GeoEx vend les données sismiques des terres occupées
Article image

La société britannique GeoEx tente maintenant de vendre les données sismiques recueillies sur le fond marin du Sahara Occidental occupé. WSRW conseille aux clients potentiels de rester à l'écart.

Publié 18 octobre 2019

En 2017, la société britannique GeoEx a mené une exploration sismique massive au large des côtes du Sahara Occidental occupé. L’étude a été l'objet l'année dernière d'une publication par Western Sahara Resource Watch.

Ces derniers mois, la société a intensifié ses initiatives pour vendre son jeu de données controversé.

L’étude comprend 14 986 kilomètres de données sismiques combinées réunies au large du Maroc et du Sahara Occidental, collectées au cours du second semestre 2017. Les cartes publiées sur le site Web de GeoEx [ou à télécharger] suggèrent qu’on estime qu'environ 40% de la totalité de l’étude, soit environ 5 800 kilomètres, a été réalisée au large du Sahara Occidental.

Toutefois, sur son site Web et dans son marketing externe, GeoEx indique systématiquement que les données ont été collectées au « Maroc ».

Aucun État au monde, ni l'ONU ni la Cour de justice de l'Union Européenne, ne reconnaît le Sahara Occidental comme une partie du territoire national du Maroc. Aucune mention sur le site Web de GeoEx n'indique qu’une grande partie des données « marocaines » a en fait été collectée non dans les eaux marocaines, mais en territoire occupé.

Le Sahara Occidental a été envahi illégalement et brutalement par le Maroc en 1975. Ces dernières années, le peuple du territoire a engagé des actions en justice pour défendre ses droits légitimes sur ses propres ressources.

Pour l’interprétation et la cartographie des données, GeoEx s’est associé à deux autres sociétés britanniques : Subsurface Resource Consulting (SRC) et Bridgeporth Limited. SRC explique sur son site Web qu'elle commercialise un « nouvel Atlas sismique au large du Maroc », qu'elle a préparé « pour le compte de GeoEx ». SRC est une « société de conseil spécialisée dans le secteur pétrolier et gazier » qui fournit « une large gamme de services de géoscience technique, d'ingénierie et de conseil ».

Dans un dépliant SRC créé en avril 2019 [ou à télécharger] du jeu de données, une grande partie de la figure 1 - la partie SSW de la figure, à gauche - est collectée au Sahara Occidental. Le dépliant a déclaré que « l'Atlas sismique devrait être achevé d'ici la fin juillet 2019 ». Le site Web de GeoEx indique qu’un « atlas de l’interprétation » sera disponible à partir du troisième trimestre de 2019.

Western Sahara Resource Watch condamne les entreprises impliquées dans la commercialisation d'opportunités pétrolières au Sahara Occidental alors que le territoire reste sous occupation marocaine.

« Ces sociétés n’ont jamais obtenu la permission du peuple du Sahara Occidental d’effectuer ou d’analyser la géologie de leur territoire. S'associer à la puissance occupante dans cette entreprise sabote les efforts de paix de l'ONU. Le Maroc n'a pas le droit de demander à GeoEx ni à aucune autre société de collecter des données ni de signer des licences pétrolières au large du Sahara Occidental », a déclaré Sylvia Valentin, présidente de Western Sahara Resource Watch.

« Les clients qui décident de s’engager dans l’exploration pétrolière dans le territoire occupé seront certainement confrontés aux protestations des propriétaires de ce fond marin, à savoir le peuple du Sahara Occidental. Nous appelons les entreprises concernées à respecter le droit international et à soutenir le processus de paix des Nations Unies en ne vendant pas de données sur le Sahara Occidental. Nous appelons également les clients potentiels à prendre connaissance des efforts de paix des Nations Unies sur le territoire, des violations des droits de l’homme commises par le Maroc sur le territoire et des règles relatives aux accords commerciaux internationaux couvrant le territoire », a déclaré Sylvia Valentin.

Les ventes controversées sont commercialisées dans un magazine [ou à télécharger] en juin 2019, dans un article écrit par un Steve Lawrence. De nombreuses références sont faites au puits BC-1 de Kosmos Energy à partir de 2015. L’opération de forage a provoqué une condamnation généralisée de la part des Sahraouis.

L’ONHYM a déclaré qu’il avait « organisé en collaboration avec Geoex une campagne porte-à-porte promotionnelle de la sismique Multiclient réalisée dans l’offshore atlantique, à Londres et à Houston. » [ou à télécharger].

GeoEx avait confié à la société BGP la réalisation des études sismiques, réalisées en violation du droit international. L’Organisation des Nations Unies a déclaré en 2002 que toute exploration pétrolière au Sahara Occidental est illégale sans l’accord du peuple du territoire. Le même principe était l'élément fondamental des trois décisions rendues par la Cour de justice de l'Union Européenne en 2016 et 2018 concernant les accords bilatéraux conclus par l'UE avec le Maroc et couvrant le territoire non autonome.

Actualités

Vaste étude pétrolière russo-sino-britannique au Sahara Occidental

Toutes les sociétés pétrolières multinationales du Sahara Occidental occupé ayant abandonné leurs activités. Le gouvernement marocain tente d’attirer l’attention de nouveaux investisseurs sur la poursuite de l’exploration pétrolière illégale. Des compagnies nationales russes et chinoises, commandées par une entreprise britannique, sont à l'origine d'un vaste programme d'exploration.

26 juillet 2018

Nouveau rapport : division par deux du commerce du phosphate du Sahara

Les exportations de minerais de phosphate du Sahara Occidental occupé n'ont jamais été aussi faibles qu'en 2019. Cela est révélé dans le nouveau rapport WSRW P pour Pillage, publié aujourd'hui, 24 février 2020.

24 février 2020

Nouveau rapport sur l'industrie du phosphate du Sahara Occidental

En 2018, le Maroc a expédié 1,93 million de tonnes de phosphate du Sahara Occidental occupé, d'une valeur estimée à 164 millions de dollars. Trouvez dans le rapport tout ce que vous devez savoir sur les volumes, les valeurs, les navires et les clients.

08 avril 2019

Nouveau rapport : le contentieux du phosphate au Sahara Occidental

Le Maroc a expédié plus de 1,5 million de tonnes de phosphate en provenance du Sahara Occidental occupé en 2017, pour un montant de plus de 142 millions de dollars. Mais le nombre d'importateurs internationaux du minerai litigieux diminue. Le rapport annuel de WSRW le montre.

24 avril 2018