Siemens est inconstant dans son soutien aux occupations militaires
Article image
Alors que le mastodonte industriel allemand n'a pas eu d'état d'âme à livrer de turbines dans la région du Sahara Occidental qui est sous occupation marocaine, il prend ses distances sur des livraisons similaires à la Crimée.
Publié 14 juillet 2017


Siemens a publié le 10 juillet un communiqué de presse disant que la turbine à gaz livrée pour un chantier dans le sud de la Russie, avait été envoyé en Crimée : "contre notre volonté". "Cela constitue une violation flagrante des contrats de livraison de Siemens, qui interdit clairement à nos clients d'effectuer des livraisons en Crimée", indique le communiqué. "Au cours des derniers mois, notre client nous a confirmé à maintes reprises par écrit qu'il n'y aurait pas de livraison en Crimée. En conséquence, Siemens lancera des poursuites criminelles contre les personnes responsables". Le client dans cette affaire est la société nationale russe d'ingénierie Technopromexport.

Parallèlement, Siemens n'a aucune réserve pour fournir des éoliennes dans la partie du Sahara Occidental qui est sous contrôle militaire marocain depuis 1975, au mépris du droit international. Siemens a fourni 22 turbines pour le parc éolien de Foum el Oued, qui fournit 95% de l'énergie nécessaire au pillage très controversé des minéraux non renouvelables du Sahara occidental par le Maroc.

L'entreprise a également remporté un appel d'offres qui comprend la construction de deux parcs éoliens supplémentaires dans le territoire occupé, en coopération avec l'italien Enel Green Energy et Nareva, une société marocaine d'énergie éolienne qui appartient au palais. Ces usines auront une capacité combinée de 400 MW. Pour en savoir plus sur l'implication de Siemens dans les projets d'énergie éolienne marocaine au Sahara Occidental occupé voyez le rapport de WSRW "Électrifier le pillage", publié en novembre 2016.

"Indépendamment des conflits politiques, nous croyons qu'une infrastructure de travail aidera à améliorer les conditions économiques et, en conséquence, la situation du peuple du Sahara Occidental", a répondu Siemens en mai 2012 aux questions écrites de WSRW.

Après des années passées à essayer d'obtenir des réponses de Siemens sur les aspects juridiques et les principes des droits de l'homme pour son activité au Sahara Occidental, la compagnie a finalement écrit à WSRW en octobre 2016 : "Vos questions relatives au statut juridique et politique du Sahara Occidental traitent des questions de droit public international. Il est, par conséquent, du ressort du droit public international (comme les organes internationaux, les États et autres) de traiter ces questions. Les opinions des ONG ont aussi, bien sûr, une grande valeur. Des entreprises comme la nôtre, en revanche, s'abstiennent pour des raisons politiques, de prendre des positions ou de juger de telles questions".

"Les rares commentaires de Siemens sur son implication au Sahara Occidental suggèrent que la compagnie fait très peu cas du statut juridique du territoire dans lequel elle opère, ou des droits du peuple de ce territoire", a déclaré Erik Hagen de WSRW. "Il semble que l'entreprise veut simplement éviter d'être considérée comme violant les sanctions de l'UE en Crimée, et non qu'elle émet une position de principe fondée sur le droit international".

L'Union Européenne a imposé des sanctions, interdisant aux entreprises de l'UE de fournir à la Crimée des technologies énergétiques, après l'annexion par la Russie en 2014 de la péninsule d'Ukraine, un mouvement perçu par l'UE comme une violation du droit international.

En décembre 2016, la Cour suprême de l'UE a rendu un jugement stipulant que le Sahara Occidental est un territoire séparé et distinct du Maroc, et donc, qu'aucun accord de commerce ou d'association UE-Maroc ne peut être appliqué au Sahara Occidental sans le consentement explicite du peuple du territoire.

En février 2016, le Département politique du Parlement européen a publié un rapport sur la nécessité d'une politique cohérente de l'UE en ce qui concerne les trois occupations Sahara Occidental, Palestine et Crimée. Dans les trois cas, le pillage est illégal, selon le rapport.
Actualités

AG Siemens : toujours pas de réponses sur le Sahara Occidental

Pour la quatrième année consécutive, Siemens la compagnie d'ingénierie allemande ne répond pas lors de son assemblée générale annuelle de son obtention du consentement du peuple du Sahara Occidental pour opérer sur ses terres.

12 février 2020

Siemens en AG ne répond pas à la question du Sahara Occidental

Pourquoi n'avez-vous pas demandé la permission à mon peuple ? a demandé un réfugiée sahraouie lors de l'AG annuelle de Siemens. L'entreprise ne répond pas aux questions sur les terres occupés.
02 février 2018

Siemens : fournisseur des éoliennes du roi du Maroc au Sahara

WSRW a de nouveau demandé à Siemens de clarifier comment l'entreprise a obtenu l'autorisation du peuple du Sahara Occidental pour son implication dans presque tous les projets d'énergie éolienne du Maroc dans le territoire occupé.

16 décembre 2017

L'énergie éolienne marocaine au Sahara Occidental occupé passerait 40%

D'autres fermes éoliennes sont prévues au Sahara Occidental occupé, et toutes sont dans le portefeuille de la compagnie du monarque marocain NAREVA.
03 novembre 2017