Wolverine finalise l'acquisition d'une entreprise controversée
Article image

La société canadienne Wolverine a finalisé le mois dernier le rachat de Petromaroc, la petite société avec des intérêts dans le bloc Zag au Sahara Occidental occupé.

Publié 23 janvier 2019
map_oil_blocks_western_sahara_350.jpg
Le bloc de PetroMaroc à Zag est principalement situé dans le Sahara Occidental occupé, et en partie au Maroc. La plupart des licences de cette ancienne carte ont maintenant été abandonnées par les détenteurs de licence. Le permis de PetroMaroc est l'un des rares restants. PetroMaroc - et sa propriété de la licence controversée Zag - a été repris par une autre société canadienne.


"PetroMaroc Corporation (...) est heureuse d'annoncer qu'elle a finalisé l'arrangement précédemment annoncé", a annoncé la petite société pétrolière canadienne PetroMaroc dans un communiqué de presse du 21 décembre 2018.

Le terme "arrangement" mentionné signifie que la société Wolverine Energy and Infrastructure Inc., également du Canada, a acquis la totalité des actions ordinaires de PetroMaroc.

Western Sahara Resource Watch (WSRW) a contacté Wolverine le 9 décembre 2018 pour s'enquérir des projets de prise de contrôle. WSRW n'a pas reçu de réponse à ce courrier.

PetroMaroc détient une participation mineure dans le bloc pétrolier Zag, dans la partie nord du Sahara Occidental occupé. Wolverine, basé à Calgary, se présente comme une "société de géotechnique tout service" qui fournit "des services de consultation diversifiés en géologie et en ingénierie aux sociétés en amont et intermédiaires de l'industrie du pétrole et du gaz, de la pétrochimie et des mines". Aucune information n'est encore disponible concernant la prise de contrôle sur le site Web de Wolverine.

WSRW a publié sur cette acquisition le 30 novembre 2018.

PetroMaroc a systématiquement localisé la licence au "Maroc", ce qui est inexact. En 2011, PetroMaroc (ou «Longreach» comme il s'appelait à l'époque) et l'opérateur San Leon ont induit en erreur une société britannique de services sismiques, Spectrum, pour qu'elle entreprenne l'analyse des données du bloc.

"Nous ne voulons pas être impliqués au Sahara Occidental. Je n'ai aucune difficulté à dire, rétrospectivement, qu'il aurait été une mauvaise idée de prendre cette mission", a déclaré le PDG de la société, soulignant que ses collègues n'avaient pas su que l'accord portait sur des données provenant de territoires occupés. D'autres entreprises ont été leurrées par les fausses promesses de 'auters petits opérateur, pour des licences marocaines situées en dehors des frontières internationales du Maroc.

Une plainte contre l'opération de San Leon à Zag a été déposée en 2018 auprès du point de contact national de l'OCDE en Irlande pour violation des Principes directeurs de l'OCDE à l'intention des entreprises multinationales, l'entreprise n'ayant pas obtenu le consentement des Sahraouis.

San Leon et PetroMaroc se sont disputés au cours des dernières années avec le gouvernement marocain à propos du manque de progrès dans l'exploration de leur bloc.

Le secrétariat de l'ONU avait déjà indiqué en 2002 que la légalité de toute exploration pétrolière au Sahara Occidental était conditionnée au consentement préalable du peuple du territoire. Ni PetroMaroc ni l'opérateur San Leon n'ont fait de tels efforts.

Actualités

Un nouveau joueur en terrain miné au Sahara Occidental

Des changements pourraient bientôt se produire dans la propriété d'un bloc pétrolier controversé au Sahara Occidental occupé. Nouvel acteur la compagnie canadienne Wolverine Energy and Infrastructure.

04 décembre 2018

L’étude San Leon / PetroMaroc retardée et pénalisée

L'étude San Leon Energy / PetroMaroc sur le bloc Zag au Sahara Occidental occupé est retardée et ses partenaires sont pénalisés par les autorités marocaines. L'avenir de PetroMaroc est suspendu à un fil.
19 août 2016

Des Sahraouis en grève de la faim contre le pillage des ressources

Depuis 50 jours, six citoyens sahraouis habitant Guelmim sont en grève de la faim pour dénoncer l’exploitation illégale par le Maroc des ressources naturelles sahraouies. Leur état de santé est alarmant.

02 juin 2011

Un groupe irlandais lance une plainte auprès de l'OCDE contre San Leon

L'organisation irlandaise GLAN a déposé aujourd'hui une plainte contre le groupe pétrolier irlandais / britannique San Leon Energy pour violation des principes directeurs de l'OCDE pour les entreprises multinationales.
 

24 octobre 2018