Bergens Tidende : Il y a de l'argent qui pue

Il est étonnant que Gearbulk, l'armateur dont les principaux propriétaires se trouvent à Bergen, navigue pour le Maroc, puissance d'occupation. Éditorial de Bergens Tidende le 29 juin 2008.

Publié 05 July 08

Éditorial 
Bergens Tidende, Norvège
29 juin 2008.
Voir l'original en norvégien ici (pdf).

Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc, contrairement aux résolutions de l'ONU. La région est riche en phosphate, dont le Maroc profite au détriment des Sahraouis . L'armateur Gearbulk fait un gain en transportant le phosphate vers le marché mondial. Gearbulk pense que c'est correct. Nous ne le pensons pas.

La cour internationale de la Haye a rejeté les prétentions du Maroc sur le Sahara Occidental. L'ONU maintient que les Sahraouis eux-mêmes doivent avoir le droit de décider de leur avenir, et qu'ils ont le droit de disposer de leurs ressources naturelles. En lieu et place on leur refuse la liberté et les prive de leurs revenus.

Il y a deux semaines, des Sahraouis ont manifesté à Bergen. Kristian Jebsen, le chef du conseil d'administration de Gearbulk, leur a répondu brièvement par courriel. Les questions posées par le journal ont été rejetées parce qu'elles touchaient les affaires et, en partie, des aspects politiques, auxquels on ne répond pas par principe. Ainsi une compagnie s'est soutirée à la critique et à la responsabilité sociale.

Jebsen a encore accentué son immunité en disant que la compagnie est enregistrée aux îles Bermudes et est dirigée depuis Londres. Mais les Bermudes ne possèdent pas Gearbulk. Et même si elle était dirigée de Mars, cela n'aurait pas exempté ses propriétaires de leur responsabilité. 

L'armateur s'en tient aux lois et règles, souligne Jebsen. Il ne mentionne pas de principes éthiques, c'est-à-dire que sachant ce qui se passe au Sahara Occidental , on ne cherche pas à gagner de l'argent dans ces circonstances. 

Une chronique de BT aujourd'hui rappelle que le conseil d'éthique du Fonds de pension du pétrole a qualifié la participation à la prospection pétrolière de violation éthique grave qui contribue à légitimer l'occupation marocaine. Cet avertissement concerne évidemment aussi la participation au commerce de phosphates.

Le Ministère des Affaires Étrangères norvégien déconseille de telles activités et dit qu'elles pourraient être contraires au droit international. Le directeur de NUPI, Jan Egeland, déclare à BT qu'on peut discuter s'ils violent le droit international. Mais l'activité est immorale, pense-t-il. Rien de plus ? Pour Gearbulk ce n'est pas une interdiction assez claire, et par conséquent c'est ok. C'est ce qu'affirme le chef du conseil quand il répond à Norwatch.no que le Ministère des Affaires Étrangères britannique a déclaré que faire des affaires avec l'occupant du Sahara Occidental n'est pas recommandé, mais pas interdit non plus.

Tandis que d'autres armateurs se tiennent à l'écart, Gearbulk continue son activité.Aprtès tout il ne fait pas des affaires avec la propriété des Sahraouis. Il ne fait que la transporter. Gearbulk montre sa volonté au gain mais pas de connaître ce à quoi il participe. Il est cependant toujours permis de changer d'avis.

Traduit de norvégien par Western Sahara Resource Watch.
 

Actualités

Aperçu de la position d'ENGIE

Pendant un court moment, ENGIE a publié sur son site Web des indices sur les personnes qu'elle avait effectivement « consultées » dans le cadre de ses activités commerciales au Sahara Occidental occupé.

05 July 08

Des câbles télécoms dans les eaux occupées

La société française Alcatel Submarine Networks SpA, détenue en partie par Nokia, a posé des câbles télécoms au Sahara Occidental occupé.

05 July 08

Rapport annuel : les clients du minerai du conflit du Sahara Occidental

L’Inde et la Nouvelle-Zélande se distinguent comme les principaux importateurs de minerai de phosphate du Sahara Occidental occupé, détaillé dans le dernier rapport annuel de WSRW sur le commerce controversé.

05 July 08

Voilà les questions auxquelles Siemens ne répondra pas

Lors de son assemblée générale annuelle, Siemens Gamesa s'est montré plus évasif que jamais en ce qui concerne les questions fondamentales sur l'implication de l'entreprise dans le Sahara Occidental occupé.

05 July 08