Les photos chocs d’une compagnie certifiée écologique
Article image
La compagnie auteure des rejets massifs de sardines au Sahara Occidental est certifiée par Friend of the Sea pour la pêche durable de la sardine. MISE À JOUR : Friend of the Sea a déclaré que la compagnie n’est plus certifiée.
Publié 21 novembre 2013


MISE À JOUR: l’article ci-dessous a été publié à 12:12, le 19 novembre. Friend of the sea a plus tard le jour même déclaré à Western Sahara Resource Watch que la compagnie n'est plus certifié par Friend of the Sea . "S'il vous plaît soyez informés que le certificat de LGMC a de toute façon expiré et nous n'avons pas reçu la demande de renouvellement jusqu'à présent ", a écrit Friend of the Sea à WSRW

" LGMC a un très faible taux de rejet car les sardines et les maquereaux sont des bancs de poissons qui ont tendance à être monospécifiques et d'une taille similaire ", déclarait Friend of the Sea sur son site Internet, lors de l’annonce de la certification de LGMC sardines et maquereaux en 2010.

Voir ici les images choquantes des rejets massifs de poissons sur WSRW.org.

Selon Friend of the Sea à l'époque, « les stocks sont étroitement surveillés par les agents marocains de INRH (Institut National de Recherche Halieutique) et l'ONP (Office National de Pêche) ».

M. Omar Bennani, le responsable développement et stratégie de la LGMC a fièrement déclaré lors de l'annonce, « Je suis heureux d'avoir reçu la certification de Friend of the Sea car cela prouve à nos clients que nous nous soucions de la conservation marine et notre sélectivité signifie que nous attrapons seulement les produits de meilleure qualité ».

Western Sahara Resource Watch demande à Friend of the Sea de retirer immédiatement la certification à LGMC après les images des 60 tonnes de rejet posté sur WSRW.org le 19 novembre 2013.

" Friend of the Sea doit annuler immédiat la Certification donnée à LGMC. Nous demandons également à Friend of the Sea de retirer toute autre Certification délivré aux entreprises opérant au Sahara Occidental. Les images montrent que la gestion marocaine des stocks de poissons dans les eaux qu'elle occupe est loin d'être suffisante pour légitimer les approbations environnementales sur ce territoire », a déclaré WSRW dans un e-mail à Friend of the Sea .

LGMC SA est une entreprise spécialisée dans la production de conserves de poisson et c’est un leader au Maroc. La compagnie possède plusieurs sites de production, dont trois à Safi et un autre à Agadir sur la côte atlantique marocaine. Tous les sites sont contrôlés et gérés par le siège social de LGMC basée à Casablanca. Les ventes de LGMC sont principalement orientées vers l'Europe (en particulier l'Allemagne, UK, France, Belgique, Autriche, Italie, Espagne, République tchèque ... ), en Afrique , au Moyen- Orient et en Amérique du Nord. Les produits de LGMC sont également vendus sous marques propres de LGMC ( les deux principaux étant ANNY et JOSIANE ) et sous marque blanche.

Actualités

Un chalutier impliqué dans de nouveaux rejets massifs au Sahara occupé

Encore une fois au Sahara Occidental occupé, un navire de pêche géré par un ex-général marocain rejette à la mer des tonnes de poisson. Une nouvelle vidéo révèle la mauvaise gestion de l'environnement.

07 mai 2016

Le Maroc continue à rejeter les prises accessoires au Sahara occupé

WSRW a reçu des images de poissons déversés dans le désert près de la ville de Dakhla pour cacher la surpêche. Les photos ont été prises il y a deux jours.
24 octobre 2015

Le Maroc aurait fraudé avec l’argent UE contre les filets dérivants

Le Maroc a reçu 4 millions d’€ de l'Union Européenne pour mettre un terme à l'usage nocif de filets dérivants. Les syndicats de pêcheurs traditionnels et côtiers du Maroc affirme que la totalité de la somme a été donnée à deux individus dépourvus d’un statut juridique leur permettant d’obtenir cet argent, et a mis l'affaire devant la justice.
01 juillet 2015

Les requins toujours menacés au Sahara Occidental occupé

Les photos prises au port de Boujdour au Sahara Occidental occupé, montrent que des espèces vulnérables de requins sont encore capturées par la flotte marocaine dans la zone - en dépit des lois et réglementations internationales appelant à leur protection.
07 mai 2014