Les barons de la tomate au Sahara Occidental occupé
Article image

Qui profite de l'agro-industrie en plein essor dans les territoires occupés du Sahara Occidental ? Sûrement pas les Sahraouis.

Publié 25 juin 2012

Le 22 septembre 2011, John Clarke, de la Commission européenne département de l'Agriculture, a déclaré lors d'une audience du Parlement Européen que, selon les autorités marocaines l'accord commercial à venir entre le Maroc et l'UE serait à l’avantage des petits exploitants agricoles marocains. Voir la vidéo ici. 

La Commission a également déclaré plus tard qu’il n'y avait pratiquement pas d'agriculture au Sahara Occidental. L'accord a été approuvé par le Parlement en février 2012.

Et pourtant, il y a de l'agriculture au Sahara Occidental partiellement occupé par le Maroc. Et elle n'est sûrement pas contrôlée à petite échelle par les Sahraouis. L'industrie en plein essor est détenue par d’importants intérêts marocains et français. Ce sont les suivants:

Les Domaines Agricoles
Les plantations détenues par le monarque marocain Mohammed VI dans le territoire occupé produit des tomates et des melons sous le label «Les Domaines». Les fermes sont la propriété de la société de production "Les Domaines Agricoles», né en 1960 sous le moins anonyme « Les Domaines Royaux » et l'un des nombreuses filiales du holding royal Siger.

Détenue par la famille royale marocaine, beaucoup d’informations sur la société sont classées «strictement confidentielles» et ne sont pas du domaine public, selon un livre récent. Ce qui est su, c'est que «Les Domaines Agricoles» possèdent des sites agricoles irrigués à travers le Maroc.

Et au-delà. En fait, en 1989, la société royale est pionnière dans la culture sous serre à Dakhla, au Sahara Occidental. La première ferme sur les terres occupées, Tiniguir, a été créée selon les instructions du Roi Hassan II vieillissant, pour tenter de briser la dépendance de la ville au secteur de la pêche. Aujourd'hui, la propriété du roi à Dakhla produit principalement des tomates et des melons.

Les Domaines a mis en place une unité distincte, le «Groupe d'Exportation des Domaines Agricoles» (GEDA), responsable de l'entreposage, du conditionnement et de l'expédition de la production royale dans le monde entier. La société française Frulexxo, basée à Perpignan est un partenaire principal de GEDA. Du 30 juin 2009 au 30 juin 2011, le chiffre de ventes de Frulexxo a augmenté d’un étonnant 62,4 pour cent, passant de 22,6 millions à 36,8 millions d'euros.
"Cela est dû au Partenariat signé avec GEDA (Domaines royaux au Maroc) pour l'importation de leur production", affirme le rapport financier de l'entreprise au 30 Juin 2011, daté du 12 octobre 2011. Leurs comptes montrent que la plupart de leurs ventes sont liées au contrat GEDA. Frulexxo possède une filiale appelée Eurextra qui commercialise les mêmes produits en Espagne. Frulexxo est contrôlé par les hommes d'affaires Marc Granado et Bernard Louchon, deux habitants de Perpignan.

Azura
La marque "Azura" est le fruit d'une coopération commerciale entre l'entrepreneur français Jean-Marie Le Gall du Groupe Soproma et un homme d'affaires marocain de Casablanca, Mohamed Tazi du Groupe Tazi (photo de droite). Les deux se sont rencontrés à Agadir dans les années quatre-vingt. Le Gall, dont le groupe français Soproma ne pouvait fournir le marché en tomates que de janvier à août, recherchait le moyen de couvrir la saison d'hiver. Mohamed Tazi et son associé d'origine algérienne Pierrick Puech, cherchaient de meilleurs moyens d'exploiter leur activité agricole, principalement axé sur les roses et les bananes, basée dans la région de Souss Massa.

En mai 1988, Tazi et Puech a décidé de faire équipe avec Le Gall : ils ont créé Maraissa une compagnie mettant l'accent sur la production de tomate à Agadir. Dès le début, l'entreprise a été axée sur l'exportation : tout d'abord sur le marché français, et dans une deuxième phase sur le marché européen. En 1990, Tazi et Le Gall créent une compagnie commerciale en droit français appelée DISMA internationale , afin de mieux commercialiser leurs produits. Tout comme Frulexxo, la société basée à Perpignan, à Saint-Charles International, est considérée comme la porte d'entrée vers le reste de l'Europe pour les fruits et légumes. La marque «Azura» a été conçue pour donner une image, une identité aux tomates Maraissa.

La production d'Azura à Dakhla a commencé en 2006. Les tomates sont le fleuron de la production locale d'Azura. La productiton de Dakhla est transporté à l'une des quatre stations de conditionnement Azura à Agadir, à 1.200 km vers le nord, avant d'être exporté.

Idyl
Le partenariat Tazi-Puech est également à l'origine de Idyl. La compagnie Idyl été créé en 1996, sur la base des années d'expérience dans la culture des fruits et légumes de Pierrick Puech. Comme Maraissa, Idyl a d’abord été établie dans la région de Souss Massa, où il possède aujourd'hui des dizaines de plantations.

Les deux usines Idyl à Dakhla ont été implantées autour de 2006, avec l'aide de l'homme d'affaires local Hassan Derhem. Les sites se concentrent sur la culture des tomates en grappe, des tomates cerise, tomates cerise allongées et les melons. Ces fruits sont principalement commercialisés sous la marque «Etoile du Sud ».

Les produits de Dakhla sont transportés à Souss dans des camions réfrigérés, à 20 heures de route de Dakhla. Là, Idyl est propriétaire de deux usines de conditionnement; Soprofel à Biougra et Rosaflor à Khmis Ait Amira. Les exportations d’Idyl vers l'Europe sont coordonnées par la plate-forme de distribution situé à Châteaurenard, France. Le directeur est Philippe Puech.

Pour attirer du personnel en provenance du Maroc proprement dit, Idyl a construit tout un village à partir de zéro à Dakhla, avec une mosquée, des boutiques et des lieux de loisirs.


Domaines Abbes Kabbage
Les Domaines Abbès Kabbage (DAK) est l'une des filiales de Groupe Kabbage - un authentique conglomérat. La plantation DAK à Dakhla est actuellement estimée à 30 hectares.

Le Groupe Kabbage est présidé par le maire d'Agadir, Tariq Kabbage. Avec son frère Chems, Tariq Kabbage dirige un conglomérat actif dans l'immobilier, dans la pêche et les projets agricoles dans le pays et à l'étranger : il a investi dans des projets agricoles au Brésil, en collaboration avec son associé Akhannouch Aziz, actuel ministre marocain pour la Pêche et l'Agriculture.

Le Groupe Kabbage possède deux usines d'emballage au Maroc proprement dit, la Société Kabbage Massa et la Société Kabbage Souss, pour conditionner les fruits et légumes de DAK, avant qu'ils ne soient transportés à l'étranger. La société qui gère les exportations et la commercialisation des produits du Groupe Kabbage est GPA, dont le PDG est Tariq Kabbage.

 

 

mohamed_tazi.jpg

Mohamed Tazi, un homme d’affaire marocain important cultive des produits agricoles pour le marché européen.

 

54cfpierrick_puech_200.jpg

L'expérience de Pierrick Puech, qui était derrière Azura, est également essentielle pour la start-up Idyl.

 

tariq_kabbage_200.jpg

Le maire d'Agadir, au Maroc, profite de l'agriculture dans les territoires occupés du Sahara Occidental.


 

Actualités

Vos commerçants vendent-ils les tomates « volées » ?

La saison d'exportation de tomates du Maroc commence aujourd'hui. Mais certaines des tomates « marocaines » que vous trouverez bientôt sur les étals ont été cultivées illégalement dans un territoire sous occupation militaire. Vous avez repéré des tomates suspectes ? Aidez-nous à les identifier dans votre magasin !

27 septembre 2013

Les consommateurs de l'UE complices de l’occupation sans le savoir

Le rapport de Western Sahara Resource Watch renseigne sur la façon dont des produits de l'agro-industrie controversée dans le territoire occupé, se retrouvent dans les paniers de clients européens non avertis.

18 juin 2012

Révélation WSRW : agro-industrie massive au Sahara Occidental occupé

Le nouveau rapport WSRW "Les tomates du conflit" publié aujourd’hui révèle une augmentation massive de l’industrie agricole marocaine au Sahara Occidental occupé et son commerce vers l'UE.

14 février 2012

Voyez comme les plantations controversées ont explosé dans le désert

Sur la base d évaluations d’images satellites, WSRW a calculé le développement des plantations au Sahara Occidental occupé de 2003 jusqu'à aujourd'hui.
19 juillet 2016