Moroccan paper slams Danish position on Western Sahara
Article image

Moroccan weekly newspaper Aujourd'hui le Maroc speculates that the Danish clarification on Western Sahara policy is due to energy cooperation with Algeria. A Moroccan government appointed institution demands boycott of Danish businesses in entire Morocco.

Published 30 July 2008

July 17th, the Danish news service Danwatch brought the news that Denmark is following an increasing number of countries in asking their companies to refrain from investing in Western Sahara. 

“Taking the principles of international law regarding non-renewable resources from Non-self Governing Territories as a point of reference, it is the opinion of the Danish Ministry of Foreign Affairs that such exploitation should not take place,” said the Ministry of Foreign Affairs-statement.

The statement thereby also follows the legal opinon written by the UN secretariat in 2002

But the Moroccan media interprets the clarification differently, of course. The weekly newspaper Aujourd'hui le Maroc on 23 July 2008 quoted several local "NGO"s that denounce the Danish position (see full version of article below). 

The Moroccan government supported "Association Sahara Marocain" - that is propagandizing the inclusion of Western Sahara to the occupying power - says that the Danish position is a result of Algerian lobby.

"Denmark has oil contacts with the Algerian company Sonatrach", said the vice-president Mohamed Ahmed Bahi to the Moroccan journal. 

He even denounced that Australia has entered into business deals with the Sahrawi republic (which is incorrect). Australia has, however, urged its companies to do legal considerations before entering into deals in Western Sahara. 

The Moroccan government appointed institution Corcas, agreed with ASM, and demanded a strong reaction.

"Morocco should, on its part, stop dealing with Denmark, not only within its Saharian Provinces, but across the entire Kingdom", said Mbarek Talib, member of the Corcas. 

Talib also claimed that it was Algerian authorities that tried to stop the Fisheries Partnership Agreement between the European Community and Morocco in 2006 - a campaign that was in fact lead by pro-Sahrawis solidarity organisations in 21 EU countries. 

The story of Danish policy in Western Sahara has also been mentioned in a news brief in the Algerian news service Algerie-dz on 24th of July 2008, as well as on AFP.


Aujourd'hui le Maroc
23 July 2008
By M’Hamed Hamrouch 
http://www.aujourdhui.ma/couverture-details63008.html

Des ONG dénoncent l’appel danois au boycott économique des provinces du Sud

Copenhague a appelé, lundi, les sociétés danoises à ne pas s’impliquer dans le commerce de produits provenant du Sahara marocain, suscitant une vive grogne chez les Sahraouis marocains unionistes. 

Copenhague appelle les sociétés danoises à cesser toute activité commerciale dans les provinces sahariennes. Dans un communiqué, diffusé lundi 21 juillet, le ministère danois des Affaires étrangères a lancé une mise en garde contre les sociétés du même pays qui auraient des relations commerciales avec le Maroc basées sur des ressources naturelles provenant des provinces du Sud. 

Contactée hier par ALM, l’ambassadrice de Copenhague à Rabat, Mme Anne-Marie Esper Larsen, a affirmé qu’«il ne fallait pas interpréter l’appel (de son pays) comme un parti pris contre le Maroc», précisant que Copenhague «encourage les parties adverses à trouver une solution politique négociée» au conflit du Sahara. Mais, paraît-il, l’appel danois au boycott cache d’autres enjeux encore plus complexes. Réagissant à cette décision, le vice-président de l’Association le Sahara marocain, Mohamed Ahmed Bahi, a dit que cette action avait été prise sous la pression du lobby algérien. «Le Danemark a des contrats pétroliers avec la société algérienne Sonatrach», a-t-il expliqué, en ajoutant que «d’autres pays comme l’Australie avaient même conclu des contrats avec la soi-disant RASD pour la prospection pétrolière dans le Sahara». M. Bahi, un ex-détenu du Polisario, a appelé le gouvernement marocain a réagir de la manière la plus ferme à pareilles manoeuvres, en l’exhortant à imposer la question sur la table des négociations. Le même son de cloche est relevé chez Mbarek Tamim, membre de la Commission des affaires étrangères et de la coopération au Conseil royal consultatif pour les affaires sahariennes (Corcas). 

«Le gouvernement marocain ne doit pas traiter cette affaire avec légèreté, d’autant plus que l’Algérie utilise tous les moyens, y compris l’arme du pétrole, pour amener les pays européens, notamment scandinaves, à bouder les produits commerciaux en provenance des provinces sahariennes», estime M. Tamim. Rappelant l’action de lobbying menée par Alger dans l’affaire de la signature de l’Accord de pêche entre le Maroc et l’Union européenne, M. Tamim appelle le Maroc à faire preuve de vigilance et s’opposer, vigoureusement, à ces manœuvres en soutenant notamment l’action de la diplomatie associative et parlementaire. Interrogé sur l’appel danois au boycott, Mohamed Talib, membre du Corcas, a appelé pour sa part à une réaction énergique de la part du gouvernement marocain. 

«Le Maroc doit, de son côté, cesser de traiter avec le Danemark, non seulement à l’intérieur des provinces sahariennes, mais à travers l’ensemble du Royaume», recommande M. Talib. «Il faut que le Danemark cesse toute activité commerciale dans l’ensemble du Maroc, à plus forte raison dans le Sahara qui est une partie intégrante et indivisible du territoire marocain», a-t-il précisé, mettant en garde contre le lobbying algérien en Europe, et notamment dans les pays scandinaves. 
Un lobbying qui s’est voulu plus agressif ces derniers temps. Pas plus tard que juin dernier, des activistes de la section suédoise de l’ONG écologique internationale Greenpeace ont empêché un bateau de pêche suédois de quitter les eaux territoriales suédoises en direction des provinces sahariennes marocaines. 

Une action qui fait planer plus d’un point d’interrogation sur la portée politique de cette action, provenant d’une organisation à vocation plutôt écologique. Une incohérence flagrante, qui doit amener à s’interroger de ce côté-ci sur les motivations réelles des manœuvres et des complots que trame l’Algérie de l’autre côté de la rive méditerranéenne, plus précisément dans les pays scandinaves qui n’hésitent pas à violer leur sacro-saint principe de «neutralité» à chaque fois qu’il est question de l’intégrité territoriale du Royaume du Maroc. 
 

SRI update

The following overview enlists stock-exchange registered companies currently operating in Western Sahara. Updated 15 February 2024.

15 February 2024

GE Vernova plans green hydrogen project in occupied Western Sahara

A subsidiary of US company General Electric is partnering with the government of Morocco for an infrastructure project in the illegally occupied Western Sahara. 

15 February 2024

HDF uses Morocco campaigner to defend controversy

WSRW has never received a response that politically propagated the occupation to the degree as the one received from a French campaigner for Morocco on behalf of renewable energy company HDF Energy. 

09 February 2024

Why WSRW will not take part in EU's Western Sahara trade review

WSRW has been invited to contribute to an EU Commission document on trade with Moroccan interests in occupied Western Sahara. This is why we reject taking part. 

19 January 2024