La VP du Parlement africain expulsée était accréditée Cop22
Article image

Voir le document d'accréditation de la Vice-Présidente du Parlement panafricain ici.

Publié 10 novembre 2016

Le service d'information Inner City Press a publié aujourd'hui le document d'accréditation de Suelma Beirouk du Sahara Occidental.

Voir le document d'accréditation ici.

La confirmation suit d’un jour la déclaration de l'ambassadeur du Maroc à l'ONU, Omar Hilale, affirmant que Suelma Beirouk n'était pas accréditée.

Suelma Beirouk a été expulsée du Maroc le 7 novembre, à son arrivée pour assister à la COP22. Suelma Beirouk est originaire du Sahara Occidental, un pays sous occupation du Maroc. Suelma Beirouk est vice-présidente du Parlement panafricain et devait participer avec la délégation panafricaine en tant qu'observateur.

« Ils m'ont empêché d'entrer à la COP, ils ne me l'ont pas permis. J'ai été enregistrée et ils ne m'ont pas laissée entrer parce que je suis sahraouie », a-t-elle déclaré à Climate Change News.

La CCNUCC, le Département du climat de l'ONU, a déclaré hier avoir demandé des précisions de la part des autorités marocaines au sujet de l'expulsion de Suelma Beyrouk.

Dernièrement, des média indiquent que toute la délégation du Parlement panafricain s'est retirée de la COP22 pour protester. Cela n'a pas été confirmé par des sources officielles.

Pendant ce temps, le Maroc utilise la Cop22 pour présenter ses projets d'énergies renouvelables au Sahara Occidental occupé, le territoire que Suelma Beyrouk a dû quitter du fait de l'invasion violente par le Maroc. Le Maroc cherche à ancrer son occupation au Sahara Occidental en faisant dépendre son approvisionnement énergétique du territoire. Lire la suite dans le rapport de WSRW publié le 2 novembre, détaillant comment les projets marocains d'énergie verte alimentent son pillage du territoire.

 

Actualités

Énergie verte mais sale sur terres occupées

Comment peut-il être mauvais de développer les énergies renouvelables, dans un monde qui a désespérément besoin d'une transition verte ? Au Sahara Occidental, les problèmes sont nombreux.

21 juillet 2020

La CCNUCC questionne le Maroc sur l'expulsion d’une parlementaire

Un porte-parole de la CCNUCC a déclaré aux médias qu'il avait demandé aux organisateurs de la Cop22 de donner les raisons pour lesquelles ils ont expulsé la vice-présidente du Parlement panafricain.

09 novembre 2016

COP22 : Ban Ki-Moon aborde la propagande marocaine avec la CCNUCC

Le porte-parole du secrétaire général de l'ONU a déclaré le 7 novembre que les cartes erronées représentant le Sahara Occidental comme une partie du Maroc sur le site web de la COP22.ma avaient été abordées avec l'organisation climatique de l'ONU, la CCNUCC. Pendant ce temps, les organisateurs de la COP22 continuent à propager l'occupation marocaine.
09 novembre 2016

Le ministre marocain des Affaires étrangères et l’invasion à la COP22

Le ministre marocain des Affaires étrangères - comme prévu - s'est, le 7 novembre, répandu sur l'occupation du Sahara Occidental par son pays lors de la déclaration d'ouverture de la COP22.
09 novembre 2016