DHL ignore les droits sahraouis pour 5 colis par jour

Le conseil d'administration de Deutsche Post AG a complètement manqué l'occasion d'expliquer ses activités controversées au Sahara Occidental occupé.

Publié 08. September 20

Le 27 août 2020, la multinationale allemande Deutsche Post AG a tenu son assemblée générale annuelle sur une plateforme virtuelle. Les actionnaires avaient exhorté la société à commenter ses mauvais résultats dans une évaluation indépendante des droits de l'homme et ses opérations au Sahara Occidental occupé par le Maroc - territoire non autonome où DHL, section de livraison express de la société, exploite une succursale dans la capitale El Aaiún depuis 2016.

En réponse aux questions sur ses partenaires contractuels pour la succursale d'El Aaiún, Deutsche Post AG a simplement expliqué que ses "services sont fournis à El Aaiún par un agent local".

Le Conseil a en outre déclaré que "Grâce à nos services (...), nous permettons à la population de participer à l'économie mondiale et aux échanges internationaux" et que "la plupart des 2 000 expéditions par an traitées par la succursale d'El Aaiún concernent des diplomates et des Mission de l'ONU MINURSO "- donc pas les Sahraouis.

"Cette affirmation est trompeuse à au moins deux égards : il est douteux que la présence de DHL soit bénéfique pour le peuple sahraoui. Selon les estimations du HCR, environ 175 000 Sahraouis vivent dans des camps de réfugiés en Algérie, tandis que les colons marocains sont trois fois plus nombreux que les Sahraouis dans leur pays occupé. Néanmoins, aucun avantage potentiel ne peut remplacer le consentement préalable, libre et éclairé du peuple sahraoui, qui est essentiel au regard du droit international", a commenté Tim Sauer de WSRW.

WSRW a transcrit et traduit les réponses fournies par Deutsche Post lors de son AGA concernant ses activités au Sahara Occidental. Trouvez ici la version anglaise.

Depuis 1975, le Maroc maintient les trois quarts du Sahara Occidental sous occupation militaire. Depuis 2015, des arrêts consécutifs de la Cour européenne de justice ont confirmé que le Sahara Occidental est un territoire "séparé et distinct" du Maroc et qu'en tant que tel, aucun accord économique UE-Maroc ne peut être appliqué au territoire sans l'accord express consentement du peuple sahraoui à travers sa représentation à l'ONU, le Front Polisario.

Deutsche Post AG n'a jamais rien demandé au peuple sahraoui.

De même, l’entreprise semble partager la position du Maroc sur le statut du territoire. La photo ci-dessus utilisée par DHL Maroc ne permet pas de faire la distinction entre les deux territoires. Sa succursale d'El Aaiún est répertoriée comme située au Maroc sous le même code de pays, justifié par l'entreprise par l'inexistence d'une frontière douanière et du code postal partagé. Cette adoption du système administratif imposé unilatéralement par le Maroc est contraire à la position des Nations Unies sur le Sahara Occidental et au fait qu’aucun pays au monde ne reconnaît la revendication du Maroc sur le territoire. Dans un avis de 2019, les services de recherche du Bundestag allemand ont conclu que le Maroc devrait être "considéré comme la puissance occupante" du Sahara Occidental.

On ne peut que spéculer sur les raisons pour lesquelles Deutsche Post AG s'engage dans une entreprise aussi controversée sur des terres occupées, étant donné le bénéfice vraisemblablement faible généré par 2 000 expéditions par an. À titre de comparaison : en 2019, Deutsche Post AG a traité en moyenne plus de 500 000 courriers par succursale en Allemagne.

Les questions à l'AGA ont été soulevées par Dachverband der Kritischen Aktionäre und Aktionärinnen en collaboration avec Western Sahara Resource Watch, qui avait déjà contacté la société en mai 2020. Dans sa lettre, WSRW a souligné la "responsabilité particulière de la KfW" (Kreditanstalt für Wiederaufbau), la banque de développement publique allemande, qui détient 20,6% des actions de Deutsche Post AG. La KfW, conformément à la position du gouvernement fédéral allemand, a explicitement exclu les activités au Sahara Occidental d’un crédit de développement accordé à la société publique marocaine de phosphate (OCP). Deutsche Post n'a toujours pas répondu.

Le magazine Responsible Investor a récemment couvert les opérations de Deutsche Post AG au Sahara Occidental, qualifiant la question de "test de l’initiative de l’UE sur la diligence raisonnable en matière de droits de l’homme".

Actualités

Des câbles télécoms dans les eaux occupées

La société française Alcatel Submarine Networks SpA, détenue en partie par Nokia, a posé des câbles télécoms au Sahara Occidental occupé.

19. April 21

Rapport annuel : les clients du minerai du conflit du Sahara Occidental

L’Inde et la Nouvelle-Zélande se distinguent comme les principaux importateurs de minerai de phosphate du Sahara Occidental occupé, détaillé dans le dernier rapport annuel de WSRW sur le commerce controversé.

13. April 21

Voilà les questions auxquelles Siemens ne répondra pas

Lors de son assemblée générale annuelle, Siemens Gamesa s'est montré plus évasif que jamais en ce qui concerne les questions fondamentales sur l'implication de l'entreprise dans le Sahara Occidental occupé.

01. April 21

Thyssenkrupp poursuivra-t-il ses activités au Sahara Occidental ?

Le géant allemand de l'ingénierie industrielle reste évasif s'il va ou non se tenir à distance des futurs projets au Sahara Occidental occupé.

17. March 21