Appel d'offres du Maroc pour du solaire en territoire occupé
Article image

Le Maroc a lancé un appel d'offres pour la construction de centrales solaires sur neuf sites différents, y compris au Sahara Occidental occupé.

Publié 12 février 2020
noor_pv_ii_sites_350.jpg

Un nouvel appel d'offres, lancé par le gouvernement marocain le 29 janvier 2020, prévoit le développement de neuf centrales solaires photovoltaïques d'une capacité combinée de 400 MW sous l'en-tête "NOOR PV II". La photo de droite (cliquez pour une version agrandie) montre les sites du projet inclus dans l'offre. Sept des sites sélectionnés sont effectivement situés au Maroc.

Mais deux sites ne le sont pas : ils sont situés au Sahara Occidental occupé, à El Aaiun (Laayoune) et Boujdour.

Le projet NOOR PV II peut être considéré comme une suite de NOOR PV I, qui consistait à développer une capacité d'énergie solaire de 170 MW sur trois sites différents : 70 MW à Ouerzazate (au Maroc) et 100 MW au Sahara Occidental occupé - 80 MW à El Aaiun et 20 MW à Boujdour. Ce projet a été réalisé par ACWA Power, en consortium composé de Shapoorji Pallonji, Sterling & Wilson et Astronergy.

Le Maroc a reçu des éloges internationaux pour son investissement dans les énergies renouvelables. Cependant, le tableau présente un côté très sombre, car une part importante du potentiel énergétique vert du Maroc se développe en réalité en dehors de ses frontières internationalement reconnues et à l'intérieur des parties du Sahara Occidental qu'il maintient sous contrôle militaire. Le développement est profondément inquiétant, car il rend le Maroc encore plus dépendant de sa présence intenable au Sahara Occidental pour assurer ses propres besoins énergétiques - l'énergie produite au Sahara Occidental occupé est connectée au réseau électrique national du Maroc.

De plus, les installations d'énergie renouvelable au Sahara Occidental contribuent à la prise des ressources naturelles du territoire par le Maroc. Le parc éolien de Foum El Oued, par exemple, fournit 95% de l'énergie nécessaire à l'exploitation des mines de phosphate de Bou Craa.

Actuellement, la capacité installée de production marocaine d'énergie d'origine solaire au Sahara Occidental est modeste, à environ 100 MW. Mais le plan est d'augmenter substantiellement la capacité, à un niveau où le Sahara Occidental fournirait 40% de la production totale d'énergie solaire du Maroc.

"Les entreprises qui postuleront pour cet appel d'offres doivent comprendre dans quoi elles s'impliquent réellement. Toute entreprise qui développerait la production marocaine d'énergie au Sahara Occidental contribue à alimenter l'occupation", a déclaré Sylvia Valentin, présidente de Western Sahara Resource Watch, .

Au fil des ans, des institutions financières internationales telles que KfW, la Banque européenne d'investissement et la Banque mondiale ont précisé qu'elles n'investiraient pas dans des projets d'énergie renouvelable au Sahara Occidental. En conséquence, le Maroc a dû chercher d'autres moyens de financer le programme NOOR PV I - par le biais d'obligations vertes.

L'appel d'offres sera clôturé le 28 février 2020. Le gagnant de l'appel d'offres sera annoncé au deuxième trimestre 2020. Le dossier d'appel d'offres peut être téléchargé ici.

Actualités

Rapport : le Maroc utilise l'énergie verte pour embellir son occupation

D'ici 2030, la moitié de l'énergie d'origine éolienne produite par le Maroc pourrait l'être illégalement au Sahara Occidental occupé. Pourtant, le Maroc se présente comme le meilleur de la classe sur la transition énergétique.

06 octobre 2021

Vigeo Eiris : deux ans sans répondre de son soutien à l'occupation

La société franco-britannique Vigeo Eiris a certifié et défendu un projet énergétique franco-marocain au Sahara Occidental occupé. WSRW demande au conseil d'administration de se saisir de cette affaire.

28 novembre 2018

Vigeo Eiris revient sur une fausse déclaration

L'entreprise qui a certifié un projet énergétique marocain au Sahara Occidental occupé a rectifié un rapport qu'elle avait soumis au Pacte Mondial des Nations Unies dans lequel elle affirmait à tort que l'organisme des Nations Unies avait approuvé son fonctionnement.
24 février 2018

Vigeo Eiris se trompe sur l'évaluation UN des droits de l'homme

L'entreprise qui a certifié l'infrastructure énergétique dans le Sahara Occidental occupé, affirme qu'un organisme des Nations Unies a conclu que l'entreprise ne violait pas les droits de l'homme.

01 février 2018