San Leon admet travailler dans l'intérêt du Maroc
San Leon Energy "a à l'esprit l'intérêt du Maroc à long terme " a déclaré le président de l'entreprise Oisin Fanning aux médias irlandais le 23 juillet. La société prévoit de forer dans le territoire sous occupation marocaine illégale.
Mis à jour le: 24.07 - 2015 11:35Imprimez cette page    
Le Irish Independent interrogeait le président de San Leon Energy sur l'opération que sa compagnie entreprend au Sahara Occidental.

Aucun État au monde, ni l'ONU, ne reconnaît le territoire dans faisant partie du Maroc. Pourtant, San Leon est d'un avis différent.

"La compagnie a à l'esprit l'intérêt du Maroc à long terme, et nous avons la chance de travailler dans un pays connu pour la tolérance et de la modération", a déclaré Oisin Fanning.

Toutes les associations au Sahara Occidental ont à ce jour a protesté contre le forage pétrolier marocain et ses partenaires dans le Sahara Occidental.

"San Leon réfute avoir été impliqué en quelque sorte que ce soit comme un acteur voyous. Nous croyons que l’ampleur de nos critiques provient de leur connaissance que leur position n"est pas partagée par la communauté locale», a déclaré le président.

Un représentant de la compagnie a également déclaré aux médias irlandais dans le passé qu'il n'a pas l'intention d'écouter le peuple du Sahara Occidental, qu'ils ne disposent pas d'un contact avec eux car ils ne sont «pas un peuple représentatif» et que les Sahraouis « ne nous parleraient pas ».

"Nous ne sommes pas la première compagnie occidentale à opérer dans les provinces du Sud (du Maroc) dans le cadre du processus des Nations Unies. San Leon est fier d'agir à l'unisson avec d'autres grandes sociétés de pétrole et de gaz dans la région [...]""Nous souhaitons déclarer fermement que nous prenons nos obligations en droit international et les principes de conduite commerciale éthique, au sérieux", a déclaré Fanning.

Plusieurs investisseurs ont dans le passé exclus des compagnies pétrolières pour leurs accords d'exploration au Sahara Occidental, comme le fonds de pension du gouvernement Norvégien qui a déclaré en 2005 que ces activités constituent "une violation particulièrement grave des règles éthiques fondamentales, par exemple, car cela peut renforcer la souveraineté des revendications du Maroc et donc contribuent à saboter le processus de paix de l'ONU."

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi