Vaste étude pétrolière russo-sino-britannique au Sahara Occidental
Article image

Toutes les sociétés pétrolières multinationales du Sahara Occidental occupé ayant abandonné leurs activités. Le gouvernement marocain tente d’attirer l’attention de nouveaux investisseurs sur la poursuite de l’exploration pétrolière illégale. Des compagnies nationales russes et chinoises, commandées par une entreprise britannique, sont à l'origine d'un vaste programme d'exploration.

Publié 26 juillet 2018

Ces dernières années ont vu le départ de toutes les multinationales de l'exploration pétrolière et gazière au Sahara Occidental occupé, notamment Glencore, Kosmos Energy, Cairn Energy et Total. En 2002, le Conseiller juridique des Nations Unies a estimé que cette exploration était illégale, à moins que le peuple du Sahara Occidental n'y consente. Il ne le fait pas. Et depuis 2016, le risque juridique d'opérer sur le territoire s'est accru à la suite d'arrêts marquants de la Cour de justice de l'UE. La plus grande entreprise actuellement impliquée dans le potentiel pétrolier du Sahara Occidental est la société britanno-irlandaise San Leon Energy, qui a stoppé ses opérations pour des raisons de "sécurité", finissant par être pénalisée par le gouvernement marocain.

Désormais, la compagnie pétrolière nationale marocaine ONHYM tente d'attirer de nouveaux partenaires internationaux pour ses projets controversés, à travers l'acquisition et la vente de nouvelles données d'exploration.

En 2016, l'ONHYM a confié à une filiale du groupe pétrolier polonais PGNiG Group la tâche de procéder à des explorations à terre, ce qui s'est déroulé comme prévu jusqu'à ce que les médias en Pologne couvrent largement l'opération. La compagnie a soudainement abandonné opérations et équipement pour des "raisons politiques". On ne sait pas si cette vaste étude sismique à terre a été terminée.

À partir de 2017 - et c'est ce que Western Sahara Resource Watch peut rapporter - l'ONHYM s'est engagé dans un vaste programme offshore. En 2017, l'ONHYM a réalisé une étude sismique 2D de 14 986 km dans les eaux du Maroc et du Sahara Occidental. Ces informations apparaissent sur le site Web de la société de services géophysiques et géologiques du Royaume-Uni, Geoex Ltd [ou téléchargez], une société "axée sur le soutien aux sociétés pétrolières et gazières et aux gouvernements pour développer une stratégie d’exploration efficace". Geoex a commencé à afficher dans des revues spécialisées (voir ici page 47 et ici, page 7) que les données seront disponibles pour l’industrie pour Q32018. Selon Geoex, l’étude offshore a été réalisée "en partenariat avec BGP", filiale de la compagnie pétrolière nationale chinoise CNPC. Le partenariat de Geoex avec BGP Marine est développé sur le site de Geoex. "Cette étude sismique sera l’épine dorsale géologique de votre analyse et de votre sélection de zones très prometteuses et des futures applications de licences", explique Geoex à ses lecteurs des compagnies pétrolières internationales.

dongfang_kantan_no._1_25.10.2017_300.jpg
Le Dongfang Kantan n°1, au large des côtes du Sahara Occidental, le 25 octobre 2017. Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

La carte publiée sur le site de Geoex (en haut) indique que les relevés 2D réalisés par BGP ont été réalisés en 2017 sur toute la côte du Sahara Occidental.

Les informations sur les travaux d'exploration de Geoex correspondent aux mouvements d'une flottille de navires que WSRW a observés dans les eaux au large du Sahara Occidental l'année dernière, mais dont nous n'avons pas encore rendu compte. Entre août 2017 et le 11 décembre 2017, WSRW a observé le navire chinois Dongfang Kantan n°1 avec le navire de ravitaillement m.v. BGP Supply II et le navire de soutien Jan Van Gent, du sud de la baie de Cintra après Dakhla, au nord d'El Aaiun. Le Dongfang Kantan n°1 est un navire exploité par BGP Inc, voir le site Web BGP. La photo de Dongfang Kantan n°1 se trouve sur le site de Geoex.

akademik_primakov_300.jpg
L'Akademik Primakov, au large du Sahara Occidental, le 15 février 2018. Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

Geoex Ltd a non seulement coopéré avec BGP, société nationale chinoise, mais également avec une société russe similaire : Rosgeo, une entreprise publique entièrement russe. Rosgeo a annoncé dans un communiqué du 26 mars 2018 que l'un de ses navires avait entrepris "des opérations sismiques 3D au large du Maroc, d'une superficie de 1000 km2 pour Geoex Ltd" (ou téléchargez). Le 7 juillet 2018, WSRW a publié que la compagnie pétrolière nationale marocaine l'ONHYM avait mené une étude 3D sur la zone "Boujdour Shallow Offshore", réalisée par le navire de recherche russe Akademik Primakov, dans la flotte de Rosgeo. La photo à droite montre les traces de l'Akademik Primakov au large de Dakhla.

Le 19 octobre 2017, lors d'une visite du Premier ministre russe Dmitri Medvedev au Maroc, Rosgeo a signé un accord de coopération avec l'ONHYM concernant "l'établissement d'une coopération mutuellement bénéfique à long terme entre les parties dans le domaine des travaux de prospection géologique".

Le 20 juillet 2018, Western Sahara Resource Watch a envoyé un courrier à Geoex pour demander l'arrêt immédiat des projets de vente de données géologiques appartenant au peuple du Sahara Occidental, collectées en partenariat avec les entreprises publiques russes et chinoises.

"Geoex n'a pas le droit d'acquérir ou de vendre des données sur les fonds marins du Sahara Occidental en partenariat avec le gouvernement marocain. Contribuer à l'exploration pétrolière du Maroc au Sahara Occidental va directement à l'encontre des droits des Sahraouis et du processus de paix de l'ONU. Nous vous prions de suivre l'exemple de TGS-Nopec et des autres sociétés d'études sismiques qui ont regretté leur implication dans de telles opérations. En tant qu'ancien dirigeant de TGS-Nopec, M. Benichou, vous devriez savoir comment cela est considéré comme une violation de la responsabilité d'entreprise fondamentale standards", a écrit WSRW à la société.

Les deux programmes Geoex en 2017 et 2018 soulèvent la question de savoir quelles autres activités d'exploration offshore observées en 2017 et 2018 pourraient en fait être des travaux ONHYM, et non réalisées par les exploitants de différentes licences sur lesquelles les travaux d'exploration ont eu lieu. Lorsque WSRW a observé dans le passé le mouvement de flottes d’études sismiques sur une zone couverte par une licence exploitée par une société étrangère, WSRW a pris pour acquis que c’était l’opérateur de la licence qui était responsable des activités. Cependant, cela peut ne pas être le cas. Cela pourrait également être directement ONHYM.

Il y a en particulier quatre opérations BGP - précédentes et actuelles - qui auraient pu être réalisées par ONHYM / Geoex :

1) Une étude réalisée en février 2017 à Foum Ognit, par le navire BGP Prospector, une licence exploitée par New Age. WSRW rapportait à l'époque que l'étude était faite par New Age / Glencore, mais en théorie, cela aurait pu être directement par l'ONHYM.
2) En mars 2017, le BGP Prospector a réalisé une étude sur ce qui correspond à la licence maritime de Boujdour. WSRW a rapporté à l’époque qu’elle devait être réalisée par l’opérateur sur le bloc pétrolier, Kosmos Energy, mais en théorie, cela aurait pu être par ONHYM lui-même. Lorsque le mouvement de libération du Sahara Occidental, le Polisario, a envoyé une lettre de protestation à Kosmos, la société a répondu dans un courrier du 15 février 2017 que "Kosmos Energy ne mène actuellement aucune étude sismique au large du Sahara Occidental".
3) Une surprenante étude réalisée en février 2018 par BGP Prospector sur la même licence de Boujdour Maritime, peu après l'annonce par l'opérateur Kosmos de son départ du bloc. "Kosmos Energy effectue-t-elle une dernière enquête sur le permis maritime de Boujdour avant de faire ses adieux au Sahara Occidental occupé ? Ou une entreprise inconnue a-t-elle repris la licence ?" publiait WSRW. Avec le recul, cela pourrait bien avoir aussi été par l'ONHYM. Pourtant, le rapport annuel de Cairn Energy pour 2017, présenté lors de l'assemblée générale de 2018, indiquait que la co-entreprise Kosmos / Cairn sur Boujdour devait "remplir ses obligations contractuelles et acquérir la sismique 3D en cours".
4) BGP Prospector a finalement opéré au cours des dernières semaines au large de Dakhla, dans une zone auparavant détenue par Total. WSRW n'a jusqu'à présent rien publié sur ce programme. Aucune société pétrolière multinationale n'est connue pour être exploitante de bloc dans ces eaux. BGP Prospector a envoyé un avertissement de sécurité (ici et ici), daté du 19 juin 2018, avertissant que cette dernière étude devait se terminer le 18 juillet 2018. Le 7 juillet 2018 déjà, le navire quittait les eaux sahraouies pour entrer dans le port de Las Palmas, en ayant probablement terminé le travail. Cette étude est très probablement une opération ONHYM.

Le fait que les opérations ci-dessus aient probablement été effectuées par l'ONHYM et apparemment pas par l'opérateur de chaque licence ne remet pas en cause le rôle des sociétés d'exploitation dans la réalisation des autres études sismiques mentionnées par WSRW au fil des ans.

Geoex Ltd est fondé et présidé par le français Pierre Benichou, un nom familier dans le domaine controversé de l’exploration pétrolière au Sahara Occidental. Benichou a occupé un poste de direction au sein de la société de services sismiques norvégienne TGS-Nopec au moment où elle a entrepris la toute première étude sismique sous occupation marocaine à la mi-2002. Cela s'est produit seulement une demi-année après que la conclusion du conseiller juridique des Nations Unies qu'aucune exploration ne pouvait avoir lieu sans le consentement du peuple du territoire. Après avoir été critiqué par les investisseurs et le gouvernement norvégien, TGS-Nopec a mis fin à ses opérations, soulignant dans un communiqué de presse qu’elle "mesure la complexité des problèmes politiques dans la région et respecte les points de vue exprimés par les autorités norvégiennes. EN conséquence, la compagnie a décidé de ne pas entreprendre de nouveaux projets au Sahara Occidental tant qu'il n'y a pas de changements politiques et s’engage à améliorer ses procédures d’évaluation des risques liés à des projets potentiels dans des zones contestées du monde et demandera activement conseil aux autorités norvégiennes en cas de doute."

Au moment de cette déclaration de TGS-Nopec, le président actuel de Geoex, Pierre Benichou, était président de la division Afrique, Moyen-Orient et Extrême-Orient de TGS-Nopec. D'après ce que comprend Western Sahara Resource Watch, la personne directement responsable du lancement et de la gestion de l'implication de TGS-Nopec au Sahara Occidental / au Maroc était Benichou lui-même. Benichou serait né au Maroc, où il aurait fait ses études avec des personnes devenues des personnalités gouvernementales au Maroc. Le premier communiqué de presse de 2002 de TGS-Nopec, dans lequel il annonce ses opérations dans "le sud du Maroc", a été signé par Pierre Benichou (voir ci-dessous).

TGS-Nopec ayant quitté le territoire occupé en 2003, le Comité d’appui norvégien pour le Sahara Occidental a envoyé des lettres à toutes les sociétés de services sismiques du monde, leur demandant de ne pas procéder à des études dans les eaux occupées. L'une de ces sociétés, contactée le 27 mai 2003, était Sevmorneftegeofizika, une filiale de Rosgeo, propriétaire du navire Akademik Primakov susmentionné impliqué dans l'étude 3D de l'ONHYM au Sahara Occidental en 2018, 15 ans plus tard. Sevmorneftegeofizika n'a jamais répondu à la lettre. TGS-Nopec semble de plus s’être associé à Sevmorneftegeofizika - ou SMNG, en abrégé - lors de son étude de mai 2002-janvier 2003 au Sahara occidental. BGP était également l'une des sociétés avertie en 2003.

Les annonces marketing mentionnées par Geoex dans des revues internationales incluent les logos de deux sociétés liées : Geoex et sa filiale norvégienne Multiclient Geophysical, enregistrée en Norvège. Cette dernière a été radiée de la bourse d’Oslo en 2017 et acquise par Geoex. Pierre Benichou est président des deux sociétés. Geoex Ltd détient 98% de Multiclient Geophysical selon le registre des actionnaires norvégien. Le compte bancaire de Geoex Ltd dans la Lloyds Bank est libellé dans la devise "Norwegian Krone" (page 18 de ce document de 2017).
 

benichou_609.jpg


 

Actualités

GeoEx vend les données sismiques des terres occupées

La société britannique GeoEx tente maintenant de vendre les données sismiques recueillies sur le fond marin du Sahara Occidental occupé. WSRW conseille aux clients potentiels de rester à l'écart.

18 octobre 2019

L'approvisionnement de Kosmos Energy au Sahara Occidental occupé

Kosmos et Cairn Energy effectuent des explorations pétrolières au large du Sahara Occidental occupé par le Maroc. Cette photo prise le 27 mars montre un de leurs navires ravitailleurs.
29 mars 2017

Geo Service I repéré au Sahara Occidental occupé


Le navire de ravitaillement de Kosmos Energy Geo service 1 a été observé le 4 juillet au Sahara Occidental occupé.
10 juillet 2014

Les navires de ravitaillement Kosmos observés en territoires occupés


Deux des navires utilisés par Kosmos Energy pour son programme final d'exploration ont été observés fin juin à Dakhla, au Sahara Occidental occupé.
10 juillet 2014