Première saison en Suisse sans tomates de l’occupation ?
conflict_tomato_610.jpg

A partir de cet hiver, les supermarchés suisses vont probablement, pour la première fois, ne plus vendre des tomates du Sahara Occidental occupé.
Mis à jour le: 18.11 - 2016 16:11Imprimez cette page    
Chaque hiver, la Suisse importe des tomates de pays plus au sud. Or, les importations en provenance du Sahara Occidental devraient avoir pris fin. Les actions menées avec succès par la société civile en Suisse entrainent qu'à partir de cet hiver, les tomates du Sahara Occidental ne devraient plus se trouver dans les supermarchés suisses.

La grande partie du territoire du Sahara Occidental qui est actuellement sous occupation marocaine n'est pas incluse dans l'accord de libre-échange entre la Suisse et le Maroc. Cela a été confirmé à plusieurs reprises par des déclarations du Conseil fédéral suisse. Les autorités suisses sont également d'accord sur les implications de ces règlements pour les questions de déclaration.

La clarté suisse (et des autres États membres de l'Association européenne de libre-échange (AELE)) a été mentionnée dans la déclaration du 13 septembre 2016 de l'Avocat général de l'UE sur l'affaire UE-Maroc devant la Cour de justice de l’Union européenne. Aucun État au monde, dont les États membres de l'UE, ne reconnaît les revendications marocaines sur l'ancienne colonie espagnole.

Cependant, des importations avaient effectivement lieu, et l'ONG suisse Terre des Hommes schweiz a, au cours de l'année écoulée, intensifié avec succès la campagne pour arrêter les ventes de tomates du conflit. Voir le site Web de leur campagne.

Il existe deux grands détaillants en Suisse : Coop et Migros.

Comme l'a déjà mentionné WSRW plus tôt cette année, Coop a déclaré dans une lettre qu'il se retirerait de la vente de tomates du Sahara Occidental pour des raisons écologiques en raison de l'utilisation non durable de l'eau fossile utilisée pour l'irrigation. Coop ne voulait pas faire une grosse affaire de la décision et n'a pas déclaré ce changement de politique publiquement. La décision a été rapportée par les médias suisses (par exemple Neue Zürcher Zeitung, Schweizer Bauer, Luzerner Zeitung).

Avant d'arriver à cette décision, Coop avait changé sa pratique une première fois. En 2013, Coop avait insisté pour garder l'importation, mais avait promis d'étiqueter les produits controversés « Sahara Occidental ». Néanmoins, en 2016, les supermarchés Coop vendaient des tomates du Sahara Occidental venant de « Dakhla, Maroc ». C'était jusqu'à ce que Swiss TV les contacte, les incitant à finalement décider d'arrêter l’approvisionnement. Coop Suisse est ainsi en accord avec les Coop au Royaume-Uni, en Norvège, en Suède et au Danemark.

Migros, le concurrent de Coop Suisse, maintient à Terre des Hommes schweiz qu'il ne vend pas de tomates du territoire. Cependant, il vend des melons qui sont tout aussi controversés. Migros a argumenté qu’en déclarant correctement les melons comme venant du Sahara Occidental, ce serait aux clients de décider. Mais qui informe les clients de la sale provenance de ces produits ?

L'ONG suisse a ensuite demandé aux clients de contacter les détaillants pour leur demander d'arrêter d'importer des produits du Sahara Occidental. Une courte vidéo d'animation «The conflict tomato» (à droite) explique la situation dans le territoire occupé et comment participer à la campagne.

Devant le siège de Migros, Terre des Hommes schweiz a informé les passants du conflit et des « melons amers » du rayon fruits. Lorsqu'on leur a demandé s’ils achèteraient des melons du Sahara Occidental maintenant qu'ils étaient informés sur le territoire occupé et la violation du droit international, leurs réponses étaient claires. Voir la vidéo à droite.

En février 2016, l'important programme suisse de télévision grand public Kassensturz a couvert la campagne contre les chaînes de supermarchés. C'est à ce moment que COOP a dû déclarer qu'il cesserait de vendre des tomates du Sahara Occidental à partir de 2017. Cette saison commence normalement à la fin d'octobre 2016. WSRW s'attend à ce que les importations soient arrêtées à ce jour.

melonenflyer_front_web_400.jpg

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi