Journal marrocain critique la position danoise
Article image

L’hebdomadaire marocain Aujourd'hui le Maroc considère que la clarification de la part du Danemark de sa politique envers le Sahara Occidental est due à la coopération énergétique avec l'Algérie. Une institution officielle du gouvernement marocain demande le boycott des entreprises danoises dans tout le Maroc.

Publié 10 August 08

Le 17 juillet, l’agence de presse danoise Danwatch a rapporté que le Danemark suit un nombre croissant de pays qui demandent à leurs compagnies de s'abstenir d'investir au Sahara Occidental. 

"Prenant comme point de référence les principes du droit international concernant les ressources non renouvelables des territoires non autonomes , l'opinion du ministère danois des affaires étrangères est qu'une telle exploitation ne devrait pas avoir lieu, "affirme le communiqué du ministère des Affaires Etrangères. 

La position suit de ce fait également l’affirmation légale exprimée par le secrétariat de l'ONU en 2002.

Mais les médias marocains interprètent la clarification différemment, naturellement. L’hebdomadaire Aujourd'hui le Maroc du 23 juillet 2008 a cité plusieurs "ONG" locales qui dénoncent la position danoise (voir la pleine version de l'article ci-dessous).

L'Association Sahara Marocain soutenue par le gouvernement marocain,- qui milite pour l’intégration du Sahara Occidental à la puissance occupante- indique que la position danoise est un résultat du lobbying algérien.

"Le Danemark a des contacts avec la compagnie pétroliére algérienne Sonatrach", a dit le vice-président Mohamed Ahmed Bahi au journal marocain.

Il a même dénoncé le fait que l'Australie est entrée dans des tractations commerciales avec la république sahraouie (qui est incorrecte). L'Australie a cependant invité ses compagnies à considérer les aspects juridiques avant de s’engager dans des relations d’affaires avec Sahara Occidental.

L’organisme Corcas, nommé par le gouvernement marocain, s’est déclaré en accord avec l'ASM, et a exigé une réaction forte.

"Le Maroc, pour sa part, devrait arrêter de traiter avec le Danemark, non seulement dans ses provinces sahariennes, mais à travers tout le royaume", a indiqué Mbarek Talib, membre du Corcas.

Talib a également déclaré que c'étaient les autorités algériennes qui ont essayé de faire échouer l'accord d'association de pêche entre la Communauté européenne et le Maroc en 2006 - une campagne qui était en fait orchestrée par des organismes de solidarité pro-Sahraouis dans 21 pays d'EU.

L'affaire de la politique danoise au Sahara Occidental a été également mentionnée dans une nouvelle brève de l’agence algérienne Algérie-dz le 24ème juillet 2008 ainsi que par l’AFP.


Aujourd'hui le Maroc
23 July 2008
By M’Hamed Hamrouch 
http://www.aujourdhui.ma/couverture-details63008.html

Des ONG dénoncent l’appel danois au boycott économique des provinces du Sud

Copenhague a appelé, lundi, les sociétés danoises à ne pas s’impliquer dans le commerce de produits provenant du Sahara marocain, suscitant une vive grogne chez les Sahraouis marocains unionistes. 

Copenhague appelle les sociétés danoises à cesser toute activité commerciale dans les provinces sahariennes. Dans un communiqué, diffusé lundi 21 juillet, le ministère danois des Affaires étrangères a lancé une mise en garde contre les sociétés du même pays qui auraient des relations commerciales avec le Maroc basées sur des ressources naturelles provenant des provinces du Sud. 

Contactée hier par ALM, l’ambassadrice de Copenhague à Rabat, Mme Anne-Marie Esper Larsen, a affirmé qu’«il ne fallait pas interpréter l’appel (de son pays) comme un parti pris contre le Maroc», précisant que Copenhague «encourage les parties adverses à trouver une solution politique négociée» au conflit du Sahara. Mais, paraît-il, l’appel danois au boycott cache d’autres enjeux encore plus complexes. Réagissant à cette décision, le vice-président de l’Association le Sahara marocain, Mohamed Ahmed Bahi, a dit que cette action avait été prise sous la pression du lobby algérien. «Le Danemark a des contrats pétroliers avec la société algérienne Sonatrach», a-t-il expliqué, en ajoutant que «d’autres pays comme l’Australie avaient même conclu des contrats avec la soi-disant RASD pour la prospection pétrolière dans le Sahara». M. Bahi, un ex-détenu du Polisario, a appelé le gouvernement marocain a réagir de la manière la plus ferme à pareilles manoeuvres, en l’exhortant à imposer la question sur la table des négociations. Le même son de cloche est relevé chez Mbarek Tamim, membre de la Commission des affaires étrangères et de la coopération au Conseil royal consultatif pour les affaires sahariennes (Corcas). 

«Le gouvernement marocain ne doit pas traiter cette affaire avec légèreté, d’autant plus que l’Algérie utilise tous les moyens, y compris l’arme du pétrole, pour amener les pays européens, notamment scandinaves, à bouder les produits commerciaux en provenance des provinces sahariennes», estime M. Tamim. Rappelant l’action de lobbying menée par Alger dans l’affaire de la signature de l’Accord de pêche entre le Maroc et l’Union européenne, M. Tamim appelle le Maroc à faire preuve de vigilance et s’opposer, vigoureusement, à ces manœuvres en soutenant notamment l’action de la diplomatie associative et parlementaire. Interrogé sur l’appel danois au boycott, Mohamed Talib, membre du Corcas, a appelé pour sa part à une réaction énergique de la part du gouvernement marocain. 

«Le Maroc doit, de son côté, cesser de traiter avec le Danemark, non seulement à l’intérieur des provinces sahariennes, mais à travers l’ensemble du Royaume», recommande M. Talib. «Il faut que le Danemark cesse toute activité commerciale dans l’ensemble du Maroc, à plus forte raison dans le Sahara qui est une partie intégrante et indivisible du territoire marocain», a-t-il précisé, mettant en garde contre le lobbying algérien en Europe, et notamment dans les pays scandinaves. 
Un lobbying qui s’est voulu plus agressif ces derniers temps. Pas plus tard que juin dernier, des activistes de la section suédoise de l’ONG écologique internationale Greenpeace ont empêché un bateau de pêche suédois de quitter les eaux territoriales suédoises en direction des provinces sahariennes marocaines. 

Une action qui fait planer plus d’un point d’interrogation sur la portée politique de cette action, provenant d’une organisation à vocation plutôt écologique. Une incohérence flagrante, qui doit amener à s’interroger de ce côté-ci sur les motivations réelles des manœuvres et des complots que trame l’Algérie de l’autre côté de la rive méditerranéenne, plus précisément dans les pays scandinaves qui n’hésitent pas à violer leur sacro-saint principe de «neutralité» à chaque fois qu’il est question de l’intégrité territoriale du Royaume du Maroc. 
 

Actualités

Aperçu de la position d'ENGIE

Pendant un court moment, ENGIE a publié sur son site Web des indices sur les personnes qu'elle avait effectivement « consultées » dans le cadre de ses activités commerciales au Sahara Occidental occupé.

10 August 08

Des câbles télécoms dans les eaux occupées

La société française Alcatel Submarine Networks SpA, détenue en partie par Nokia, a posé des câbles télécoms au Sahara Occidental occupé.

10 August 08

Rapport annuel : les clients du minerai du conflit du Sahara Occidental

L’Inde et la Nouvelle-Zélande se distinguent comme les principaux importateurs de minerai de phosphate du Sahara Occidental occupé, détaillé dans le dernier rapport annuel de WSRW sur le commerce controversé.

10 August 08

Voilà les questions auxquelles Siemens ne répondra pas

Lors de son assemblée générale annuelle, Siemens Gamesa s'est montré plus évasif que jamais en ce qui concerne les questions fondamentales sur l'implication de l'entreprise dans le Sahara Occidental occupé.

10 August 08