Le P comme Politique marocaine en Afrique
Article image
Le Maroc a commencé à utiliser ses ressources en phosphate (P) pour étendre son influence sur le continent africain. La roche phosphatée pourrait avoir été centrale dans l'adhésion du pays à l'Union Africaine.
Publié 24 mars 2017


Cette semaine, le Conseil de paix et de sécurité de l'Union Africaine a exhorté le Maroc à ne pas conclure d’accords pour l'exploration et l'exploitation des ressources naturelles du Sahara occidental. Le Maroc, critiqué par le conseil pour son absence à la réunion sur le Sahara Occidental, est entrée dans l'Union Africaine en janvier 2017.

Mais comment le Maroc est-il devenu membre de l'Union Africaine, comme dernier pays d'Afrique ? Une partie de l'explication pourrait être dans la nouvelle diplomatie du phosphate.

Alors que le Maroc veut devenir le premier producteur mondial d'engrais à base de phosphate - pour atteindre une production de 12 millions de tonnes d'ici à 2017 - le pays a également voulu élargir son influence politique en Afrique, où de nombreux pays reconnaissent le Sahara Occidental comme une nation indépendante.

L'OCP Afrique a été créée en 2016 et a, selon des publications issues du Journal Officiel Marocain, créé presque du jour au lendemain des filiales dans 14 pays africains "à fort potentiel agricole". Certains de ces pays sont des partisans de l'autodétermination sahraouie. Tout en utilisant un discours basé sur le "développement de l'Afrique","nourrir la planète", l'OCP Afrique vise à multiplier par cinq les ventes en Afrique d'ici à 2025. L'OCP génère actuellement 12% de son chiffre d'affaires en Afrique, continent de vastes régions dans lesquelles les sols sont pauvres en Phosphore (p), élément vital.

En juillet 2016, lorsque son président, Akinwumi Adesina, était au Maroc, la Banque africaine de développement (BAD) s'est engagée à soutenir la stratégie de l'OCP au sud du Sahara. La BAD avait déjà prêté 250 millions de dollars à l'OCP en 2012 pour la construction du Centre africain des engrais - une usine pouvant accueillir un million de tonnes d'engrais. Le centre a été inauguré en 2016 à Jorf Lasfar, qui abrite la gigantesque plate-forme industrielle d'OCP près de Casablanca.

Parmi les projets les plus importants de l'OCP, il y a la construction d'une usine géante d'engrais en Éthiopie - un investissement de 2,4 milliards de dollars sur cinq ans, ce qui en fait le plus gros investissement de l'OCP à l'extérieur du Maroc. Le 2 décembre 2016, le groupe OCP a signé un accord avec le groupe Dangote - détenu et du nom de l'homme le plus riche au Nigeria et d'Afrique, Aliko Dangote - en présence du roi marocain Mohammed VI et du président nigérian Muhammadu Buhari. L'OCP et Dangote se sont engagés à investir 2,5 milliards de dollars pour produire des engrais dans une ville près de Lagos, au Nigeria.

Le Maroc a explicitement démontré qu'il souhaite échanger des phosphates contre la position des gouvernements étrangers sur le Sahara Occidental, comme on le voit dans le cas de la Russie. Jusqu'à présent, l'achat d'une bonne volonté politique avec des partenariats phosphate est surtout pertinent pour les phosphates du Maroc - et non pas pour le Sahara Occidental.

Les sites d'information nigérians et sahraouis ont publié que l'accord nigérian Dangote comprend l'utilisation de roches phosphatées du Sahara Occidental. Cependant, ceci n'est pas confirmé par WSRW, et pourrait être basé sur un malentendu. La plupart des produits de phosphate et d'engrais vendus au Maroc proviennent en effet de mines et d'usines situées au Maroc proprement dit.

Cela dit, impliquer de nouveaux pays dans le commerce des roches phosphatées du Maroc pourrait être une première étape dans la création de liens qui mèneront plus tard au pillage du minerai sahraoui.

L'Inde a gelé sa reconnaissance de la République du Sahara Occidental en l'an 2000 à une époque où le partenariat phosphate entre l'Inde et le Maroc s'est amélioré. Maintenant, le gouvernement indien est en partie propriétaire dans la joint-venture Paradeep Phosphates, avec OCP. En 2016, l'Inde est devenue le deuxième plus grand importateur de roches phosphatées du Sahara Occidental. Paradeep Phosphates a reçu un vraquier venu du territoire occupé le 19 mars 2017. Le navire, Spar Lyra, pavillon norvégien, détenu par la compagnie Spar Shipping, a quitté le port Paradip le 23 mars 2017.

Néanmoins, le phosphate ne conduit pas toujours à des changements diplomatiques. Par exemple, le gouvernement vénézuélien défend la question du Sahara Occidental au sein de l'ONU, tout en étant un important acheteur du minerai, tant au Venezuela qu'en Colombie. Jouant sur les deux tableaux, le gouvernement vénézuélien a financier l'occupation pendant plusieurs décennies. En 2016, les importations de roches en provenance du Sahara Occidental occupé était d'environ 14,5 millions de dollars, ce qui correspond à près de la moitié de l'aide humanitaire multilatérale accordée chaque année aux camps de réfugiés sahraouis. Le Venezuela a toujours été le seul gouvernement du monde à prendre part à ce commerce. Depuis l'année dernière, un nouveau gouvernement - celui de l'Inde - est entré dans le commerce.

Selon l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), 64% des terres disponibles pour l'agriculture sont en Afrique, où la population devrait doubler d'ici à 2050. Actuellement, les rendements agricoles du continent sont trop faibles. Mais les experts de la FAO soulignent que les engrais naturels à base de compost ou d'engrais organiques, combinés à l'agriculture de conservation, sont tout aussi efficaces pour augmenter le rendement des cultures en Afrique - sans les dangers potentiels des engrais chimiques.
Actualités

Le phosphate du conflit - quatre décennies de pillage

Depuis plus de 40 ans, une entreprise nationale marocaine exporte du minerai de phosphate du Sahara Occidental occupé.

06 avril 2022

Nouveau rapport : le Mexique 1er partenaire du pillage

Notre dernier rapport annuel sur le commerce du phosphate du Sahara Occidental occupé montre que le Mexique prendra bientôt le relais de l'Inde comme client le plus important du minerai de territoire en conflit.

06 avril 2022

L'Allemagne dément un crédit à l'OCP pour le Sahara Occidental

La banque publique allemande de développement ne financera pas de projets au Sahara Occidental.
14 mai 2020

Qu'est-ce que Continental négocie avec l'OCP ?

Alors que Continental renégocie son contrat avec la société nationale marocaine de phosphate, il n'est toujours pas clair si le groupe allemand a l'intention de limiter ses opérations au Maroc ou les étendre au Sahara Occidental occupé.
 

13 avril 2020