Expulsion: la vice-présidente du Parlement africain refusée à la COP22
beirouk_610.jpg

La vice-présidente du Parlement Panafricain, Suelma Beirouk, devait assister à la Cop 22, mais elle est actuellement retenue par la police marocaine. Le Maroc occupe sa patrie, le Sahara Occidental - et y construit illégalement des éoliennes.
Mis à jour le: 09.11 - 2016 00:13Imprimez cette page    
Cet article est régulièrement mis à jour.

Depuis 40 ans, le Maroc occupe l'ancienne colonie espagnole du Sahara Occidental. La moitié du peuple du Sahara Occidental a dû fuir lorsque le Maroc a envahi. Suelma Beirouk, une jeune militante pour l'indépendance contre l'Espagne était parmi eux.

Suelma Beirouk est aujourd'hui vice-présidente du Parlement panafricain. À ce titre, elle a siégé au comité préparatoire de la COP21.

Selon les informations reçues par WSRW, Suelma Beiruk a été arrêtée la nuit du 6 novembre par la police marocaine alors qu'elle s'apprêtait à quitter l'aéroport de Marrakech et se rendre en centre-ville, où est accueillie la COP22. Elle devait y assister en tant que représentante de l'Union africaine.

"Un homme a couru après elle et lui a demandé de revenir", a rapporté un parent à WSRW. "Ils lui ont demandé d'attendre à l'aéroport".

Suelma  Beirouk est depuis le 6 à l'aéroport. Elle a apparemment alerté l'Union africaine, qui est dit s’inquiéter de l'affaire. Le Maroc est le seul pays d'Afrique qui n'est pas membre de cette Union.

Pour WSRW, les raisons données pour l'empêcher de quitter l'aéroport ne sont pas claires.

MISE À JOUR, 7 novembre 2016, 14h12, Mme Beirouk a communiqué à WSRW qu'elle avait été informée par la police aéroportuaire marocaine qu'elle n'était pas autorisée à se rendre à Marrakech. "Les Marocains ne m'ont pas autorisée à entrer à Marrakech"

MISE À JOUR, 18:34: La fille de Suelma Beirouk est interviewée par Radio France International. Suelma Beirouk avait tous les documents utiles pour assister à la Cop22 et représentait le Parlement africain. On lui a ordonné de prendre un vol pour Oran en Algérie.

MISE À JOUR, 21:15: La vice-président de l'Union africaine est toujours détenu - maintenant à l'aéroport de Casablanca. La dernière communication avec elle a eu lieu un peu après 7pm. On lui avait alors dit qu'elle allait être déportée à Nouakchott en Mauritanie, non plus en Algérie. Le téléphone de Suelma Beirouk était alors éteint.

MISE À JOUR, 22:29. Les informations ne sont pas claires. Suelma Beirouk serait toujours à Casablanca et qu'elle devrait se rendre à Alger le lendemain.

Tout en gardant le territoire sous occupation, en expulsant les agents onusien de maintien de la paix de l'ONU, en refusant au Secrétaire Général de l'ONU d'accéder à la terre et en empêchant le processus d'autodétermination au Sahara Occidental, le Maroc construit des infrastructures d'énergies renouvelables sur le territoire occupé.

Cette infrastructure est utilisée par une entreprise publique pour exploiter des réserves minérales qui s’appauvrissent, comme détaillé dans un rapport WSRW publié le 2 novembre. Le Maroc utilise la prétendue énergie «durable» pour cimenter l'occupation elle-même.

Le Maroc n'a pas cherché à obtenir le consentement du peuple de cette terre pour mener à bien de tels projets - une situation au sujet de laquelle le Conseil des droits de l'homme de l'ONU a exprimé ses préoccupations de cette semaine. Ni le Maroc, ni ses deux partenaires dans ce secteur, la compagnie allemande Siemens ou la compagnie italienne Enel n'ont fait d’effort pour écouter l'opinion des Sahraouis. Nareva, la compagnie du roi marocain, ne répond pas aux questions sur les droits de l'homme publiée la semaine dernière dans une étude de Business and Human Rights.

Hier, des centaines de Sahraouis ont manifesté contre le Maroc, Siemens et Enel.

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi