires a une capacité de chargement de 400 tonnes, la valeur de la cargaison de la pêche japonaise illégale dans les eaux sahraouies serait d'environ 9 millions d'euros, s’ils parvenaient à remplir la capacité de chargement.

L'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) considère que les espèces de thonidés dans l'océan Atlantique sont "menacées". L'organisme responsable de thon dans l'Atlantique, la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l'Atlantique (CICTA) a également exprimé sa préoccupation quant à la durabilité de la pêche au thon. L’organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a condamné de tel «fripouille» ou «pirate» de pêche illicite, non déclarée et non réglementée comme nuisibles aux stocks de poissons et la répartition méthodique des prises de pêche entre les États participant aux organisations régionales de gestion des pêches.

WSRW a envoyé aujourd'hui une autre lettre de protestation au gouvernement japonais. Télécharger la lettre ici.

WSRW a initialement rapporté l’implication de trois palangriers japonais. Le nombre exact et confirmé est quatre.

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi